Équipe de France

Euro 2022 : les bons et les mauvais points de l'équipe de France face à la Belgique

Justine Saint-Sevin
La France assure la première place de son groupe
La France assure la première place de son groupe / Visionhaus/GettyImages
facebooktwitterreddit

Au lendemain de la courte victoire (2-1) des Bleues contre la Belgique à l'occasion du deuxième match de poule de l'Euro, il est temps pour 90min de dresser les Tops et les Flops de cette rencontre côté français. 

Après avoir corrigé l'Italie (5-1) en ouverture de l'Euro 2022, l'équipe de France a assuré l'essentiel en s'imposant d'un souffle face à une Belgique joueuse. Une rencontre qui a offert son lot de satisfactions et de déceptions.

La blessure de Katoto 

Évacuons d'emblée ce premier point, sans doute, aucun, le plus noir de la soirée, et auquel on ne peut allouer aucune de ces qualifications. La blessure de l'avant-centre du PSG, star de cet Euro, et cadre de cette équipe de France force surtout l'inquiétude.  A la 13e minute, la Parisienne s'est écroulée dans la surface après semble-t-il une mauvaise reprise d'appuis avant d'être définitivement remplacée par Ouleymata Sarr à la 17e minute.

Marie Antoinette Katoto
Marie-Antoinette Katoto est sortie blessée contre la Belgique, le 14 juillet 2022. / BSR Agency/GettyImages

Si la joueuse et le staff se sont voulus rassurants à l'issue de la rencontre, intimant qu'un rendez-vous médical serait pris au plus tôt ce vendredi, la vue du genou enroulé de glace et d'une Marie-Antoinette Katoto, le visage grimaçant et le pas claudiquant, ont de quoi inquiéter. D’autant que Sarr, si elle s’est montrée très active, a paru encore un peu tendre face aux buts (68e notamment). 

Les Flops

Renard, symbole d’un secteur défensif toujours aussi friable 

Poursuivons avec les moins bonnes nouvelles, histoire de finir sur une meilleure note. Malgré une opposition qui devait être plus abordable que l’Italie (à relativiser désormais les Transalpines réalisant un Euro poussif), la charnière centrale Renard-Mbock n’a pas vraiment apporté plus de certitudes que celle alignée lors du match d’ouverture (Renard-Tounkara). 

La capitaine tricolore, Wendie Renard, a certes fait parler sa patte par une nouvelle transversale soyeuse pour mener à l’ouverture du score… il n’empêche que la Lyonnaise a manqué de vitesse dans son dos (comme l’avait justement identifié l’ancienne internationale belge Cécile de Gernier avant la rencontre) sur le but belge, qu’une mésentente avec Pauline Peyraud-Magnin dans la surface aurait pu coûter cher. Et qu’elle a loupé un penalty, d'abord repoussé, puis a manqué en suivant sa reprise du gauche devant un but qui s’était pourtant ouvert. 

Wendie Renard
La réaction de la capitaine des Bleues, Wendie Renard, après sa double occasion manquée sur pénalty. / Visionhaus/GettyImages

Même Ève Perisset, qui avait surnagé lors du premier match, à moins été à son avantage, se précipitant sur certains centres, ou en libérant des espaces dans son dos en raison d’un mauvais placement. 

Les Bleues encaissent encore un but 

C’est une série à rallonge dont les Tricolores aurait bien aimé se passer. Ces matches de poule de l’Euro étaient pourtant idéals pour la briser. Il n’en est rien. Avec ce but encaissé contre la Belgique, l'équipe de France a encaissé au moins 1 but lors de chacun de ses 4 derniers matches en tournoi majeur, sa plus longue série sans clean sheet dans des matches de ce genre depuis 2011-2013 (5).

Les Tops

Les ailes confirment   

Le trio Diani-Cascarino-Karchaoui avait une nouvelle fois du feu dans les jambes. Kadidiatou Diane a signé sur son aile de droite une performance dans la lignée de son premier match, tout en puissance, en détermination, en avalant les espaces et en s’offrant des opportunités de centre. Mieux encore, Diani a marqué sur un centre d'une Karchaoui, bluffante sur son côté. C'est le 19e but en équipe de France de l'attaquante du Paris Saint-Germain et son premier en tournoi majeur.

Mateo s’affirme  

S’il y en a bien une qui a décidé de profiter des miettes pour régaler et donner des maux de tête à Corinne Diacre c’est bien elle. Clara Mateo, préférée à Sandie Toletti (très en vue contre l’Italie) a éclaboussé la rencontre de sa finesse technique et de sa capacité à créer des décalages avec des passes lasers. En l’absence de Toletti, la joueuse de 24 ans, a endossé le rôle de tireuse de coup de pied arrêtés avec brio. 

France v Belgium: Group D - UEFA Women's EURO 2022
Clara Mateo a parfaitement orchestré les offensives françaises contre la Belgique, le 14 juillet 2022. / Anadolu Agency/GettyImages

Ces corners se sont longtemps écrasés sans succès sur la tête de Wendie Renard, mais c’est elle, en s’y reprenant à deux fois, et en démontrant une capacité à prendre des décisions aussi justes que rapides, qui a envoyé la balle vers la tête de Griedge Mbock pour reprendre l’avantage (41e, 2-1). De fait, Mateo est la joueuse qui a délivré le plus de passes décisives en équipe de France en 2022 (6 – au moins le double de toute autre Bleue sur la période). 

La joueuse du Paris FC a délivré 8 dernières passes avant un tir face à la Belgique, un record pour une joueuse lors d'un match de l'EURO 2022 jusqu'à présent. Que de promesses !

La qualification en quarts de finale validée

Comme le soulignait justement Delphine Cascarino après la rencontre, une qualification en quarts de finale dès le deuxième match de poule d’une grande competition n’a rien d’évident pour cette équipe de France « On a déjà dû aller chercher l’exploit sur des troisièmes matchs de poule au mondial par exemple », appuyait-elle. 

Cette fois, les Bleues seront délestées de ce genre de pression. Elle pourra faire tourner autant qu’elles le souhaitent pour préserver les organismes, concerner le plus grand monde. A noter que, l'équipe de France a remporté ses 12 derniers matches en compétition officielle, sa plus longue série de victoires dans ce type de rencontres. Si elle pouvait l’allonger encore quelques matchs, jusqu'au titre européen...

facebooktwitterreddit