10 ans de 90min

Top 10 des plus grands moments de la Ligue des Champions de la dernière décennie

Jean Dubas
facebooktwitterreddit

A l'occasion des 10 ans de 90min, nous avons décidé de revenir sur ce que nous considérons comme les 10 plus grands moments de la Ligue des champions ces 10 dernières années. Attention les yeux.


10. Thiago Silva sauve le PSG à Chelsea (2015)

Allez, un peu de chauvinisme, commençons par l'un des plus grands moments du football français de la dernière décennie. Un match complètement fou au bout duquel le PSG a arraché sa qualification en quarts de finale à Stamford Bridge malgré les vents contraires, en 2015.

Réduit à 10 dès la 30e minute après l'exclusion d'Ibrahimovic, le PSG envisage de voir son aventure s'arrêter en huitièmes de finale avec l'ouverture du score de Cahill à 10 minutes de la fin du temps réglementaire.

David Luiz (85e) remet alors les siens dans le bain d'un coup de casque monumental, envoyant les deux équipes en prolongations. Eden Hazard pense à son tour clore les débats, sur penalty (95e).

C'est alors que Thiago Silva surgit, d'un second coup de tête aussi rageur que le premier de son compatriote brésilien, sur un corner frappé par un autre Thiago (Motta, 113e). L'un des exploits les plus retentissants de l'histoire du PSG.

9. Manolas conjugue "Remontada" à l'italienne (2018)

Le FC Barcelone a démocratisé l'emploi du mot "remontada" à partir de son succès inespéré contre le PSG, en 2017.

Un an plus tard cependant, l'AS Rome décide de conjuguer le mot à l'italienne... contre ce même Barça.

Vainqueur facile de l’AS Rome sur sa pelouse (4-1), le club catalan va regretter cet unique but encaissé par Dzeko au Camp Nou. Le Bosnien récidive en ouvrant le score la semaine suivante, initiant une remontée poursivie par Daniele De Rossi (58e) et achevée par Kostas Manolas (82e) d'un coup de tête devenu culte.

8. Drogba offre à Chelsea son premier succès (2012)

Avant 2012, Chelsea n'a eu qu'une seule chance de remporter sa première Ligue des champions dans son histoire. Un rêve brisé par Manchester United en 2008.

Quatre ans plus tard et après que Torres ait éliminé le Barça sur une célèbre contre-attaque en demi-finale, les pensionnaires de Stamford Bridge voient le Bayern se dresser cette fois sur leur route comme dernier obstacle.

En voyant Thomas Muller ouvrir le score à la 83e minute, Chelsea pense encore certainement voir son rêve s'envoler. Mais c'était sans compter sur un certain Didier Drogba. D'une tête renversante, l'international ivoirien remet les siens dans la partie (1-1, 88e), avant d'inscrire le tir au but victorieux de son équipe lors de la séance fatidique... après avoir pourtant provoqué un penalty en prolongations, arrêté par Cech face à Robben. Epique.

7. Messi brise Boateng (2015)

Certains diront que le défenseur bavarois n'a plus jamais été le même après avoir vécu un tel cauchemar. La vidéo tournait alors sur tous les réseaux sociaux et était détournée de toutes les manières possibles.

En demi-finale aller de la Ligue des champions, en 2015, le Bayern se déplace au Camp Nou sans savoir encore l'enfer dans lequel il se rend et le désir d'humiliation qui habite une certaine "Puce" argentine.

Lionel Messi livre la performance parfaite. Un but pour ouvrir le score à la 77e minute puis une passe décisive offerte à Neymar dans le temps additionnel pour le 3-0.

Au milieu ? Le chef d'oeuvre. Sur une passe de Rakitic, la Pulga brise Jérome Boateng en 1 contre 1, le faisant tomber sur les fesses avant d'aller se jouer de Neuer d'un piqué d'une rare insolence.

Ce jour-là, les supporters et ses coéquipiers ne s'y trompent pas et vénèrent leur Dieu qui vient d'ailleurs à l'époque de repasser d'un but (77) devant Cristiano Ronaldo (76) au classement des buteurs dans la compétition.

6. Le plus beau but de la carrière de Cristiano Ronaldo (2018)

Mais trois années plus tard, CR7 est bien l'homme qui comptabilise le plus de buts dans la compétition. Visiblement pas lassé de ses deux trophées européens consécutifs remportés précédemment, le futur bianconero marque l'Allianz Stadium de son empreinte avec le Real Madrid, en quarts de finale aller de l'édition 2018.

Les Merengue s'imposent 3-0. Le deuxième est un chef d'oeuvre. Ronaldo presque suspendu dans les airs pour reprendre à une hauteur folle un centre de Carvajal d'un retourné aussi acrobatique que légendaire.

Zinedine Zidane lui même n'en revient pas. Le Portugais admettra lui-même avoir marqué ce soir là avoir certainement marqué le plus beau but de sa carrière.

5. Gareth Bale joue les acrobates en finale (2018)

En quart de finale aller, Cristiano Ronaldo ne le sait pas encore mais il a sans doute inspiré l'un de ses coéquipiers.

En finale, lors de cette même édition 2017-2018, le Real Madrid voit Liverpool se dresser comme dernier obstacle entre le club madrilène et un troisième trophée consécutif.

Aidés par un Loris Karius catastrophique, les Merengue veulent tout de même marquer le coup en finale. C'est à ce moment que surgit Gareth Bale. Pourtant remplaçant, Zidane lui préférant Isco, le Gallois rentre à l'heure de jeu et trois minutes plus tard, éblouit Kiev d'un retourné sensationnel, avant d'aller s'offrir un doublé, 20 minutes plus tard, pour faire rentrer le Real dans l'histoire de la compétition.

4. Le coup de génie sur corner d'Alexander-Arnold (2019)

Si la remontada du Barça du Barça en 2017 contre le PSG a inspiré les suivantes, alors le club catalan aurait certainement préféré s'en passer.

Deux ans plus tard, et après avoir déjà vécu le drame Manolas, le Barça pense avoir le plus dur en s'imposant en demi-finale aller (3-0), au Camp Nou, contre Liverpool.

Les Catalans se débineront totalement au retour dans la chaleur étouffante d'un Anfield survolté et sur une inspiration géniale d'Alexander-Arnold. Un corner tiré rapidement pour Origi sous les yeux ébahis des coéquipiers de Lionel Messi.

3. Lucas Moura joue les trouble-fête à Amsterdam (2019)

On pensait avoir eu notre dose de folie avec cette première demi-finale entre Liverpool et le FC Barcelone lors de l'édition 2019 de la Ligue des champions. C'était sans compter sur Tottenham et ancien pensionnaire de Ligue 1, Lucas Moura.

Défaits à l'aller, chez eux (0-1), les Spurs prennent l'eau d'entrée, à Amsterdam, avec deux but encaissés en 35 minutes.

Lucas relance alors les siens avec deux buts inscrits en quatre minutes (55e, 59e).

Les supporters de l'Ajax ne voient pas le coup venir et entament le décompte les séparant d'une finale dans le temps additionnel. Décompte stoppé par le Brésilien dans les ultimes secondes de la partie.

Comme dirait un autre Parisien : "T'es pas content ? Triplé".

2. Ramos brise les espoirs de l'Atletico (2014)

Les coups de têtes ont décidément grandement façonné l'histoire récente de la Ligue des champions et ses scénarios les plus fous. Il est donc obligatoire de mentionner celui de Sergio Ramos, en 2014.

Le Real Madrid court alors après sa fameuse "Decima" mais se heurte à un combattif rival, pensionnaire de la même ville, l'Atletico de Madrid.

Sacrés champions d'Espagne quelques jours plus tôt, les Colchoneros pensent alors voir leur année prendre un tournant plus conséquent encore quand Godin ouvre le score en finale (36e) sur une sortie approximative d'Iker Casillas.

Les hommes de Diego Simeone barricadent ensuite la maison et résistent, leurs joueurs tombant tour à tour sous la douleur des crampes. Et ils pensent alors avoir fait le plus dur jusqu'à ce corner tiré par Modric sur la tête égalisatrice de Ramos (90+3).

Dépecés physiquement, les Colchoneros s'écrouleront en prolongations, encaissant trois autres buts et voyant leur rêve brisé.

1. Sergi Roberto crucifie Paris (2017)

La plus grande remontada de l'histoire du football. Défaits par un PSG irrésistible au match aller (4-0), les Blaugrana envisagent toujours l'exploit, quelques jours plus tard, dans leur enceinte.

A la pause, les Catalans mènent d'ailleurs 2-0 et ont des raisons d'y croire après avoir rattrapé la moitié de leur retard. Dès le retour des vestiaires, Messi transforme un penalty obtenu par le futur parisien, Neymar (50e).

Cavani pense alors rassurer les siens, sept minutes plus tard, d'une jolie demi-volée (62e).

Le Barça doit donc marquer trois nouveaux buts et l'exploit se mue alors en véritable miracle. Les locaux ne se débinent pas. Neymar inscrit deux buts en trois minutes (88e, 91e) dont un coup franc somptueux.

Le Brésilien, en feu ce soir là, ponctue ensuite ce qui restera sans doute comme le plus grand exploit du football en se muant en passeur décisif pour Sergi Roberto (95e), à jamais le plus grand cauchemar du PSG.

facebooktwitterreddit