FC Barcelone

Les 4 raisons de croire au réveil du FC Barcelone dans le Clasico

Alexis Goudlijian
L'entraîneur du FC Barcelone Xavi va jouer son premier gros match contre le Real.
L'entraîneur du FC Barcelone Xavi va jouer son premier gros match contre le Real.
facebooktwitterreddit

Mercredi soir, le FC Barcelone disputera sa demi-finale de Supercoupe d'Espagne contre le Real Madrid. Un véritable choc entre les deux cadors historiques espagnols, à l'occasion d'un 150e Clasico. Une chose est sûre, les Blaugrana ne partent pas favoris dans les sondages. Malgré tout, leurs supporters ont au moins 4 raisons d'espérer un succès.


1. Car Xavi veut marquer son territoire

Xavi Hernandez
Xavi joue déjà gros dans ce Clasico contre le Barça. / Quality Sport Images/GettyImages

C'est très simple, à l'échelle nationale, Xavi va disputer son premier match capital. A l'occasion de ce 150e Clasico, le coach barcelonais, intronisé au début du mois de novembre dernier, voudra forcément marquer son territoire. On le sait d'ailleurs tous, la légende blaugrana ne pourra pas mieux renforcer son crédit qu'en allant chercher une victoire contre l'ennemi, le Real Madrid.

Un choc de la plus haute importance donc pour l'ancien milieu de terrain culé, qui tentera de bâtir la meilleure composition d'équipe, mais aussi de mettre (enfin) en exposition ses principes de jeu.

2. Car le Barça retrouve progressivement ses forces

Memphis Depay, Ansu Fati
Memphis Depay et Ansu Fati retrouvent le groupe du Barça pour la Supercoupe d'Espagne. / David Ramos/GettyImages

Certes, neuf joueurs sont annoncés incertains, mais pour la première fois depuis plusieurs semaines, le Barça pourra aligner un onze très compétitif. D'une part car l'attaquant Memphis Depay est de retour, tout comme l'arrière Ronald Araujo, le milieu de terrain Frenkie de Jong ou l'ailier Ansu Fati.

Et ce n'est pas tout, ce mardi matin, la presse espagnole a annoncé aussi le grand come-back de Pedri, enfin de retour de blessure et remis du Covid-19, mais aussi la grande première de la recrue Ferran Torres. Les deux hommes ont rejoint le groupe en Arabie Saoudite.

3. Car Luuk de Jong trouve (enfin) la lumière

Luuk De Jong
Pourtant critiqué, Luuk de Jong s'accroche avec le Barça. / Fran Santiago/GettyImages

Depuis le début de saison, Luuk de Jong a fait l'objet de nombreuses critiques, dans l'ensemble plutôt méritées. Attaquant de surface, le Néerlandais a certainement payé ses quelques approximations techniques, au point de se retrouver poussé vers la sortie dès ce mercato d'hiver.

Mais le joueur prêté par Séville s'accroche. Et il se montre même décisif maintenant ! En effet, sur les deux derniers matchs de Liga, de Jong a marqué à deux reprises contre Majorque (1-0), puis Grenade (1-1). Deux buts de renard, pour un joueur qui a également failli, sur ces deux rencontres, s'illustrer avec des buts acrobatiques.

Une chose est sûre, le Batave voudra remettre le couvert contre les Merengue.

4. Car le Real risque l'excès de confiance

Vinicius Junior, Karim Benzema
Karim Benzema et Vinicius Junior portent le Real Madrid cette saison. / Juan Manuel Serrano Arce/GettyImages

Une rencontre se joue entre deux équipes. Certes, le Barça paraît moins fort que le Real Madrid à l'aube de cette rencontre décisive. Mais attention, justement, les Merengue pourraient bien, au vu de leur position de leaders, débarquer avec un excès de confiance. Très souvent dépendants des performances du duo d'attaque Benzema-Vinicius, les Madrilènes auront la pression du favori.

En tout cas, la bande à Ancelotti n'aura pas non plus le droit à l'erreur contre une équipe catalane remplie de motivation. Et précisément, le fait de partir dans la peau du "petit" pourrait bien aider les Barcelonais.

facebooktwitterreddit