Euro Féminin 2022

Euro 2022 : Un premier titre à décrocher, une image à redorer.. L’Euro de tous les enjeux pour l'Équipe de France

Justine Saint-Sevin
Les joueuses de l'équipe de France débutent dimanche leur Euro 2022
Les joueuses de l'équipe de France débutent dimanche leur Euro 2022 / FRANCK FIFE/GettyImages
facebooktwitterreddit

Souvent citée parmi les favorites, les Bleues veulent profiter de cet Euro pour se défaire de ce costume de prétendant au titre déçu. L’occasion aussi de recentrer les débats autour du sportif et de faire oublier une actualité hors terrain émaillée de tensions.

On vous l’accorde, Wikipédia n’est pas la source la plus sûre dans laquelle piocher, mais un rapide coup d'œil à la page de l'Équipe de France est venu confirmer l’impression laissée par ce collectif des Bleues depuis plus d’une décennie.

Le site participatif qualifie très justement la période en cours « de stagnation ».  En effet, malgré un talent certain, l’Equipe de France n’arrive pas à s’extraire des quarts de finale des compétitions internationales depuis 2012. Et l’Euro n’échappe pas à cette mauvaise habitude.

Les quarts comme plafond de verre

Même le sélectionneur Bruno Bini, avec lequel les Bleues ont décroché les meilleurs résultats de leur histoire (demi-finales du Mondial et des Jeux olympiques en 2011 et 2012), n’a pas réussi à franchir le plafond de verre.

La France version Corinne Diacre se présente à cet Euro 2022 avec une équipe caractérisée par sa jeunesse et son expérience en compétition internationale. « Il y a une nouvelle ère avec des filles qui ont gagné des titres européens et mondiaux chez les jeunes, expose Frédérique, supportrice. On espère qu’elles apporteront cette expérience, cette envie couplée d’insouciance aussi.»

"On espère qu’elles remporteront ce premier titre, comme aurait dû le faire la génération Abily, Bompastor, Le Sommer, Thiney "

Frédérique, supportrice des Bleues

Car en écartant la capitaine de l’OL, Amandine Henry et sa meilleure buteuse, Eugénie Le Sommer, absence qui s’ajoute à la retraite anticipée de l’ancienne gardienne indéboulonnable Sarah Bouhaddi, la France se prive de près de 400 sélections et l’expérience qui va avec.

Pour aller chercher à minima les demi-finales, objectif fixé par le président de la FFF Noël Le Graët, de nouvelles cadres devront absolument émerger aux côtés de l’incontournable Wendie Renard. « On a Sandie Toletti qui est une milieu reconnue en Espagne, Pauline Peyraud-Magnin dans les buts...  Katoto, Cascarino, Diani, on se présente aussi avec une super attaque, il y a de quoi faire », abonde Léo Corcos, journaliste. On n’oublie pas non plus, les pépites montantes comme Bacha, Batimore ou encore Mateo.

Une cote d’amour à réveiller

En choisissant de faire peau neuve, la sélectionneuse espère aussi, sûrement, que la France laissera derrière elle les querelles, tensions et autres affaires qui ont empoisonné la sérénité du vestiaire pendant plusieurs années.

D'autant que, si à défaut de gagner, les Bleues disposaient d’un fort capital sympathie grâce à un jeu séduisant, au Mondial 2019, la France a surtout marqué les esprits par son impuissance. « Ces derniers temps, on a essentiellement parlé de foot féminin pour ses faits divers », ajoute Léo Corcos. Noël Le Graët s’était notamment fendu d’un « elles peuvent se tirer les cheveux ça m’est égal » alors qu’il était en campagne pour un nouveau mandat en mars 2021.

« On est 3e mondiales, on a des joueuses qui sont parmi les meilleures du monde, mais on gère l’EDF comme si on était une petite nation de foot. » Dounia Mesli, journaliste« Globalement, je suis plutôt inquiète pour cet Euro. Je ne vois pas comment on peut performer quand on a une équipe qui a si peu de considération de la part de la fédé, des tensions avec la sélectionneuse, l’affaire Hamraoui, ou une Katoto qui ne savait pas si elle allait prolonger ou pas en arrivant. Pourtant, les équipes nous craignent parce qu’elles savent qu’on a de très bonnes joueuses, mais pour le moment le potentiel reste gâché », poursuit Dounia Mesli.

Un Euro déterminant

Pour Alexandre, supporter des Bleues, l’absence de figures auxquelles s’identifier rend la performance de l'Équipe de France d’autant plus nécessaire sur cette édition. « Il y a bien Wendie Renard qui est sans doute la plus connue pour les non-initiés au football féminin. Seule une victoire peut faire re-décoller l’intérêt du grand public au football féminin français. Et encore, il faudra que ce succès s’accompagne d’un jeu attrayant et enthousiasmant », tranche-t-il.

Si le président de la FFF a d’ores et déjà annoncé que Corinne Diacre serait « sûrement reconduite jusqu’à la Coupe du monde" difficile de ne pas voir cet Euro comme un point d’étape déterminant pour appuyer ou non sa légitimé à la tête des Tricolores : « Pour moi, c’est quitte ou double pour Diacre, valide Léo Corcos. Ça fait 5 ans qu’elle est là, elle doit montrer que l’EDF a progressé. »

Depuis le Mondial, les Bleues restent sur une défaite en 31 matchs. Une très belle série qu'il ne faudrait surtout pas gâcher en tombant une nouvelle fois, dès les quarts de finale.

A lire aussi :

France - Italie : Les compos probables et sur quelle chaîne voir le premier match des Bleues dans cet Euro 2022

Euro 2022 : Bilan des matchs de préparation des Bleues

facebooktwitterreddit