Équipe de France : Deschamps regrette la stérilité offensive des Bleus

Eliot Amsellem
Didier Deschamps s'est creusé la tête face au Portugal.
Didier Deschamps s'est creusé la tête face au Portugal. / FRANCK FIFE/Getty Images
facebooktwitterreddit

Si la défense portugaise a affiché une certaine solidité, dimanche, face aux Bleus (0-0), le mordant, la percussion et la créativité ont fait défaut à l'attaquer tricolore. Des manques que le sélectionneur a pointé du doigt à l'issue de la rencontre.


Au regard des statistiques de France - Portugal (0-0), ce duel entre les champions du Monde en titre et les champions d'Europe en titre était aussi équilibré qu'apathique. Offensivement, les coéquipiers d'Olivier Girous n'ont su faire mieux que trois frappe cadrées, sur 10 tentatives : autant que leur adversaire du soir.

Si certains soulignent évidemment la robustesse de la charnière Pepe - Ruben Dias, bien aidée par un très bon Danilo Pereira, cela n'exclut en rien le manque d'inspiration de l'avant-garde tricolore, identifié par Didier Deschamps au terme du match :

"Il n'y a pas eu beaucoup d'étincelles en attaque (...) Le résultat me paraît logique de par ce qu'il s'est passé sur le terrain. C'était un match solide, très tactique où les deux défenses ont pris le pas" analyse-t-il.

"On doit être capable d'être plus dangereux offensivement"

En alignant un 4-4-2 en losange, Didier Deschamps a ainsi décidé de se priver d'ailier, comptant sur l'apport de ses deux latéraux : "Le système nous a permis d'avoir la possession mais sans créer suffisamment de danger. Mais c'est sans doute aussi dû à cette équipe du Portugal", observe-t-il.

Mais le sélectionneur des Bleus l'assure, il redoutait cette configuration : "Je m'attendais à ce type de match face à une telle équipe compacte. On a un bon équilibre, mais on doit être capable d'être plus dangereux offensivement. C'est un match plus statique, plus verrouillé aussi, avec peu d'occasions"

Très attendus dimanche, Antoine Griezmann et Kylian Mbappé sont finalement restés muets, en livrant une prestation mitigée.

"La perfection, on ne peut jamais l'atteindre, si on peut s'en approcher... Antoine a été beaucoup mieux en deuxième période, Kylian on l'a moins vu car il était surveillé aussi, a encore expliqué Deschamps. On avait moins de profondeur, l'adversaire a pris des dispositions aussi. Evidemment qu'on peut faire mieux. Mais vous vous attendiez sans doute à voir plus Cristiano Ronaldo aussi".

Pour faire oublier cette triste copie rendue par les Bleus, quoi de mieux qu'une session de rattrapage, ce mercredi, face à la Croatie ?

facebooktwitterreddit