Un document compromettant resurgit sur Michel Platini et le rachat du PSG

Antoine Colin
Un document lié à l'affaire concernant l'attribution de la Coupe du Monde 2022 au Qatar
Un document lié à l'affaire concernant l'attribution de la Coupe du Monde 2022 au Qatar / Jean Catuffe/Getty Images
facebooktwitterreddit

Selon des informations publiées dimanche dernier par Mediapart, une note manuscrite, saisie l'année dernière par la Police Judiciaire, établirait un lien entre l'embauche de Laurent Platini, le fils de Michel Platini, au rachat du PSG par le Qatar. De nouvelles révélations qui accablent encore un peu plus l'ancien président de l'UEFA dans cette affaire du "Qatargate".


Les jours passent, mais ne se ressemblent pas pour Michel Platini. Mis en garde à vue en juin 2019 pour être interrogé sur les conditions d'attribution de la Coupe du Monde 2022 après l'ouverture d'une enquête ordonnée par le Parquet national financier (PNF), la légende du football français est depuis ce temps submergé par les accusations.

De nouvelles révélations qui ne cessent d'accabler la position de l'ancien président de l'UEFA et vice-président de la FIFA dans ces négociations. Mais comme souvent, il n'y pas de fumée sans feu. Ces informations compromettantes auxquelles nos confrères de Médiapart ont eu accès, et qui ont été publiées dimanche dernier, dans la foulée des précédentes révélations sur ce dossier judiciaire, enfonce un peu plus le technicien français.

Après avoir affirmé avoir interagi pour influencer le vote pour l'attribution de l'Euro 2016, cette nouvelle preuve aurait été saisi l’année dernière par la justice. Une pièce primordiale dans le cadre de l’enquête puisqu'il s’agit d’une page de notes manuscrites intitulée "Nasser 28.4.11" sur laquelle se trouve des informations sur la vente du PSG et le futur salaire que le Qatar devra verser au fils de Michel Platini : "70/30 % – Laurent Platini back of salary"

Un vote contre un poste ?

Si les preuves commencent à se multiplier dans ce dossier, ces informations sont à prendre avec des pincettes. Bien évidemment, l'émir du Qatar, le président Sarkozy et Michel Platini sont des personnages très influents au niveau mondial, mais ont-ils vraiment usé de leur pouvoir pour arriver à leurs fins ? Difficile d'y répondre pour le moment.

En tout cas, Médiapart continue son enquête après avoir eu accès au dossier judiciaire et les révélations sont plutôt accablantes pour les protagonistes, en particulier pour Michel Platini qui semble être au coeur de ce possible "trafic d'influence".

Pourtant, l'ancien numéro 10 des Bleus avait affirmé devant nos confrères du Monde, en juin dernier, ne pas avoir été influencé ou soudoyé. Mais peut-on continuer à croire en l'ancien joueur de la Juventus Turin ? Difficilement dans cette affaire.

Les perquisitions qui ont eu lieu en juin 2019 dans les bureaux parisiens de Colony Capital, le fonds d'investissement qui a vendu le PSG au fonds souverain Qatar Sports Investments (QSI) en 2011 ont débouchées sur cette note manuscrite de Sébastien Bazin, ancien patron de Colony Capital et ami de Nicolas Sarkozy, datée du 28 avril 2011 et écrite après une entrevue avec Nasser al-Khelaïfi, président de QSI.

Une note qui s'apparente au premier élément matériel venant accréditer le soupçon que l'émirat aurait embauché Laurent Platini pour récompenser son père d'avoir promis qu'il allait voter pour la candidature du Qatar lors d'un déjeuner à l'Élysée, neuf jours avant le scrutin de l'attribution de la Coupe du Monde (2 décembre 2010). Un échange de bons procédés qui aurait conclu sur la vente du PSG au Qatar.

facebooktwitterreddit