Top 7 des conclusions les plus épiques de championnats

Steeven Occhipinti
Le Real Madrid a obtenu le titre de Liga lors de la dernière journée, en 2007
Le Real Madrid a obtenu le titre de Liga lors de la dernière journée, en 2007 / Denis Doyle/GettyImages
Un article présenté par :
Jurassic World : Le Monde D’après
facebooktwitterreddit

Il n'y a rien de tel que la dernière journée de la saison où tout est à jouer.

L'excitation de voir deux ou trois équipes s'affronter dans les 90 dernières minutes pour remporter le titre, éviter la relégation ou se faufiler dans les places continentales est presque inégalée dans le football. C'est souvent encore plus passionnant qu'une finale unique.

Voici donc sept des fins de saison les plus passionnantes dans quelques-uns des meilleurs championnats du monde... classées en fonction de leur caractère dramatique.


7. La Ligue 1 2007/08 décidée lors de la dernière journée

Lyon's french forward Karim Benzema cele
Karim Benzema brillait avec l'OL. / JEAN-PIERRE CLATOT/GettyImages

Le plus souvent ces dernières années, le PSG s'est frayé un chemin vers le titre de champion de Ligue 1, mais il n'en a pas toujours été ainsi. Il fut un temps où les Parisiens luttaient contre la relégation.

C'était le cas en 2007/08, où, lors de la dernière journée, ils devaient encore éviter la défaite pour assurer leur survie. C'était l'une des nombreux enjeux, avec Lyon qui luttait contre Bordeaux pour le titre, et un quart du championnat qui se battait pour quatre places européennes.

Le PSG a réussi à battre Sochaux 2-1, tandis que Lens n'a pas réussi à rattraper les Parisiens ou Toulouse et a été relégué avec 40 points.

Un Lyon inspiré par Karim Benzema a battu Auxerre 3-1 pour remporter le titre, tandis que Bordeaux a fait match nul 2-2 contre Lens, relégué. Enfin, Marseille a décroché la dernière place en Ligue des champions en battant Strasbourg 4-3, ce qui lui a permis d'écarter la concurrence de Nancy qui, à un moment de la journée, comptait quatre points d'avance sur le troisième.

Metz contre Le Mans était le seul match qui n'avait pas d'enjeu. Les hôtes étant déjà relégués et les visiteurs coincés en milieu de tableau. Et même ce match s'est terminé par une victoire 4-3 pour Metz, qui avait pris une avance de 3-0 après 34 minutes.

Quelle journée !

6. Le baiser de Maradona porte chance à Boca

Carlos Tevez, Diego Armando Maradona
Tevez s'est inspiré de Maradona. / Marcos Brindicci/GettyImages

La rivalité la plus célèbre en dehors de l'Europe et l'une des plus intenses au monde, Boca Juniors et River Plate savent vraiment comment faire le spectacle.

Avant la dernière journée de la saison 2019/20, River était en tête avec un point d'avance et avait conservé cette position pendant sept semaines. Tout ce qu'ils avaient à faire était de battre l'Atletico Tucuman, un club de milieu de tableau, et le titre leur revenait.

Mais malgré un retard d'un but pour revenir à égalité à la mi-temps, River n'a pas réussi à briser son adversaire, laissant la porte ouverte à ses féroces rivaux.

À La Bombonera, Boca connaît ses propres difficultés, toujours à 0-0 contre Gimnasia - alors dirigé par la légende de Boca Diego Maradona - après 70 minutes.

Heureusement pour Boca, l'attaquant vétéran Carlos Tevez avait auparavant déposé un baiser sur les lèvres de Maradona pour lui porter chance et, malgré les efforts de l'icône argentine pour contrecarrer son ancien club, Gimnasia cédait.

À la 71e minute, le coup de tonnerre de Tevez, de l'extérieur de la surface, a provoqué un chaos total dans les tribunes et a puni River Plate au maximum. Nous sommes sûrs que Maradona avait aussi le sourire aux lèvres loin des caméras.

5. L'Internacional perd son premier titre depuis 1979

Gabriel Barbosa
Flamengo remporte le titre sur le fil. / Buda Mendes/GettyImages

Certains Brésiliens regrettent l'ancien système de play-offs, affirmant que le format de la ligue rend la conclusion de la saison ennuyeuse. Personne n'a pu faire cette affirmation lors de la saison 2020, alors que Flamengo et Internacional se sont affrontés pour le titre.

L'Internacional s'est hissé au sommet pendant six semaines consécutives alors que la saison approchait de son apogée, et il semblait prêt à remporter son premier titre depuis 1979.

Mais tout a changé lorsqu'ils ont rencontré Flamengo, leur challenger et champion en titre, lors de l'avant-dernier match. L'Internacional a pris l'avantage à la 12e minute à l'extérieur mais a gâché cette avance grâce à des buts de Giorgian Arrascaeta et Gabriel Barbosa. Avantage à Flamengo, qui a dépassé ses rivaux avec deux points d'avance avant le dernier match.

Les deux équipes ont conclu leur saison en même temps, lors d'un jeudi soir dramatique. Flamengo n'avait qu'à battre São Paulo à l'extérieur pour remporter le titre, mais il n'a pas réussi à faire le travail, mené 1-0 juste avant la mi-temps, puis se laissant à nouveau distancer après avoir égalisé pour connaître une défaite 2-1. São Paulo, qui avait lui-même occupé la première place plus tôt dans la campagne avant de s'effondrer, a montré ses qualités au pire moment pour Flamengo.

Cela laissait la porte ouverte à l'Internacional mais, étonnamment, après que la VAR leur a refusé un penalty et un but pour hors-jeu, ils ont fait match nul 0-0 à domicile contre les Corinthians, 12ᵉ, ce qui signifie qu'ils ont raté le titre d'un seul point.

4. Les larmes de Ronaldo alors que l'Inter rate le titre et finit 3ème

Ronaldo
Ronaldo n'a jamais remporté la Serie A avec l'Inter Milan. / Stu Forster/GettyImages

Aujourd'hui, l'Inter est considéré comme l'une des locomotives du football italien et européen. Mais à l'époque, elle faisait plutôt figure de demoiselle d'honneur, plus connue pour ses échecs épiques et impossibles.

Il n'y a pas plus spectaculaire que leur effondrement de 2001/02.

À l'approche de la dernière journée de championnat, les Nerazzurri étaient en tête du classement des 18 équipes de l'époque pendant 15 semaines sur 33. La formule était simple : battre la Lazio - qui avait elle-même gagné et perdu des titres lors des deux dernières journées - pour éviter de se faire doubler par la Juventus ou la Roma.

Dans les tribunes, les supporters de la Lazio et de l'Inter s'assoient ensemble, les hôtes voulant à tout prix empêcher la Roma de remporter le Scudetto. Mais sur le terrain, c'était une autre histoire, la Lazio revenant deux fois au score pour finalement battre l'Inter 4-2.

La Roma et la Juventus ont toutes deux remporté leurs matchs contre le Torino et l'Udinese, respectivement, cette dernière devançant l'Inter pour le titre. Les hommes d'Hector Cuper sont même descendus derrière la Roma à la troisième place. Dès que la nouvelle est tombée, nous avons assisté aux images emblématiques de Ronaldo en larmes sur le banc de l'Inter.

Quand vous êtes à Milan, ne parlez pas du 5 mai !

3. Bayern Munich : cœur de champion

Patrik Andersson, Willy Sagnol, Stefan Effenberg, Oliver Kahn
Le Bayern Munich remporte le titre à la dernière seconde. / Stu Forster/GettyImages

Vous vous souvenez de l'époque où le Bayern devait s'employer pour le titre de Bundesliga ? Eh bien, ils n'ont sans doute jamais travaillé aussi dur qu'en 2000/01.

Les Bavarois avaient perdu la première place lors de la 29e journée, lorsque Schalke les a battus 3-1 à Munich pour s'emparer de la première place. Mais lors de la 33ᵉ journée, le Bayern avait repris la tête du classement.

Il ne leur manquait plus qu'un point contre Hambourg, 13ᵉ, lors de la dernière journée et le titre leur revenait, quoi qu'en fasse Schalke. Mais les Royal Blues ont mis la pression en battant Unterhaching, relégué, 5-3.

Et Schalke a cru qu'il avait gagné quand on a appris que Sergej Barbarez avait donné l'avantage au HSV à la 90ᵉ minute contre le Bayern. Les supporters étaient tellement convaincus que des célébrations avaient déjà éclaté dans les tribunes.

Mais l'extase s'est vite transformée en déchirement quand, à la 94e minute, Patrik Andersson a transformé un coup franc indirect dans la surface. Le public se déchaîne, les joueurs du Bayern sont en délire et Schalke, eh bien, ils ressentent une douleur presque impossible à reproduire dans le sport.

2. Le Real Madrid devance le Barça aux confrontations directes

Real Madrid's Malian midfielder Mahamado...
Le Real Madrid s'offre le titre en 2007. / PIERRE-PHILIPPE MARCOU/GettyImages

Le Clasico est une rivalité à nulle autre pareille et en 2006/07, le Real Madrid a pris quatre points à Barcelone, en s'imposant 2-0 à domicile avant de quitter le Camp Nou avec un match nul 3-3 dans un match qu'il aurait probablement dû gagner.

Mais éviter la défaite s'est avéré extrêmement précieux lorsque, lors de la dernière journée, le Real Madrid est revenu d'un retard d'un but pour battre Majorque 3-1 grâce à un doublé de José Antonio Reyes et un but de Mahamadou Diarra en l'espace de 12 minutes en seconde période. Les Merengue ont devancé le FC Barcelone pour le titre de champion d'Espagne en raison de leurs confrontations directes, le principal critère pour départager deux équipes en Espagne.

Les Blaugrana ont laissé passer l'occasion de s'emparer de la tête du classement une semaine plus tôt, en concédant le match nul 2-2 à la dernière minute à domicile contre l'Espanyol.

1. AGÜEROOOO!!!

Manchester City v Queens Park Rangers - Premier League
Le moment le plus incroyable de l'histoire de la Premier League ? / Tom Jenkins/GettyImages

Passer de la quatrième à la première place en l'espace de 12 matches est impressionnant. Et le succès du Bayern en 2001 était certainement spectaculaire. Mais rien ne pourra jamais surpasser le moment de Sergio Agüero.

Être mené 2-1 à domicile par un QPR en difficulté, être incapable de se défaire de 10 hommes, et s'apprêter à abandonner son premier titre depuis 1968 à ses plus proches rivaux. Le 13 mai 2012 avait tout d'un cauchemar pour les fans de Manchester City.

Vous savez ce qui s'est passé ensuite. Dzeko, 92ᵉ minute. Une pichenette de Mario Balotelli à la 94ᵉ pour AGÜEROOOO ! Un cauchemar est devenu le rêve ultime.

Manchester City a commémoré le 10ᵉ anniversaire du plus grand moment de la Premier League avec une statue d'Agüero qui, honnêtement, s'est fait attendre. Rien ne pourra jamais dépasser ça.


Cet article vous est présenté par Jurassic World : Le Monde d'après, en salles en juin.

Cet été, venez découvrir la conclusion épique de l’ère JURASSIC lors la rencontre inédite
de deux générations. Chris Pratt et Bryce Dallas Howard sont rejoints par l’actrice
Oscarisée Laura Dern, Jeff Goldblum et Sam Neill dans JURASSIC WORLD : LE MONDE D’APRÈS, pour une nouvelle aventure aussi audacieuse qu’haletante à travers le temps
et le monde.

Découvrez la bande-annonce juste ici.

facebooktwitterreddit