Stades de légende : Te souviens-tu... Highbury ?

Tom Jenkins/Getty Images

Dans quelques années, l'AC Milan et l'Inter Milan détruiront leur historique stade Giuseppe-Meazza pour intégrer une arène flambante neuve, toujours sur le quartier de San Siro. Abandonner son enceinte, c'est un moment clé puisqu'un pan entier de son histoire est laissé derrière. Et de nombreux clubs par le passé ont fait ce choix, dans l'Europe toute entière. Plongeons donc aujourd'hui dans les souvenirs... d'Arsenal et de son mythique Highbury !

L'odyssée des hommes est aussi celle de ses édifices. Premier club de Londres à atteindre la Football League First Division en 1904, Arsenal, qui s'appelait encore Woolwich Arsenal à cette époque, est localisé dans le sud-est de la capitale anglaise à l'origine. Le déménagement dans la banlieue nord d'Islington n'a lieu qu'en 1913, l'année où les Gunners intègrent... un campus universitaire.

Premier match : 6 septembre 1913, contre Leicester Fosse

Pour 20 000 livres sterling, le président Henry Norris a en effet loué 24 000 mètres carré sur les installations sportives de la St. John’s College of Divinity afin d'y construire son Highbury. Ambitieux, il a fait appel à une pointure pour dessiner son stade : Archibald Leitch. Cet architecte écossais est l'homme qui a notamment réalisé les plans d'Old Trafford pour Manchester United, d'Anfield pour Liverpool et du Celtic Park pour le Celtic FC. Rien que ça...

Topical Press Agency/Getty Images

125 000 livres sterling sont déboursés de base pour les travaux, qui ne sont pas encore terminés lorsque la première rencontre officielle a lieu (une victoire 2-1 contre Leicester Fosse le 6 septembre 1913). 175 000 livres sterling seront ajoutés pour des agrandissements et modernisation, auxquels il faudra encore ajouter 64 000 livres sterling afin de définitivement racheter, en 1925, le bout de terre sur lequel est implanté Highbury.

La fameuse tribune ouest est inaugurée en 1932. Trois ans plus tard, Arsenal a établi son réel record d'affluence avec 73 295 spectateurs payants pour une rencontre face à Sunderland (en 1998, Arsenal reçoit Lens devant 73 707 personnes, mais à Wembley).

Charlie Buchan
E. Bacon/Getty Images

Evènement marquant : La bataille d'Highbury

Le 14 novembre, l'Italie, tout juste sacrée championne du monde, vient affronter l'Angleterre, considérée comme la meilleure nation au monde à l'époque, mais qui ne participait pas au Mondial puisque non-affiliée à la FIFA. Le dictateur Benito Mussolini met la pression sur ses hommes, en leur envoyant un message "d'encouragement" nommé "Pour que votre pays gagne !" et dans lequel il promet d'offrir une Alfa Romeo ainsi que l'équivalent de 5.000 euros actuel à chacun en cas de victoire.

La tension sur le terrain est immense et dès la première minute, Ted Drake s'est fait découper dans la surface de réparation adverse. Il s'est vengé... 60 secondes plus tard, sur le défenseur central iltalien Luis Monti. Pied cassé, ce dernier a été obligé de laisser ses partenaires à 10 puisque les remplacements n'étaient pas autorisés à l'époque.

Au cours de la première période, le légendaire Eddie Hapgood a eu le nez cassé, Ray Bowden s'est blessé à la cheville, Ted Drake a pris une série de coups de poing, Jack Border s'est fait écraser volontairement la main et Eric Brook a eu le bras fracturé !

Pele
Keystone/Getty Images

Les blessures ont été moins nombreuses en seconde mi-temps, et les Italiens ont failli revenir au score juste avant le coup de sifflet final. Mais ils se sont finalement inclinés (3-2) dans ce que Stanley Matthews, plus de 30 ans professionnel en Angleterre, qualifiera après sa retraite de "match le plus violent auquel je n’ai jamais participé".

Dernier match : 7 mai 2006, contre Wigan

L'histoire entre Arsenal et Highbury a pris fin après 93 ans de vie commune. Trop à l'étroit dans leur enceinte réduite à moins de 40 000 places dans les années 90 pour cause de normes de sécurité, les Gunners ont joué leur ultime rencontre dans leur mythique stade le 7 mai 2006. Maîtres d'Angleterre à l'époque avec notamment l'épisode "invincibles" en 2004, ils ont affronté Wigan lors de ce match de championnat.

Arsenal's FC last match at Highbury Stadium v Wigan 2006
David Ashdown/Getty Images

Comme un symbole, la légende Thierry Henry a inscrit un triplé lors de cette victoire (4-2). Après son troisième but, un penalty, il s'est agenouillé pour embrasser la pelouse qui lui a permis de devenir le plus grand joueur de l'histoire de la Premier League. Le Français, comme l'ensemble de ses coéquipiers, portait un maillot grenat, et non-rouge comme cela était devenu la tradition, afin de rendre hommage à la toute première formation d'Arsenal ayant évolué à Highbury.

Qu'est devenu Highbury ? Un complexe résidentiel...

Si Arsène Wenger a longtemps poussé pour obtenir une enceinte plus grande et moderne (qu'il a obtenu en 2006 avec l'Emirates Stadium), il a aussi tenu à s'investir dans la reconversion d'Highbury. Le technicien alsacien a ainsi supervisé les travaux qui ont conduit les dirigeants de la Arsenal Holding à transformer le stade en un complexe résidentiel nommé Highbury Square.

650 appartements luxueux ont ainsi vu le jour en 2009, en suivant la disposition de base de l'arène. Les deux façades Art déco des tribunes Est et Ouest ont été conservées, tout comme le tunnel d'entrée sur le terrain des joueurs. Les quatre bâtiments qui composent le complexe entourent un parc qui a été implanté selon les dimensions d'origine de la pelouse.

Arsenal FC v Olympiacos FC - UEFA Champions League
Shaun Botterill/Getty Images

Robert Pirès, qui a porté le maillot d'Arsenal pendant six saisons pour près de 300 matchs, est l'heureux propriétaire de l'un des appartements. L'esprit Gunners est donc préservé aujourd'hui à Highbury, jusque dans ses entrailles.