FC Barcelone

Real Sociedad - FC Barcelone (1-6) : Les 5 leçons à retenir du magnifique succès des Catalans

Alexandre Roux
Un doublé pour Messi, un Busquets retrouvé, un Alba décisif. Retour 5 ans en arrière avec un Barça intraitable.
Un doublé pour Messi, un Busquets retrouvé, un Alba décisif. Retour 5 ans en arrière avec un Barça intraitable. / Juan Manuel Serrano Arce/Getty Images
facebooktwitterreddit

Le FC Barcelone n'a fait qu'une bouchée de la Real Sociedad ce dimanche soir (1-6) en clôture de la 28e journée de Liga. Un succès acquis après 30 minutes d'échauffement, brillamment orchestré par les trentenaires avancés du Barça et une animation nouvelle mise en place par Ronald Koeman.


1. Une fois échauffé, le Barça a déroulé

Antoine Griezmann, Jordi Alba
Tout le monde a brillé côté Barcelone, ce dimanche, face à la Sociedad. / Soccrates Images/Getty Images

C'est presque une séance d'entraînement complète que s'est offert le FC Barcelone ce dimanche soir.

Les Catalans ont démarré avec un exercice de possession de balle. 30 minutes où la totalité de l'effectif a été sollicité, sans se créer d'occasions. On a pu se rendre compte par contre, une nouvelle fois, que Marc André Ter Stegen est un bien meilleur relanceur que Oscar Mingueza...

Puis, pendant 45 minutes, c'est un jeu devant le but qui a eu lieu avec enchainement de passes dans l'axe, passage obligatoire sur les côtés, et finition. Cinq réalisations sont ainsi tombées entre la 30e et la 75e.

Et pour finir, un décrassage à la cool. La Real Sociedad en a profité pour sauver l'honneur. 70% de possession de balle à la fin du match. 746 passes tentées pour le Barça, contre 332 pour la Real. Bref, une bonne séance en fin de semaine.

2. Les papys du Barça ont débloqué le match

Il y a clairement deux générations qui cohabitent tant bien que mal (au moins dans le jeu) au sein de l'effectif du FC Barcelone. Et ce dimanche soir, ce sont les anciens qui ont fait la différence.

Sur l'ouverture du score (37e et le sixième but (89e), la relation Jordi Alba-Lionel Messi a fait la différence. L'Argentin a forcé beaucoup de choses, mais quand il a vu son latéral chéri libre sur sa gauche, il n'a pas hésité une seconde pour libérer le ballon et créer le décalage décisif. Puis Jordi lui a rendu la pareille en fin de match.

Ensuite, Sergio Busquets a complètement cassé la Real, à deux reprises. D'abord, d'une très inspirée déviation en une touche de balle pour envoyer Messi sur orbite (43e). Puis, d'une parfaitement dosée ouverture pleine axe, toujours pour son Messi favori (56e).

Les trentenaires avancés n'ont plus le vent en poupe au Barça. Mais ils restent des joueurs d'un extrême talent, et ils l'ont prouvé ce dimanche.

3. Koeman a présenté une nouvelle animation

Instaurer une défense à 3 en Catalogne n'est pas une mince affaire. Ronald Koeman le tente, mais il a beaucoup de mal à trouver un équilibre dans le jeu jusqu'à présent. Pourtant, le Néerlandais s'accroche et contre la Real, il a tenté une animation différente.

Déjà, Antoine Griezmann et Lionel Messi ont trouvé chacun leur espace. L'Argentin a évolué en faux numéro 9, tandis que le Français était un clair numéro 10. Une implication différente dans le jeu, qui leur a permis d'être tout autant influent, sans avoir à forcer leur relation.

Ensuite, Ousmane Dembélé a été repositionné dans l'axe. Fini le monopole de l'aile droite pour lui, c'est dans la profondeur que l'on a cherché à profiter de sa vitesse. Cela a eu le mérite de complètement libérer le côté de Sergino Dest, qui lui s'en est donné à coeur joie (deux buts).

Et puis il y a le cas de Jong, qui mérite un point complet, juste en-dessous...

4. De Jong a été omniprésent

S'il y a bien un homme qui a eu de la liberté ce dimanche, c'est Frenkie de Jong. Le Néerlandais était titularisé en défense centrale, d'après la feuille de match, mais dans les faits, il a eu un rôle hybride. Défensivement, il devait soit boucher les espaces dans le dos de Mingueza et Lenglet, soit venir couper derrière Busquets, en fonction.

Dans la construction, il se baladait entre un poste en défense et une position de numéro 6 pour créer un maximum de triangles et apporter le surnombre à la relance. Cela lui a permis d'exploiter au maximum ses principales qualités. Conservateur de ballon exceptionnel, l'ancien de l'Ajax a constamment participé au jeu.

En première période, il a tenté 61 passes, pour 59 réussies. Surtout, il a eu la balle dans les pieds 12% du temps de possession de son équipe ! Il est remonté d'un cran après la sortie de Busquets. Mais ce positionnement est une très belle clé pour un dispositif équilibré côté Koeman. Dommage de ne la trouver que maintenant...

5. Barcelone chasse toujours l'Atlético

Lionel Messi
Nul ne doute que, si Messi quitte Barcelone cet été, il voudrait le faire après un ultime titre... / Juan Manuel Serrano Arce/Getty Images

Dernière équipe du trio de tête à jouer son match de championnat ce week-end, les Blaugranas n'ont pas croulé sous la pression. L'adversaire était piégeur, mais ils n'en ont fait qu'une bouchée, donc (1-5).

Au classement, Barcelone est donc toujours deuxième de Liga, à quatre points de l'Atlético Madrid, deux points devant le Real Madrid. Surtout, les Catalans ont leur destin quasiment entre leurs mains pour la fin de saison.

Le 10 avril, ils auront en effet l'occasion d'écarter les Merengues. Puis le 9 mai, à quatre journées de la fin en Liga, ils pourront s'offrir l'opportunité de faire craquer les Colchoneros pour le sprint final. On a hâte de cette fin de saison en Espagne !

facebooktwitterreddit