Real Madrid - Celtic Glasgow (5-1) : Les 4 leçons de la victoire écrasante des Merengue

Olivier Halloua
Le Real s'impose !
Le Real s'impose ! / Eurasia Sport Images/GettyImages
facebooktwitterreddit

Le Real Madrid a écrasé le Celtic Glasgow au Santiago Bernabeu (5-1). Après une première période mal embarquée, les Merengue étaient pourtant devant. Tout a été une histoire de penalties avec deux transformés du côté du Real grâce à Luka Modric et Rodrygo et un autre raté par les Écossais. Le second acte fut sur la même lignée avec trois autres pions inscrits par Marco Asensio, Vinicius Junior et Federico Valverde. En toute fin de match, Jota a sauvé l'honneur sur un beau coup-franc.

Ainsi, l'écurie espagnole termine première de sa poule et sera tête de série.

Les leçons de la rencontre

1. Le réalisme toujours du côté du Real

Luka Modric
Luka Modric a marqué son penalty. / Quality Sport Images/GettyImages

Même si le Real a encore flanché, le champion d'Europe n'est jamais tombé. Au final, il n'a fallu que quatre ou cinq accélérations des Merengue pour faire dérouter l'équipe adverse. Luka Modric et Rodrygo ont transformé des penalties glanés à force de pression dans la surface adverse.

Ensuite, Marco Asensio, déjà très en vue, a profité d'un bon centre de Dani Carvajal pour corser l'addition. Puis, Vinicius Junior a parfaitement dévié un très bon centre de Valverde pour le quatrième. Enfin, Lucas Vazquez a parfaitement servi l'international uruguayen pour le cinquième sur une nouvelle frappe lointaine. Sept occasions, cinq buts, une victoire made in Real Madrid.

2. Courtois a dit non ce soir

Thibaut Courtois
Thibaut Courtois était imprenable. / Denis Doyle/GettyImages

Thibaut Courtois était tout simplement imprenable ce soir. L'international belge a été beaucoup sollicité notamment sur un penalty bien tiré par Josip Juranovic. Le portier du Real Madrid a réussi à détourner cette tentative tout comme plusieurs frappes des Ecossais.

Le Celtic Glasgow a mis beaucoup de pression sur ses cages en première période sans réussir à les transpercer. Il a fallu un coup-franc parfait de Jota dans la lucarne pour que le gardien madrilène ne cède enfin à la 85ème. Courtois justifie encore un peu plus son statut de meilleur portier du monde.

3. Les doublures ont fait le boulot

Marco Asensio
Marco Asensio a encore marqué. / Quality Sport Images/GettyImages

Plusieurs cadres ont pris place sur le banc pour cause de pépins physiques. Karim Benzema a débuté hors du onze et Aurélien Tchouaméni était même forfait. Alors, Carlo Ancelotti a fait appel à ses doublures officielles : Rodrygo et Asensio, tous les deux buteurs ce soir au Bernabeu.

Comme souvent depuis son arrivée, le tacticien italien a bien compris qu'il pouvait compter sur son banc dans les moments difficiles. Après avoir fait le trou au tableau d'affichage, Ancelotti a pu sortir ses cadres comme Vini Jr, David Alaba, Eder Militao ou Modric dès l'heure de jeu. Une belle opération comptable et sportive donc.

4. Le Real tête de série

Daizen Maeda
Le Celtic n'a obtenu qu'un penalty. / Soccrates Images/GettyImages

Le Real Madrid n'avait pas le droit à l'erreur puisque le RB Leipzig l'a emporté 0-4 de son côté. Cette fantastique victoire à domicile permet donc au champion d'Europe en titre de s'envoler vers la première place de son groupe.

Lundi 7 novembre, Karim Benzema & Co se présenteront au tirage au sort des huitièmes de finale en tant que tête de série. Malgré un léger accroc la semaine dernière face à Leipzig (3-2), mission accomplie.

Écoutez Top 90, l’émission de 90min dans laquelle on débat foot sous forme de top listes ! Rankings, XI combinés, Frankenplayer, à chaque épisode nos avis pour établir à la fin la liste ultime. Dans ce neuvième épisode avec Davy DiamantQuentin Gesp et Alexis Amsellem,  on vient au secours de Cristiano Ronaldo, en se demandant quel club pourrait le mieux lui convenir désormais !  Cliquez ici pour vous abonner au podcast

facebooktwitterreddit