PSG - OGC Nice (0-0; 5-6 aux t.a.b) : Les 5 leçons de la qualification exceptionnelle des Niçois aux tirs au but

Olivier Halloua
Marcin Bulka héros niçois
Marcin Bulka héros niçois / GEOFFROY VAN DER HASSELT/GettyImages
facebooktwitterreddit

L'OGC Nice sort aux tirs au but le Paris Saint-Germain (0-0 puis 5-6 aux t.a.b ). Après une première période disputée mais sans occasions, le Gym a tenu en échec des Parisiens mal en point. Peu de vraies situations à mettre en valeur. Un peu de plus d'actions fortes en seconde. Des frappes dangereuses pour Justin Kluivert, Lionel Messi ou Kylian Mbappé.

Quelques arrêts pour Gianluigi Donnarumma ou Marcin Bulka. Sinon, deux blocs s'opposent jusqu'à aller aux penalties. Il a fallu attendre le septième tireur, Xavi Simons, pour départager les deux équipes. Le Parc des Princes est refroidi par une élimination dès les quarts de finale. Bulka, prêté par le PSG, va éliminer son club d'origine.


1. Thuram omniprésent

Képhren Thuram
Képhren Thuram a parfaitement géré cet entre-jeu. / Eurasia Sport Images/GettyImages

Képhren Thuram s'est distingué surtout en première période. La rampe de lancement parfaite pour négocier des transitions rapides. Un bon dribble et une passe bien pensée pour Justin Kluivert ou Amine Gouiri dans l'espace. Un milieu capable de gérer Lionel Messi et de se projeter au bon endroit.

Même sous le pressing de Marco Verratti, Thuram ne s'est pas perdu. Très peu de pertes de balle avec un bloc bas. Un atout exceptionnel pour le système de Christophe Galtier. Avant sa sortie à la 75ᵉ minute, nous le sentions emprunté physiquement.

2. Icardi sans ballons

Mauro Icardi
Mauro Icardi n'a pas touché un seul ballon dans la surface en première période. / Soccrates Images/GettyImages

Très critiqué, Mauro Icardi n'a jamais eu le moindre ballon à négocier dans la surface. Pendant 60 minutes de jeu, l'international Argentin n'est pas trouvé dans la zone de vérité. Les transmissions pour le trouver sont passés toujours à quelques centimètres de ses pieds.

Mauricio Pochettino l'a bien compris. Le tacticien du PSG a donc décidé de s'en séparer. Kylian Mbappé l'a suppléé pour un profil plus dynamique. De plus, on a ressenti plus de complémentarité avec Lionel Messi.

3. Des charnières bien en place

Dante
Dante toujours aussi rigoureux. / Soccrates Images/GettyImages

De chaque côté, les charnières centrales ont contenu des assauts modérés. Des attaques stéréotypées dans l'axe avec peu de variations. Les couloirs ont été sous pression. Souvent les deux centraux de Nice comme du PSG sauvaient les meubles. Thilo Kehrer devant Kasper Dolberg ou Dante face à Messi. Le capitaine des Aiglons a dirigé sa défense comme il se doit.

A l'opposé, Presnel Kimpembe a connu une soirée mouvementée. Des appels dans le dos que ses coéquipiers ont parfois eu du mal à gérer. Le capitaine parisien a contenu un Dolberg, sans solutions. Kluivert ou Gouiri ont parvenu à se débarrasser de Kehrer ou Mendes. Pas de Kimpembe.

4. Nuno Mendes, le seul en difficulté

Nuno Mendes
Nuno Mendes a eu beaucoup de mal à gérer les assauts niçois. / John Berry/GettyImages

A de multiples reprises, Nuno Mendes a été dépassé. En première période, Jordan Lotomba a pris le dessus sur l'international Portugais. Justin Kluivert a pu aussi obliger le latéral parisien à se replier très bas. De plus, ses multiples percées ont mené bien plus à des pertes de balle que des actions travaillées. L'entrée de Youcef Atal n'a rien arrangé sur l'aspect défensif. Par contre, Mendes a pu se projeter avec plus de consistance.

Cet aspect a bien démontré l'incapacité du PSG à créer collectivement des décalages. Dans les couloirs, chaque joueur se retrouvait pris à deux ou à trois.

5. Un front inoffensif à Paris

Lionel Messi
Lionel Messi a dû faire plusieurs différences pour trouver des solutions. / FRANCK FIFE/GettyImages

Les milieux de Pochettino n'ont pas réussi à préparer des triangles de passes dans la construction. Seul Marco Verratti avait cette intention. Sinon, il fallait s'en remettre à des exploits de Lionel Messi. Or, la Pulga n'était pas dans un grand soir. Des maladresses qui n'ont pas permis à qui ce soit de mettre Marcin Bulka à contribution.

Il a fallu attendre l'entrée de Mbappé pour voir des mouvements. Des échanges techniques entre le champion du monde, Messi ou Verratti. Pas suffisant pour éviter les penalties afin de départager les deux équipes.


Après cette qualification inespérée aux penalties, Nice a rejoint les sept autres quarts de finalistes. Ils seront opposés à l'Olympique de Marseille à l'Allianz Riviera.

facebooktwitterreddit