Pourquoi l'Euro 2020 dans plusieurs pays était une très mauvaise idée

Tibor Turpin
L'UEFA a décidé d'organiser l'Euro dans 11 pays différents.
L'UEFA a décidé d'organiser l'Euro dans 11 pays différents. / Insidefoto/Getty Images
facebooktwitterreddit

Pour la 16ème édition de l'Euro, l'UEFA a eu la merveilleuse idée d'organiser la compétition dans 11 villes différentes. Initialement prévue en 2020, cette édition devait célébrer le soixantième anniversaire du tournoi (1960).

Ainsi prévoir l'Euro dans plusieurs pays devait mettre en avant la relation historique entre l'instance de football et les villes d'Europe. Pas une si bonne idée.


1. Un désastre écologique

France v Germany - UEFA Euro 2020: Group F
Un militant de GreenPeace s'est introduit sur la pelouse avant France-Allemagne. / Markus Gilliar/Getty Images

Déjà qu'en temps normal, plusieurs déplacements dans le football peuvent faire débat (prendre l'avion plutôt que le bus). Cette fois-ci l'UEFA a fait fort. En organisant l'Euro 2020 dans plusieurs pays, les déplacements européens sont inévitables.

Au-delà des déplacements des supporters, qui viennent encourager leurs équipes à l'autre bout du continent (Bakou ou Saint-Petersburg) ce sont surtout les déplacements des équipes qui posent problème.

Pour nuancer, lors de l'euro 2016 en France, toutes les équipes qualifiées étaient présentes en Hexagone, ce qui limitait considérablement les mouvements.

2. Des voyages à l’autre bout de l’Europe pour les équipes

Wales Training Session and Press Conference - UEFA Euro 2020: Group A
Certaines équipes ont dû alterner entre plusieurs villes d'Europe. / Naomi Baker/Getty Images

Comme énoncé précédemment plusieurs équipes ont dû voyager aux quatre coins de l'Europe. C'est par exemple le cas de la Suisse qui en 5 rencontres (3 matchs de poules un huitième et un quart de finale) a disputé ses matches dans 4 destinations différentes.

En effet, pour les phases de groupes, elle a alterné entre Bakou et Rome, avant de se déplacer à Bucarest pour affronter la France et enfin de décoller en direction de Saint-Petersburg pour se faire éliminer par l'Espagne.

Au-delà de l'aspect écologique, les équipes dans le même cas de figure que la Suisse sont ultra désavantagées et s'épuisent à force de voyager tous les 3 jours.

3. Des préparations gâchées

EURO 2020: Hungary v France
Dembélé comme beaucoup d'autres joueurs se sont blessés au cours de cet Euro. / Anadolu Agency/Getty Images

Plusieurs équipes n'évoluant pas à domicile se sont vues pénalisées avec plusieurs joueurs blessés. Évidemment prendre l'avion tous les trois jours n'est déjà pas un rythme facile, mais se déplacer à l'autre bout de l'Europe n'arrange pas les choses...

En outre, le temps passé dans les transports pour se rendre aux matchs est du temps de moins pour la préparation.

La France en est le parfait exemple, certes le nombre de blessures au sein de la sélection tricolore n'est pas dû exclusivement aux manques de préparation, mais cette donnée est à prendre en considération.

4. Plusieurs équipes avantagées

Raheem Sterling, Luke Shaw, Jack Grealish
À part son quart de finale face à l'Ukraine, l'Angleterre a disputé tous ses matchs à Domicile. / Marc Atkins/Getty Images

Que le pays hôte soit avantagé lorsqu'il accueille une grande compétition, aucun problème, mais lorsqu'ils sont plusieurs, comment cela se passe ?

Il faut rappeler que les quatre équipes qualifiées en demi-finale ont toutes joué leurs matchs de poule à domicile. Simple coïncidence ? Au vu de tous ce que l'on a énuméré juste avant, cette donnée n'est pas le fruit du hasard.

Et pour en rajouter une couche, les Anglais n'ont eu qu'un seul match à disputer à l'extérieur, il s'agissait du quart de finale face à l'Ukraine.
Etant donné que les trois derniers matchs de l'Euro ont lieu à Wembley, les Three Lions ont évidemment un avantage supplémentaire sur les autres sélections.

5. Pas compatible avec la crise sanitaire

Ukraine v England - UEFA Euro 2020: Quarter-final
C'est vrai que tant que l'on garde son masque dans un stade, il est judicieux de se déplacer partout en Europe. / Robbie Jay Barratt - AMA/Getty Images

Nous ne voulons pas faire les rabat-joie mais cela semble un petit peu contradictoire d'accepter que plusieurs dizaines de milliers de supporters se déplacent en Europe alors que le variant Delta prend de plus en plus d'ampleur sur le continent.

Attention, nous sommes effectivement ravis que les fans de football soient de retour dans les stades mais organiser l'Euro dans un seul pays aurait évité des flux importants de supporters dans plusieurs villes.

Que ce soit à Séville, Rome ou Londres, les fans arrivent par milliers de différents pays et cela ne semble pas être vraiment compatible avec les deux ans que nous venons de passer.

Quoiqu'il en soit profitons des supporters tant qu'ils sont présents !

facebooktwitterreddit