Portrait : Benjamin Tetteh, le Ghanéen à la conquête du Vieux Continent

Benjamin Tetteh évolue actuellement au Sparta Prague.
Benjamin Tetteh évolue actuellement au Sparta Prague. | Instagram / @b_t__19

Méconnu du grand public, à l'image du championnat tchèque, où il évolue sous les couleurs du Sparta Prague, Benjamin Tetteh s'est pourtant imposé comme l'un des attaquants les plus prometteurs d'Europe de l'Est. Ardemment convoité, notamment en Ligue 1, en marge de ce mercato estival, le Ghanéen de 23 ans est revenu en exclusivité pour 90min sur son enrichissant parcours.

Si la mythologie contemporaine fait la part belle au fameux "American Dream" (rêve américain), celui du footballeur se traduit par le "rêve européen". La trajectoire de Benjamin Tetteh en est la parfaite illustration.

Repéré sur sa terre natale au Ghana, avant de tenter l'aventure sur le Vieux Continent et d'y lancer, avec succès, sa carrière professionnelle, le longiligne attaquant est aujourd'hui l'un des joueurs les plus convoités d'Europe de l'Est.

Proche de s'engager à Galatasaray en début de saison, certains clubs de Ligue 1 sont également venus aux renseignements. Parmi eux, on peut notamment citer l'intérêt prononcé de Nîmes, révélé par France Football et celui de Reims, qui a fait une offre lors du dernier mercato estival selon L'Équipe.

« Si j’ai une opportunité, je serais très heureux d’évoluer en Ligue 1 {...} C’est un environnement parfait pour progresser et se révéler. »

Benjamin Tetteh

Fiche d'identité : Note FIFA 20, Valeur Marchande, Instagram...

  • Benjamin Tetteh
  • Nationalité : Ghanéen
  • Date de naissance : 10/07/1997 (23 ans)
  • Taille : 1,93m
  • Poste : Attaquant
  • Club : Sparta Prague (République Tchèque)
  • Note FIFA 20 : 72 (potentiel 81)
  • Instagram : https://www.instagram.com/b_t__19/
  • Valeur marchande : 1 M€ (source Transfermarkt)

La révélation au Ghana

Natif d'Accra, la capitale du Ghana, Tetteh a grandi dans un environnement où le football, omniprésent dans les rues, est rapidement devenu une évidence. Son talent, indéniable, est repéré par un certain Abou, entraîneur du Tudu Mighty Jets, un des clubs de la capitale, qui n'hésite pas à le prendre sous son aile :

"Je suis parti à 14-15 ans du domicile familiale pour vivre avec mon manager de l’époque, Abou, souligne Tetteh. Il a toujours cru en mon talent et m’a donné l’opportunité de m’entraîner avec son équipe (Tudu Mighty FC). Je lui en suis très reconnaissant."

Dans l'ombre du championnat ghanéen, l'adolescent brille avec le maillot des Black Stars : "À cette période j’ai eu l’opportunité de jouer avec les U17 du Ghana dès mes 15 ans où j’ai joué la CAN", précise-t-il.

Au-delà de ses performances avec les sélections jeunes, l'avant-centre se distingue via des tournois permettant aux agents et recruteurs de dénicher les futurs talents du pays. "J’ai joué plusieurs tournois qu’on appelle les « agent’s game ». C’est là où j’ai été repéré".

Avant de tenter l'aventure européenne, Tetteh fait une escale au Dreams FC (2014-2015), club réputé pour sa formation et où a notamment été formé Baba Rahman, international ghanéen passé par la suite à Chelsea.

Les débuts professionnels en Belgique

Le tournant de la carrière du jeune Tetteh a lieu lors de la Coupe du Monde U20 en 2015. Titulaire à la pointe de l'attaque des jeunes Black Stars, l'attaquant du Dreams FC se révèle aux yeux des nombreux recruteurs en quête de jeunes talents.

« Le Standard m’a repéré lors de la Coupe du Monde U20 en 2015 »

Benjamin Tetteh
FBL-AFR-U20-NIG-GHA
Benjamin Tetteh en 2015, lors de la Coupe du Monde U20 avec le Ghana. | SEYLLOU/Getty Images

Buteur face à l'Argentine U20 (victoire 3-2) et portant son équipe jusqu'en huitièmes, le joueur de 18 ans attire particulièrement l'œil du Standard de Liège. Le "rêve européen" peut enfin débuter.

"Ça n’a pas été dur pour moi de quitter l’Afrique, car depuis mes 16 ans, j’ai beaucoup voyagé en Europe où je me suis entrainé avec différents clubs", informe Benjamin Tetteh. L'acclimatation se fait donc naturellement :

"Au début c’était super. Je m’entraînais dans un premier temps avec l’équipe B, mais lors d’une trêve internationale, il manquait beaucoup de joueurs donc j’ai eu ma chance, se souvient-il. Lors du premier match amical contre Dusseldorf j’ai délivré une assist et provoqué un penalty, et le week-end suivant en championnat (défaite 2-1 contre Westerlo) j’ai marqué. À partir de là, je suis resté avec l’équipe première."

FBL-WC2015-U20-GHA-ARG
Benjamin Tetteh face à l'Argentine lors de la Coupe du Monde U20. | MARTY MELVILLE/Getty Images

Une première saison prometteuse chez les pros, ponctuée de onze rencontres en Jupiler League, avant que l'idylle ne prenne fin prématurément...

« À la fin ça ne s’est pas très bien terminé. J’ai dû partir en prêt car je me suis blessé et en parallèle le Standard a recruté 3-4 attaquants. »

Malgré ses 18 ans, l'exil devient alors la seule issue.

La montée en puissance en République Tchèque

Disposant d'une belle cote sur le marché, Tetteh part alors en quête de temps de jeu.

« J’avais des touches en Israël et en Europe de l’Est, et j’ai préféré aller en République Tchèque. »

Benjamin Tetteh

Un choix pragmatique, qui peine dans un premier temps à porter ses fruits : "C’était un tout nouvel environnement et j’ai eu beaucoup de mal au début. Je n’étais pas épanoui lors de ma première année, avoue-t-il. La Ligue est méconnue et sous-cotée, mais le niveau est très bon. C’est un championnat très physique et technique. C’est pour cela que j’ai mis un an à m’acclimater, car le niveau requiert un investissement total. On le voit en coupe d’Europe. Certaines grosses équipes se font parfois surprendre par les équipes tchèques", met-il ensuite en exergue.

Après des prestations mitigées à Slovacko (2016-2017) et plus encourageantes au Bohemians 1905 (2017-2018), Tetteh s'attise les convoitises du plus prestigieux club du pays : le Sparta Prague, où il signe en juillet 2018.

Au Sparta, l'attaquant exploite enfin toutes ses qualités : "la conservation de balle et éliminer mes adversaires, nous précise-t-il. J’adore avoir le ballon et provoquer". Véloce et puissant, il avoue cependant pêcher dans son jeu de tête, malgré ses 1m93.

Pour sa première saison avec le Sparta, l'international U23 ghanéen inscrit 11 buts et délivre trois passes décisives en championnat. Il goûte également pour la première fois aux joutes européennes, en participant à deux matchs d'Europa League.

"C'est le moment de partir"

Cette saison a été marquée par un faux départ pour Galatasaray. Affichant sa volonté de relever ce nouveau challenge en Turquie, mais bloqué par son club, le Ghanéen a manqué quelque peu d'implication en début d'exercice. Une attitude qu'il regrette :

« Personnellement j’aurai pu faire beaucoup mieux. Je ne suis pas content de ma saison, mais très heureux pour l’équipe avec notre victoire en coupe nationale. Je regrette mon manque d’implication et de concentration par moment. J’aurai dû être plus fort mentalement. »

Voir cette publication sur Instagram

God is the greatest ???⚽️ ?

Une publication partagée par Benjamin Tetteh (@b_t__19) le

Un passage difficile pour tout footballeur, mais qui l'a incontestablement fait gagner en maturité. Car malgré ses aléas, Tetteh s'est montré décisif avec ses huit buts et cinq passes décisives toutes compétitions confondues. Une dernier baroud d'honneur, avant "un nouveau challenge" :

"Cela fait quatre ans que je suis ici (en République Tchèque) et j’aimerais changer d’environnement. C’est le moment de partir."

B.T.

De nouveau prêt à voguer vers un nouvel horizon, il ne serait pas étonnant de voir le Ghanéen fouler les pelouses de Ligue 1 dès la saison prochaine : "Si j’ai une opportunité, je serais très heureux d’évoluer en Ligue 1. C’est un des meilleurs championnats d’Europe avec de grands joueurs et un environnement parfait pour progresser et se révéler."

Et pourquoi pas suivre les traces de ses illustres prédécesseurs. "il y a de nombreux Ghanéens qui ont marqué la Ligue 1 comme Abedi Pelé et ses fils Ayew à Marseille. Ce sont des sources d’inspiration pour tous les joueurs du pays", admet-il.

Benjamin Tetteh sera-t-il la nouvelle "black star" du championnat de France ?