Olympique de Marseille

OM - PAOK : Les attentes des Twittos avant le choc des quarts de finale d'Europa Conference League

Olivier Halloua
L'OM va affronter le PAOK en quarts de finale de C4.
L'OM va affronter le PAOK en quarts de finale de C4. / John Berry/GettyImages
facebooktwitterreddit

A l'approche du sommet européen entre l'Olympique de Marseille et le PAOK, nous sommes allés à la rencontre de deux supporters populaires des Phocéens. Basile Bilo et CM Football ont répondu à nos questions sur ce quart de finale de C4 très attendu sur la Canebière. Pour eux comme beaucoup de Marseillais, l'OM a une grosse carte à jouer dans cette compétition.


"La seule crainte, c'était le manque de rythme"

Pour ce sommet européen, CM Football n'avait qu'une peur. Le manque de rythme en cas de report du match face à l'AS Saint-Etienne (2-4). "Ma seule crainte, c'était que l'équipe manque de jus avant de jouer ce match. A voir si Milik réussit à revenir à temps pour être dans le groupe. C'est sûrement une rencontre dangereuse. Marseille devra faire la différence à l'aller, parce que c'est au Vélodrome et que c'est l'ADN du club. Il y a une demi-finale à aller chercher pour être les premiers à remporter cette compétition", nous explique le Youtubeur.

Pour Basile Bilo, il faut surtout respecter l'adversité qui ne sera pas à sous-estimer. "On doit être soi-même avant tout. Ces dernières années, on a souvent perdu des matchs parce qu'on se voyait trop beau face à des équipes bien plus faibles. On a trop perdu de points comme ça. Et là on joue très bien en championnat, il faut y aller avec le même sérieux qu'on a pu montrer dans les derniers tours. Voir mieux", pense le populaire Twittos.

La Ligue des Champions pas la seule priorité

Pour l'un comme pour l'autre, l'Olympique de Marseille doit jouer les deux compétitions à fond. La qualification en Ligue des Champions viendra d'elle-même. "On sait qu'il y a une concurrence avec Rennes et Nice. L'équipe n'est pas à 100% avec les absences de Balerdi et Alvaro voire de Milik. Kolasinac ne joue pas tous les matchs. S'il faut faire un choix, à fond à 100% la Ligue des Champions comme tout le monde je pense. Le top 2 nous permettrait de faire presque basculer le club dans une autre dimension. On pourrait aller chercher un ou deux joueurs un cran au-dessus. Je pense que les deux sont compatibles tout de même", nous explique notre premier intervenant.

Même son de cloches pour notre deuxième interviewé. Malgré la douleur de la saison 2017-2018, on préfère jouer le putsch. "On a pas gagné un titre depuis une décennie. On sait à quel point l'Europe peut créer une ferveur immense à Marseille et dans toute la France. Et ça aide à créer des fins de saison de folie. Une épopée crée toujours quelque chose de positif aussi en championnat. Surtout avec cet effectif qui a rarement été aussi garni. De plus, on serait encore une fois à jamais les premiers. Jouer l'un des deux, c'est une mentalité de petit club. On est très bien positionnés pour nos deux objectifs avec un effectif au complet qui peut tourner. Il faut jouer à fond les deux ", pense Bilo toujours aussi confiant.

"On a le tableau le plus abordable"

Avec la détermination phocéenne habituelle, CM Football voit un sacre possible pour l'OM au bout de cette Conference League. "La finale, c'est des émotions. Parfois décuplées et très particulières. On les connaît bien les finales européennes en plus à Marseille. J'ai envie de dire que le plus dur c'est d'aller en finale. Après, quand tu y es, la magie peut opérer peu importe l'adversaire. Sur un match, même face à l'AS Roma de José Mourinho, tout peut arriver. Les choix de Sampaoli au niveau tactique et des hommes sur le terrain seront déterminants", nous explique le vidéaste aux 38 000 abonnés.

Encore un discours poignant pour Basile Bilo déterminé à voir son OM soulever le trophée européen. "Bien sûr qu'on peut la gagner, on a le tableau le plus abordable possible, on retrouve un bon niveau et beaucoup plus de réussite qu'il y a quelques semaines. En demi on jouerait le match retour à domicile. Même si on est moins bon au Vélodrome cette saison, en Europe avec la ferveur qu'on a vu en 2018 c'est un véritable avantage. Reste la finale, et une finale ça doit se gagner. On peut le faire", affirme le très symboliquement surnommé Basile.


Dans les deux témoignages, l'attente et de la tension s'en ressentent, comme on en avait plus vu à Marseille depuis 2018. La victoire face à l'AS Saint-Etienne a permis de s'assurer un petit matelas d'avance en vue de la deuxième place de Ligue 1. Reste à concrétiser le tout avec cette fameuse qualif' pour, pourquoi pas, vivre un bout de rêve en plus dans cette C4.

facebooktwitterreddit