Olympique de Marseille

OM - Lazio Rome (2-2) : Les notes des Marseillais

Olivier Halloua
Dimitri Payet a remis l'OM sur les bons rails.
Dimitri Payet a remis l'OM sur les bons rails. / CHRISTOPHE SIMON/GettyImages
facebooktwitterreddit

L'OM peut s'en mordre les doigts (2-2). Arkadizusz Milik a ouvert le score sur un penalty à la demi-heure de jeu. Après quarante-cinq premières minutes fantastiques, Marseille a bien pensé revenir au vestiaire avec un but d'avance. Or, un cafouillage sur un ultime corner a permis à Felipe Anderson d'égaliser. La Lazio Rome est revenue après une première période fantomatique. Prenant même l'avantage en seconde suite à une bévue de William Saliba offrant un boulevard à Ciro Immobile.

Malgré tout, les Phocéens n'ont pas perdu espoir. Dimitri Payet transformant la domination olympienne après trois poteaux touchés. Un score de parité, le quatrième de rang qui n'arrange pas les affaires des Marseillais toujours troisièmes du groupe. Découvrez nos notes pour cette formation olympienne !


Les notes des Phocéens

1. Pau Lopez - 5/10

Pau Lopez
Pau Lopez / John Berry/GettyImages

Lopez ne peut rien faire. Sur chacune des actions dangereuses et les deux buts, il est abandonné par les siens. De plus, sa relance reste une arme forte dans la construction marseillaise. Parfois, il prend même trop son temps pour choisir la meilleure option.

2. Valentin Rongier - 4/10

Valentin Rongier
Valentin Rongier / CHRISTOPHE SIMON/GettyImages

Une première période rigoureuse. Puis, Rongier repasse dans son poste d'origine au milieu de terrain. Et là, c'est la débandade. Peu d'accompagnement et surtout beaucoup de déchets. L'ancien Nantais affiche toujours la même maladresse dans ses frappes de loin. Ses choix coûtent du temps à un OM qui en manque cruellement.

3. William Saliba - 3/10

William Saliba
William Saliba / Aurelien Meunier/GettyImages

Saliba affiche un nouveau trou d'air. Déjà fautif malgré lui sur le premier but, le défenseur marseillais offre sur un plateau le second. A la relance, il affiche moins de sérénité qu'à son habitude. Une soirée cauchemar à oublier pour le rempart formé à Saint-Etienne.

4. Duje Caleta-Car - 5/10

Duje Caleta-Car
Duje Caleta-Car / NICOLAS TUCAT/GettyImages

Caleta-Car n'est pas forcément à l'aise. On le sent en difficulté sur certaines prises de balle d'Immobile. L'entrée de Milinkovic-Savic l'oblige à attaquer plus haut le porteur et gérer un intermédiaire de plus. Pas d'erreurs mais une fragilité.

5. Luan Peres - 6/10

Luan Peres
Luan Peres / DENIS CHARLET/GettyImages

Aucun reproche à lui faire. Peres porte toujours autant le ballon haut et se permet des touches de balle fantasques. Son placement empêche Felipe Anderson d'exister et Immobile ne trouve aucune faille dans son dos. Encore une belle prestation.

6. Pol Lirola - 4,5/10

Pol Mikel Lirola Kosok
Pol Lirola / Catherine Steenkeste/GettyImages

Toujours aussi faible la partition de Lirola. Ses centres ne trouvent pas preneurs malgré la présence de Milik. L'apport offensif du piston droit se résume à des centres à la chaîne sans réflexion. Dans le repli, le latéral espagnol ne perd pas une miette des grigris de Pedro.

7. Mattéo Guendouzi - 5,5/10

Mattéo Guendouzi
Mattéo Guendouzi / Xavier Laine/GettyImages

Guendouzi réalise une belle première période. Il fait circuler le ballon et aère le jeu. Ensuite, plus aucune prise de risques. Le Gunner joue dans la latéralité sans trouver de relais intéressante. On note sa fin de rencontre plus créative dans les petits espaces.

8. Boubacar Kamara - 5,5/10

Boubacar Kamara
Boubacar Kamara / John Berry/GettyImages

Kamara réalise un premier acte judicieux. Le jeune milieu défensif récupère les ballons et démarrent le pressing au bon moment. Ensuite, il sort de manière surprenante déstabilisant tout le système. Un choix très critique pour Jorge Sampaoli.

9. Cengiz Under - 6/10

Cengiz Under
Cengiz Under / Aurelien Meunier/GettyImages

Under dynamise toujours autant les couloirs. L'international turc prend le dessus sur les pistons adverses et trouve des décalages. Il est le seul à tenter et réussir ses duels dans ces zones de vérité. Un diable difficile à contenir.

10. Dimitri Payet - 7/10

Dimitri Payet
Dimitri Payet / John Berry/GettyImages

Payet devient toujours l'homme providentiel. Dans les moments difficiles, un seul homme trouve le bon geste ou la bonne passe. Il trouve des trajectoires impossibles et aurait pu même marquer dans le temps additionnel. Sa frappe de 20 mètres fleurte le lucarne. Encore le maestro dans son jardin.

11. Arkadiusz Milik - 5,5/10

Arkadiusz Milik
Arkadiusz Milik / John Berry/GettyImages

Quelle maladresse ! Milik marque sur un penalty qu'il obtient lui-même. Or, ses multiples appels ratés marquent lors du second acte. L'attaquant polonais a la balle de match au bout du pied mais manque de lucidité et la propulse dans les tribunes. Frustrant ce double visage.

facebooktwitterreddit