Olympique Lyonnais - FC Metz (0-1) : Les 5 leçons à retenir de la défaite surprise des Gones

Matthieu Agro
Jan 17, 2021, 11:34 PM GMT+1
Encore auteur d'une belle prestation, Depay n'a pas su porter ses coéquipiers vers un nouveau succès.
Encore auteur d'une belle prestation, Depay n'a pas su porter ses coéquipiers vers un nouveau succès. | JEAN-PHILIPPE KSIAZEK/Getty Images
facebooktwitterreddit

Pour clôturer la 20ème journée de L1, Lyon s'est incliné face à Metz au Groupama Stadium sur un but de Aaron Leya Iseka (0-1). La mauvaise opération du week-end est donc pour les Rhodanniens, qui perdent la tête du championnat au profit du PSG.

Un match passionnant et un Lyon puni

Entre l'OL et le FC Metz, deux équipes joueuses et ayant des projections très rapides vers l'avant, la rencontre a donné lieu à un lot incessant d'occasions. Lyon pourra cruellement regretter de ne pas avoir concrétisé ses belles actions collectives : en toute fin de première mi-temps, Karl Toko Ekambi a notamment manque trois tentatives vers les buts Messins.

Opportuniste, Metz, avec à la baguette un Farid Boulaya qui a parfaitement orienté le jeu, a su laisser passer l'orage. Malgré un but lyonnais de Toko-Ekambi finalement invalidé (73e), ce sont eux qui ouvrent le score dans les derniers instants du match (90e+1), sur un bel enchaînement de Leya Iseka. Pas forcément immérité, mais l'OL peut avoir de gros regrets.

Le marquage à l'individuelle, option fiable pour contrer Lyon

En faisant preuve de résilience, le FC Metz a montré un visage très séduisant sur la pelouse du Parc OL. S'ils ont su se montrer percutants offensivement, avec un Boulaya et un Delaine dans tous les bons coups, ils ont aussi su faire preuve d'une grande rigueur défensive.

À l'origine, le coach messin Frédéric Antonetti a souhaité initier, en composant un 4-3-3 similaire à la formation lyonnaise, boucher les espaces dont se servent d'habitude à merveille les Lyonnais dans l'entrejeu, et proposer un marquage à l'individuelle. Résultat : les milieux rhodanniens Paqueta, Caqueret et Aouar (lors de sa rentrée), hommes forts de l'animation offensive, n'ont pas autant rayonné que d'ordinaire.

Memphis Depay, inspiré mais pas récompensé

On le sait, il est le facteur X et le fer de lance de l'attaque lyonnaise. Ce soir, Memphis Depay, peu en vue en début de match, est monté petit à petit en puissance au fil des minutes , variant entre d'incessants décrochages et des appels en profondeur tranchants pour désorienter l'arrière garde messine.

Sur l'action collective qui amène le but lyonnais qui est ensuite refusé, c'est lui qui déverrouille complètement l'axe de la défense adverse en remisant d'une sublime déviation le ballon vers Thiago Mendes. Mais ce soir, Memphis Depay s'est sans doute senti un peu esseulé. Ses compères d'attaques Kadewere et Toko-Ekambi n'ont, c'est vrai, pas vraiment aidé par leur maladresse devant le but.

Metz n'est plus un favori à la descente

Valeureux, le FC Metz a montré ce soir de magnifiques valeurs collectives pour continuer à grappiller quelques points au classement. Malgré un mauvais démarrage (3 défaites lors des 3 premières journées), les Messins font figure d'équipe surprise lors de ce début de saison. Leur victoire leur permet aujourd'hui de figurer dans la première partie du tableau de L1 (9ème).

En début de Championnat, on pouvait clairement miser sur les Grenats comme des favoris légitimes à la descente. Amputés par le départ de leur meilleur buteur Habib Diallo vers Strasbourg, l'effectif de Frédéric Antonetti continue de jouer les trouble-fête. Cette performance leur permet aujourd'hui de prendre un matelas de 13 points d'avance sur Nîmes, 18 ème et barragiste. Pourquoi pas revoir ses ambitions à la hausse ?

Le perdant du week-end, c'est Lyon

Ces derniers temps, on prêtait à Lyon, par son jeu fluide et son rendement offensif, le statut d'outsider numéro 1 au PSG pour s'octroyer le titre en fin de saison. Mais en subissant seulement sa deuxième défaite depuis le début de la saison, les Olympiens ont fini par délaisser le leadership au classement.

L'équipe de Rudi Garcia était pourtant invaincue depuis septembre en Championnat : sauront-ils se relever de cette contre-performance ? Sans doute, parce que l'écurie rhodanienne dispose d'un effectif armé pour performer, et qui ne sera pas préoccupé par les échéances européennes.

Mais aujourd'hui, c'est le PSG et le LOSC (42 points, contre 40 pour l'OL) qui sont repassés devant. Le chassé-croisé qui va sans doute s'orchestrer s'annonce passionnant.

facebooktwitterreddit