OGC Nice

OGC Nice - FC Nantes : Les attentes des supporters niçois avant la finale de Coupe de France

Olivier Halloua
L'OGC Nice peut soulever le trophée.
L'OGC Nice peut soulever le trophée. / VALERY HACHE/GettyImages
facebooktwitterreddit

Avant cette finale surprise entre l'OGC Nice et le FC Nantes, nous sommes allés interroger des populaires supporters niçois. Des fans confiants mais encore prudents comme Ben Nissart et Sky. Tout deux voient l'OGCN l'emporter mais encore faudrait-il que les hommes de Christophe Galtier ne se rendent pas la tâche plus dure.


Le Gym a l'occasion de soulever un trophée et d'assurer sa place en Ligue Europa la saison prochaine. Alors, les supporters des Aiglons espèrent ne pas déchanter très vite dans cette finale de Coupe de France. Après avoir éliminé le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille notamment, l'OGC Nice doit surpasser le FC Nantes en finale. Deux populaires supporters, Ben Nissart et Sky, aka Pantalon Blanc, ont accepté de nous confier leurs ressentis sur ce match.

Nantes, un adversaire redoutable et redouté

Les Canaris n'avaient pas réussi à ramener le moindre point en Ligue 1 à l'aller comme le retour face à Nice. C'est un adversaire que Ben Nissart redoute malgré tout, au vu du traumatisme de 2006. "Nantes, c'est un effectif complet à tous les postes. Il y a des joueurs décriés et moqués comme Nicolas Pallois, un grand gardien avec Alban Lafont et l'arme fatale avec Ludovic Blas. Sûrement leur meilleur joueur. C'était très compliqué face au FC Nantes à chaque fois cette saison. Même si on a gagné deux fois, il faut se rappeler de 2006. On avait gagné deux fois face à Nancy avant de perdre en finale... Ne partons pas la fleur au fusil. On a l'habitude de perdre face à des équipes plus faibles sur le papier", a expliqué l'amoureux de l'OGCN.

Pour Sky, un axe fort pourrait embêter son équipe samedi soir : l'animation des couloirs. "Ce que je crains c'est probablement la vitesse de ses joueurs de côté. Nous avons du mal depuis le début de la saison à stabiliser les couloirs, qu’il s’agisse des latéraux ou des ailiers. Les joueurs qui seront choisis par Christophe Galtier pour disputer la finale manqueront donc d’automatismes et ne seront pas forcément les plus performants. Il y a donc un vrai coup à jouer pour les Canaris, d’autant plus qu’il s’agit de leur principal point fort. Le Gym doit surtout éviter de se faire malmener en début de rencontre. Nous avons une véritable difficulté à entrer dans le match, avec d’ailleurs des résultats dignes d’un prétendant au maintien si les rencontres ne duraient que 45 minutes. Si nous arrivons à tenir le FC Nantes dans la première demi-heure, les débats devraient progressivement s’équilibrer, avant de tourner à notre avantage", a-t-il souligné à notre micro.

Un statut de favori controversé

Evidemment, les Niçois partent grands favoris de ce sommet. Un statut qui ne plaît pas à tout le monde. Pour la première fois, nos deux intervenants ne sont pas forcément sur la même longueur d'onde. Pantalon Blanc pense que c'est positif pour son club.

"C’est une bonne chose d’avoir l’ascendant psychologique sur un adversaire que nous avons battu deux fois en Ligue 1 cette saison. Cela ne garantit en rien un match facile, ni même une victoire finale, mais nous savons déjà que nous pouvons les battre, et comment. Bien sûr, il faut rentrer dans le match rapidement, être sérieux jusqu’à la dernière minute, mais je pense que d’être favoris enlèvera un peu la pression de l’événement à nos joueurs", a affirmé le Twittos aux presque 8400 abonnés.

Pour son compère, cette donnée pourrait se retourner contre son équipe. "Ce n'est pas ce que je voulais. J'aurai préféré un statut d'outsider comme on l'avait face au PSG et Marseille. C'est comme ça qu'on a surpris tout le monde. Là, on est favoris et toute la France semble contre nous. Tant mieux, cela va nous galvaniser, on aime ça. Par contre, je n'aime pas ce statut parce qu'on a perdu à chaque fois en étant favori. En 78, c'était le cas contre Lens, on a perdu. En 2006 aussi. En 1997, on ne l'était pas. On avait perdu 5-0 au Parc quelques semaines avant, on était derniers. Une saison catastrophique et on avait gagné. Je n'aime pas du tout ça", a rappelé Ben Nissart

Gouiri et Dolberg attendus au tournant

Pour ce dernier, plusieurs éléments jouent gros et sont attendus dans cette finale. "On attend beaucoup d'Amine Gouiri et Kasper Dolberg insatisfaisants depuis plusieurs mois. Surtout le Danois qui ne semble plus motivé. Andy Delort aussi qui est notre meilleur buteur avec 13 buts en Ligue 1. Tous marqués en seconde période. C'est notre atout. Il faut compter sur l'expérience de Dante dans les gros matchs. Il adore ce club et il aura envie de partir en retraite avec un titre avec l'OGC Nice. Thuram également en feu follet est très important. On l'a vu face au PSG. Avec lui à 100%, ce sera très compliqué pour Nantes de l'emporter. Encore faut-il qu'on ne voit pas le Thuram des mauvais jours", a scandé le supporter aux presque 1500 abonnés.

Même son de cloche de l'autre pendant. "Amine Gouiri et Kasper Dolberg, on les attend évidemment. Cela fait plusieurs mois qu’ils sont dans le dur, qu’ils ne marquent plus et c’est dans ce genre d’événements que les meilleurs joueurs doivent faire leur travail. Heureusement, un joueur comme Andy Delort a su prendre le relais et porte l’OGC Nice vers l’Europe depuis plusieurs semaines maintenant", nous expliquait Sky.

"Nous avons le destin entre nos mains"

Comme encouragements pour son équipe, Ben Nissart garde la tête froide. La défaite ferait bien mal aux têtes et aux corps. " Oui on a battu le FC Nantes deux fois cette saison. Il y a beaucoup de pressions et de tensions pour nous. Cela fait 25 ans qu'on a pas été en finale de Coupe de France. J'avais 4 ans en 2006, je ne l'ai pas trop connu. Monter à Paris c'est quelque chose. Je serai au match. 10 heures de train avec une défaite, ça serait difficile pour de longues années. Ce sera un moment exceptionnel et on espère la gagner forcément. Je pense que ce sera un match fermé. J'espère une victoire 2-0 grâce à Delort et Thuram", prédit-il.

Discours galvanisant pour Sky, conscient de la fièvre de l'enjeu. "Nous avons notre destin entre nos mains. Avec un match sérieux de bout en bout, nous avons toutes les chances de ramener la Coupe à la maison. Aussi, il ne faut pas avoir peur de jouer notre football, de s’affirmer sur la pelouse plutôt que de subir les assauts nantais. Tout peut bien sûr arriver dans un match de football, surtout en Coupe de France, aussi le stress reste présent. J'opte pour un 2-1 pour Nice", harangue-t-il à son tour.


Réponse ce samedi soir avec un sommet entre l'OGC Nice et le FC Nantes au Stade de France qui sent déjà la poudre. Deux publics passionnés se déplaceront dans la capitale afin d'assister à cette finale attendue.

facebooktwitterreddit