Ligue 1

OGC Nice - OM : Les tops et les flops du choc à rejouer de la 3ème journée (1-1)

Olivier Halloua
Dimitri Payet, buteur ce soir.
Dimitri Payet, buteur ce soir. / Xavier Laine/GettyImages
facebooktwitterreddit

L'OGC Nice et l'Olympique de Marseille se neutralisent dans ce match délocalisé à Troyes (1-1). Dimitri Payet répond à Amine Gouri dans une première période dominée par les Aiglons. Ensuite, les Marseillais reprennent le contrôle du jeu, mais ne percent pas la défense adverse.

Le Gym se perd et l'OM gère la fin de rencontre. L'OGCN reste troisième et Marseille une longueur derrière après un calendrier difficile. Retour sur les tops et flops de deux compositions amoindries par les absences.


Les Tops

1. Payet et Gouiri se tirent la bourre

Dimitri Payet
Dimitri Payet trouve encore le chemin des filets. / Xavier Laine/GettyImages


Dimitri Payet
et Amine Gouiri visent le putsch. Une place au sommet du classement des buteurs. Les deux se répondent parfaitement. L'Aiglon transforme le bon ballon offert par Evann Guessand au terme de quarante-cinq minutes excellente de sa part. L'attaquant tente d'orienter le jeu comme il faut avec beaucoup de justesse. Il joue tous les coups comme il faut malgré une grosse action ratée en fin de première.

Pour Payet, une soirée frustrante. Peu de ballons touchés, mais l'international Français trouve le moyen de fructifier chaque touche de balle. Il marque sur sa seule situation dangereuse. Ensuite, l'OM respire et il retrouve plus de sensations en deuxième. Dans le cœur du jeu, c'est tout de suite plus facile pour lui d'exister. Chacun a eu sa période, chacun son plaisir.

2. Thuram rayonne

Khephren Thuram
Képhren Thuram encore excellent. / John Berry/GettyImages


Képhren Thuram profite des absences pour jouer son vatout. Le jeune Espoirs attire les ballons comme un aimant. Il est à l'origine du but par sa passe vers l'avant puis continue sur un autre débordement de Guessand. Le milieu travailleur harcèle le porteur de balle en ratissant tout l'entrejeu marseillais.

Ses sorties de balle représentent la seule satisfaction du milieu de terrain de Christophe Galtier. Peu de joueurs trouvent l'initiative hormis lui. Dommage de le voir si peu accompagné par ses coéquipiers dans l'utilisation.

3. Gerson et Atal volontaires

FBL-FRA-LIGUE1-NICE-MARSEILLE
Youcef Atal revient fort. / FRANCOIS NASCIMBENI/GettyImages


Sans être toujours transcendants, Gerson et Youcef Atal apportent dans leurs rôles respectifs. Le premier réalise de bons débordements en partant de loin. L'international Brésilien évolue dans un poste bien plus proche de celui qu'il affectionne. Sur un éclair, il offre un bon centre qui roule jusqu'à Payet sur la réalisation marseillaise. Il arrive avec plus de détermination dans les duels.

Atal confirme son beau retour en Ligue 1. Une énergie débordante et des retours plutôt assurés en général. Son apport offensif oblige Jordan Amavi à la plus grande prudence dans ses montées. Seul point noir, plusieurs fois les Phocéens trouvent l'espace dans son dos. Il arrive à venir régulièrement mais laisse Dante ou Jean-Clair Todibo en difficulté. À relativiser.

Les flops

4. Des ailes paralysées à Marseille

Jordan Amavi au duel.
Jordan Amavi encore décevant. / FRANCOIS NASCIMBENI/GettyImages

Que c'est dur de trouver des espaces sur les ailes à Marseille. Les remplaçants ne trouvent pas leur place. Alors, le système de Galtier coulisse bien dans les bons tempos. Or, forcé de constater que Luis Henrique comme Amavi ne proposent pas de décalages. En première période, c'est le néant. En deuxième, un peu mieux à gauche toujours horrible à droite.

Les deux cherchent à s'imposer dans le onze ultra compétitif de l'OM. Aucun ne repart avec des bons points dans l'esprit de Sampaoli. Des mauvais contrôles, des pertes de balle ou des boulevards laissés dans le dos, rien ne va dans les couloirs marseillais.

5. Alvaro (encore) fautif

Alvaro Gonzalez
Alvaro Gonzalez encore fautif. / Catherine Steenkeste/GettyImages

Que dire ? Pas besoin de faire un tout un monologue sur la prestation d'Alvaro Gonzalez. Tout se résume au but de l'OGC Nice où le défenseur espagnol perd le ballon sur une passe manquée. Puis, il se troue pour le récupérer et laisse filer Guessand dans son dos.

Derrière, rien ne rattrape sa terrible bévue et son incapacité à gérer le pressing imposé par le Gym. Le cadre du vestiaire ne représente plus un cadre sur le terrain.

6. Un jeu niçois stéréotypé en deuxième

Christophe Galtier
Christophe Galtier pas satisfait de la deuxième période des siens. / VALERY HACHE/GettyImages

La vraie déception côté "locaux", c'est le jeu proposé par les hommes de Galtier. Incompréhension totale sur les longs ballons sans fondements balancés par les joueurs de l'OGCN. D'abord bien installés dans le camp marseillais, les Niçois se laissent marcher dessus en deuxième.

Un pressing absent et surtout une perte de rythme étonnant. La sortie de Guessand déstabilise la composition du tacticien champion de France. L'entrejeu perd beaucoup plus de duels dans les zones de vérité. Gouiri ne touche plus aucun ballon après le retour des vestiaires. Tout passe par des parpaings lancés dans les ailes. Dommage...

facebooktwitterreddit