Montpellier HSC - OL : Les tops et flops de la victoire héraultaise (2-1)

FBL-FRA-LIGUE1-MONTPELLIER-LYON
Teji Savanier a été le grand artisan du succès montpellierain | PASCAL GUYOT/Getty Images

Emmené par un grand Téji Savanier, le MHSC a enchaîné avec une deuxième victoire de rang en dominant l'OL, 2-1. Trop tardif, le réveil des Lyonnais ne leur a pas permis de ramener le moindre point de la Mosson. Le départ du club rhodanien en championnat n'est pas à la hauteur des promesses affichées lors du Fianal 8 de la Ligue des champions.

36e minute À la réception d’un centre à priori anodin, Teji Savanier s’écroule après une charge irrégulière de Léo Dubois. François Letexier indique le point de pénalty. C’est le même Téji Savanier qui s’en charge et le transforme d’une audacieuse panelka.

43e minute. Alors qu’il tente de dégager son camp, Arnaud Souquet est victime d’une semelle d’Houssem Aouar, en retard sur ce coup. Mr Letexier adresse un carton jaune au milieu lyonnais, avant de s’en remettre à la VAR. Après re-visionnage des images, il décide d’exclure le numéro 8 de l’OL.

59e minute. Ristic adresse une passe appuyée à Laborde qui laisse intelligemment passer. C’est Savanier qui hérite du ballon, et qui, d’un enchaînement éclair "contrôle-frappe", bat Lopes sur sa droite.

82e minute. Après une belle incursion dans la surface, Ryan Cherki tente de centrer mais se heurte à Vitorino Hilton dont le tacle jugé dangereux est sanctionné pénalty et d'un carton rouge. Memphis Depay se présente face à Omlin et inscrit son 3e but en 3 matchs cette saison.

Les hommes de Rudi Garcia ne parviennent pas à inscrire le but de l'égalisation, et c'est bien Montpellier qui signe un deuxième succès de rang à domicile

Les Tops

1. Teji Svanier

FBL-FRA-LIGUE1-MONTPELLIER-LYON
Savanier, homme du match face à Lyon | PASCAL GUYOT/Getty Images

Déjà étincelant face à Nice, Téji Savanier a été le grand artisan de cette victoire héraultaise. Sa panelka pour battre Anthony Lopes en dit long sur la confiance qu'il affiche en ce début de saison. Quant à son deuxième but, c'est l'oeuvre d'un joueur doué, véloce et spontané.

Que de qualités qui caractérisent l'ancien Nîmois et sa performance. Positionné en électron libre du milieu héraultais, le joueur de 28 ans a été précieux dans la conservation et dans les phases de transition. Une prestation majuscule.

2. La défense centrale héraultaise

Dans cette rencontre, la défense à 3 monpellieraine a été à l'image de l'infatigable Vitorino Hilton : impériale pendant la plus large partie de la rencontre, mais coupable d'un léger relâchement en fin de match.

Si l'attaque rhodanienne s'est montrée aussi timide, c'est largement dû au placement impeccable de ce trio, dont les interventions ont toujours, ou presque, été justes. L'expérience combinée de Congré, Hilton et Pedro Mendes devrait être un réel atout pour le MHSC cette saison

3. La rentrée de Memphis Depay

Les rumeurs liées à son éventuel transfert à Barcelone ont agité les médias pendant toute la journée. À la surprise générale, le Néerlandais a débuté la rencontre sur le banc, un choix qui sème davantage le doute sur son avenir.

Imperturbable, l'ancien Mancunien est rentré avec la ferme intention de changer le cours du match. S'il n'y est pas parvenu, son implication et sa qualité technique ont crevé l'écran. C'est lui qui, en inscrivant un pénalty, a redonné espoir à sa formation.

Les flops

4. Houssem Aouar

Promu capitaine en l'absence de Memphis Depay, Houssem Aouar n'a pas eu l'apport escompté. Timide, peu impliqué, le milieu lyonnais est passé à côté de cette rencontre.

Pour couronner le tout, il s'est fait expulser après une une intervention en retard sur Arnaud Souquet. Déjà la tête à un départ ? L'avenir nous le dira.

5. L'arbitrage

Lille v Olympique Marseille - French League 1
François Letexier | Soccrates Images/Getty Images

Si le premier pénalty accordé à Montpellier semble logique, l'expulsion d'Aouar paraît très sévère. Amplifiée par le ralenti, la faute du Lyonnais aurait dû être sanctionnée d'un simple carton jaune.

Quelques minutes après, il avertit Karl Toko Ekambi pour une simulation, alors que les images montrent clairement que le Camerounais est bel et bien fauché. À l'image du début de saison du corps arbitral français.

6. Le coaching de Rudi Garcia

Difficile de lui reprocher de ne pas avoir tenté de réagir après l'ouverture du score montpelieraine. Mais il demeure difficile d'y voir clair dans les changements opérés par le technicien rhodanien.

À titre d'exemple, le replacement de Jason Denayer en milieu défensif puis sa sortie quelques minutes plus tard, posent question. En revanche, les rentrées des jeunes Cherki et Bard ont été encourageantes. À tel point que l'on aurait aimé les voir plus tôt dans la partie.