Mohamed Ayachi Ajroudi justifie son projet de rachat de l'OM

COMBO-FILES-FBL-FRA-LIGUE1-MARSEILLE
Mohamed Ayachi Ajroudi défend son projet de rachat de l'Olympique de Marseille | FETHI BELAID/Getty Images

En marge d'un entretien accordé à l'AFP, Mohamed Ayachi Ajroudi, l'homme d'affaires franco-tunisien, a défendu son projet de rachat de l'Olympique de Marseille sous l'impulsion de Mourad Boudjellal.

Si Louis Acariès a démenti dans un premier temps une offre de rachat de l'Olympique de Marseille à hauteur de 700 millions d'euros, correspondant au prix du rachat, l'épongement des dettes et le futur mercato estival, de son côté, Frank McCourt répète à l'envie que le club phocéen n'est pas à vendre.

Ce mardi, l'homme d'affaires franco-tunisien, instigateur de ce projet démentiel, s'est défendu, au cours d'un entretien accordé à l'AFP en réfutant cette idée "d'intermédiaire" ou de "porteur de valise".

"Tout est à vendre et tout est à acheter"

Si l'OM est en mauvaise posture financièrement, le poker menteur se poursuit entre l'état-major phocéen et les potentiels repreneurs.

En attendant, Mohamed Ayachi Ajroudi ne se pose pas en victime expiatoire au moment de développer son projet de rachat. Bien au contraire, selon le principal intéressé "tout est à vendre et tout est à acheter". Dans cet état d'esprit, l'homme d'affaires franco-tunisien soutient tout le travail mis en place depuis longtemps, rejetant les conjectures des observateurs qui décrient un projet mal préparé :

"Nous nous préparons depuis longtemps. On ne se jette pas dans la mêlée comme ça."

Mohamed Ayachi Ajroudi

Si le travail en amont est effectué, l'offre ne devrait pas intervenir immédiatement à en croire le principal intéressé, qui garantit cependant que de "l'argent" sera posé sur la table pour permettre au club de continuer à se développer.

"Avant de faire une offre par une banque d'affaires, il faut qu'on connaisse le passif et l'actif, on ne va pas faire une offre aveugle."

"L'OM sera le moteur d'un projet plus vaste"

Voir plus grand, Mohamed Ayachi Ajroudi ambitionne d'un "projet plus vaste, humanitaire, social mais aussi économique destiné à s'épanouir au cœur même du stade Vélodrome". Et si inconsciemment, ce duel à distance, qui mettra aux prises les Saoudiens et les Qataris est déjà annoncé, Mohamed Ayachi Ajroudi assure qu'il ne s'agit pas d'un "combat contre le PSG". Il en profite aussi pour balayer cette idée d'un club qui passerait prochainement sous pavillon saoudien.

"Les Saoudiens et les Emiratis ne dépasseront pas la majorité."

Autrement dit, les fonds saoudiens et emiratis ne dépasseront pas les 50% de l'investissement total consenti pour le rachat de l'OM.