MERCATO : Le PSG met un stop au Celtic pour Mitchel Bakker

Sep 5, 2020, 4:58 PM GMT+2
Mitchel Bakker
Mitchel Bakker avec les Espoirs néerlandais. | Soccrates Images/Getty Images
facebooktwitterreddit

Selon Sky Sport, le PSG aurait refusé une offre de prêt en provenance du Celtic Glasgow pour son latéral néerlandais.

Tic-tac, tic-tac. L'horloge tourne et le PSG peine toujours à lancer son mercato. L'actualité du jour fait même état d'une offre refusée par le board parisien pour un de ses joueurs.

Selon le média britannique Sky Sport, le Celtic Glasgow aimerait s'attacher les services de Mitchel Bakker sous la forme d'un prêt d'une saison. Pour l'heure, l'illustre club écossais a essuyé le refus du club de la capitale pour son latéral gauche. Pour autant, le média précise que Paris n'aurait pas définitivement fermé la porte.

Une offre de prêt refusé, en attendant la suite ?

Sous contrat jusqu'en 2023, Bakker a rejoint les rangs parisiens l'été dernier en provenance de l'Ajax Amsterdam. Sur le banc toute la saison, il s'était illustré lors des coupes nationales, avec des prestations de bonnes factures.

Barré par la concurrence de Bernat et de Kurzawa, l'avenir de l'international Espoirs Néerlandais semble bouché à court terme. Mais compte tenu de la situation en défense au PSG, ses dirigeants ne veulent, pour le moment, pas le laisser partir.

Un seul latéral de métier à droite, en la personne de Colin Dagba. Layvin Kurzawa dans ce contexte, a été testé côté droit. Reste donc Juan Bernat et Mitchel Bakker côté gauche, si le club était amené à n'enregistrer aucune arrivée. Pas le moment de laisser partir des joueurs donc.

Mais alors jusqu'où Paris sera-t-il prêt à négocier pour un jeune joueur prometteur (20 ans) qui n'a pas déçu le peu de fois où il a été utilisé ? Evalué à moins d'un million d'euros selon Transfermarkt, on voit mal l'intérêt de Leonardo et consorts de le vendre.

Un prêt pour acquérir de l'expérience pourrait cependant s'entendre. Mais comme Paris a refusé une première offre, on voit mal où il veut en venir en laissant la porte des négociations entrouverte.

facebooktwitterreddit