Ligue des Champions

Manchester City - PSG (2-0) : Les 5 leçons à retenir de la qualification pleine de maîtrise des Citizens

Adrien Barbet
Manchester City dompte le PSG et file vers la finale de la Ligue des Champions
Manchester City dompte le PSG et file vers la finale de la Ligue des Champions / Laurence Griffiths/Getty Images
facebooktwitterreddit

La marche était trop haute pour le PSG. Manchester City s'est facilement imposé 2-0 dans son jardin face à Paris grâce à un doublé de l'Algérien Riyad Mahrez. Paris est tombé sur plus fort, ce mardi soir, et ne verra pas une deuxième finale de Ligue des Champions.


1. Qualification historique pour Manchester City

Riyad Mahrez, Oleksandr Zinchenko
Manchester City va jouer la première finale de Ligue des Champions de son histoire / Laurence Griffiths/Getty Images

Manchester City l'a fait ! Après tant d'années et tant d'échecs en Ligue des Champions, les Skyblues arrivent enfin à se qualifier en finale de la compétition reine.

En venant à bout du Paris Saint-Germain dans une double confrontation maîtrisée de fond en comble, Manchester City s'offre le droit de rêver en vue de la finale, le 29 mai à Istanbul, qui opposera les hommes de Pep Guardiola à Chelsea ou au Real Madrid.

2. Mahrez fait encore mal à Paris

Manchester City v Paris Saint-Germain - UEFA Champions League Semi Final: Leg Two
Mahrez a été diabolique face au PSG dans cette double confrontation / Laurence Griffiths/Getty Images

Comme lors du match aller, l'Algérien a fait mal au PSG. Si l'ailier de Manchester City n'a pas spécialement brillé dans le jeu et dans ses dribbles, il a été d'une finition redoutable en étant l'auteur de l'ouverture du score dès la 11e minute, suite à une frappe mal repoussée par la défense parisienne.

Le natif de Sarcelles ne s'est pas fait prier pour inscrire un doublé suite à un contre extrêmement bien mené par les Anglais à la 63e minute pour envoyer les Mancuniens en finale de la Ligue des Champions.

3. Paris en manque de réussite

Marquinhos
Marquinhos aurait pu relancer Paris mais s'est heurté la barre à la 17e minute / Laurence Griffiths/Getty Images

Le PSG a cruellement manqué d'efficacité contre les Citizens. Le club de la capitale aura tenté 14 fois sa chance sans cadrer une seule fois, une statistique qui explique le résultat.

Défensivement, les Parisiens ont encaissé un but sur l'une des rares offensives mancuniennes en première mi-temps et n'ont pas eu la réussite escomptée devant le but. Marquinhos a vu sa tête heurter le montant, Di Maria a manqué sa frappe alors que le but était pourtant vide.

Au retour des vestiaires, le discours du coach parisien n'a rien changé et les Parisiens n'ont pas pu inverser la tendance. La formation de Pochettino a totalement craqué en fin de match avec une énorme frustration et de très grosses fautes. Paris est tombé sur plus fort mais peut avoir des regrets.

4. Paris pas encore assez grand

Angel Di Maria
Angel Di Maria a été exclut pour une faute évitable à la 69e minute / Laurence Griffiths/Getty Images

C'est terminé pour le PSG. Après avoir éliminé le Barça de Lionel Messi et le Bayern Munich, champion en titre, les Parisiens n'ont pas su venir à bout de la machine mancunienne.

Paris a progressé mais doit encore travailler. Les hommes de Mauricio Pochettino ont su être séduisant et garder la possession du ballon mais ont manqué de tranchant en ne cadrant aucune frappe dans la rencontre.

Neymar, qui avait annoncé être prêt "à mourir sur le terrain", n'a pas réussi à peser sur la défense mancunienne et n'a pas assumé son rôle de leader. L'absence d'un Kylian Mbappé s'est fait ressentir ce soir.

5. Guardiola gagne la bataille tactique

FBL-EUR-C1-MAN CITY-PSG
Guardiola a prouvé qu'il était l'un des meilleurs entraîneurs au monde / PAUL ELLIS/Getty Images

Pep Guardiola a une nouvelle fois rappelé pourquoi il est l'un des meilleurs entraîneurs au monde. Le technicien espagnol qui a fait évoluer son équipe sans attaquant de pointe, a réussi une masterclass tactique face à Mauricio Pochettino.

Habituellement féru d'un énorme taux de possession de balle, Guardiola a préféré un petit peu plus laisser la balle à son adversaire pendant 60 minutes et être tranchant en contre avec des transitions rapides qui ont fait mal par deux fois à la défense parisienne.

Vainqueur en 2009 et 2011 de la C1, l'ancien coach du Barça retrouve enfin une finale européenne grâce à une équipe solide et bien organisée.

facebooktwitterreddit