Ligue des Champions

Liverpool - Atlético de Madrid (2-0) : Les 4 leçons à retenir de la qualification des Reds

Olivier Halloua
Sadio Mané encore buteur ce soir.
Sadio Mané encore buteur ce soir. / Robbie Jay Barratt - AMA/GettyImages
facebooktwitterreddit

Liverpool enfonce l'Atlético de Madrid (2-0). Les Reds plient la rencontre en trente minutes avec des buts de Diogo Jota et Sadio Mané. Deux caviars de Trent Alexander-Arnold et surtout une absence de réaction des Colchoneros. Ensuite, Felipe est expulsé pour une énorme faute sur l'international Sénégalais. Evidemment, la rencontre s'enterre dans un faux-rythme en seconde. Jürgen Klopp se permet même de sortir ses stars rapidement afin de gérer. Anfield jubile et tient sa revanche sur Diego Simeone.


Les 4 leçons de la rencontre

4. Une défense madrilène toujours aussi fébrile

Sadio Mane fauché par Felipe
Felipe coûte la défaite à son équipe. / Robbie Jay Barratt - AMA/GettyImages

Encore une fébrilité énorme de la part de la défense de l'Atlético de Madrid. Felipe devient le visage de cette déconvenue totale des Colchoneros. Fautif sur les deux buts et une autre action auparavant, le défenseur espagnol reçoit même un carton rouge logique. Une énorme semelle sur Sadio Mané oblige l'arbitre à l'expulser.

Les autres membres de cette défense ne démontrent pas une force à toutes épreuves non plus. Kieran Trippier comme Yannick Carrasco perdent l'ensemble de leurs duels face aux ogres rouges déchaînés dans la première demi-heure. Chaque face-à-face tourne court et finalement, les vagues s'enchaînent. Sans fin...

3. Des ailes largement dominées par Liverpool

Trent Alexander-Arnold
Trent Alexander-Arnold / Shaun Botterill/GettyImages

Quelle domination ! Trent Alexander-Arnold profite des espaces offerts par le Pharaon pour distribuer deux bonbons à ses attaquants. À l'opposé, Tsimikas présente ses atouts techniques. Dans les petits espaces, les milieux se projettent afin de créer des triangles de connexion. Et en face, aucun répondant.

Trippier subit ses duels sans pouvoir assumer l'impact énergétique. Carrasco affiche les lacunes logiques à ce poste et lâche le marquage à de nombreuses reprises sur ses vis-à-vis. Dans les trente mètres des Reds, pas de dédoublements et surtout des transmissions peu créatives. Ses couloirs appartiennent à Liverpool, sans opposition.

2. Simeone s'est trompé

Diego Simeone
Diego Simeone / Aitor Alcalde Colomer/GettyImages

À l'image de ce qui est proposé en championnat, l'Atléti n'a pas existé offensivement. Aucune situation créée avant le rouge ni après. Diego Siemone présente encore un système peu audacieux. Des pistons obligés de jouer bas avec la surprésence des latéraux adverses, des attaquants laissés pourvus de ballons devant, une charnière à trois qui se perd dans des relances compliquées.

Globalement, El Cholo n'a pas abordé la rencontre par le bon bout de la lorgnette. Dans l'approche tactique, on ressent la peur de laisser des 1V1 pour Salah et Mané. Or, les deux virtuoses poussent les défenseurs à se replier. Et finalement, Alexander-Arnold et Tsimikas peuvent aisément tenter leurs chances. Dans toute l'animation, rien ne semble cohérent et adapté.

1. La récupération toujours aussi flamboyante à Anfield

Diogo Jota, Joel Matip, Mohamed Salah, Trent Alexander-Arnold
Le trio de Liverpool s'en sort encore parfaitement. / Laurence Griffiths/GettyImages

Le maître mot de Liverpool est évidemment la récupération. Reprendre le contrôle du jeu à la perte de balle et l'orienter sur les ailes. Or, ce soir, Jordan Henderson et Fabinho lisent les trajectoires de passes sans forcer. Le milieu distribue tout en gérant les sorties balle au pied des terribles Koke ou Rodrigo De Paul.

La projection sur les ailes est parfaite par la suite. Aucun déchet, contrairement au pressing désorganisé des Rojiblancos. On ressent une différence technique flagrante dans le contre-pressing et l'attaque des zones de vérité.


Liverpool assure sa qualification au prochain tour de cette Ligue des Champions avec cette victoire. Les Red sont mêmes assurés de terminer premiers de poule après leur sans-faute. L'Atlético de Madrid se retrouve dos au mur, troisième à un point du FC Porto. En cas de revers contre l'AC Milan, les Colchoneros pourraient quitter déjà la compétition.

facebooktwitterreddit