Ligue des Champions

Lille - Wolfsburg (0-0) : Les 6 leçons à retenir des débuts frustrants des Dogues

Clément Mouffetard
Burak Yılmaz, Angel Gomes, Kevin Mbabu lors de la rencontre Lille-Wolfsbourg
Burak Yılmaz, Angel Gomes, Kevin Mbabu lors de la rencontre Lille-Wolfsbourg / Lars Baron/Getty Images
facebooktwitterreddit

Quel match ! Dans une ambiance de folie, le Losc a offert une superbe rencontre au public du Stade Pierre-Mauroy. Mais les Dogues se sont contentés d'un match nul malgré leur très belle performance ce mardi soir.


1. Le 4-4-2 efficace de Gourvennec

Jonathan David, Burak Yılmaz
Jonathan David, Burak Yılmaz lors du match face à Wolfsbourg / Lars Baron/Getty Images

Jocelyn Gourvennec n'a pas chamboulé ses plans et a reconduit la même formation depuis le début de saison, le 4-4-2. Pour l'instant, cette tactique n'a pas vraiment porté ses fruits avec la défaite face à Lorient vendredi dernier.

Pourtant, les Dogues ont littéralement marché sur les Allemands dans les premières minutes de la rencontre avec un pressing extrêmement haut. Les joueurs du nord de l'Hexagone ont notamment dominé le milieu de terrain.

En première mi-temps, les Lillois n'ont pas concédé un seul tir ! Les hommes de Jocelyn Gourvennec ont été incroyables dans cette première partie de match, et n'ont quasiment pas souffert.

2. Première réussie pour Jocelyn Gourvennec

Alors qu'il était la risée des supporters lillois après le départ de Christophe Galtier, Jocelyn Gourvennec a dominé son sujet du soir. Le tacticien a mis du temps pour imposer sa patte à cette équipe lilloise, mais semble enfin avoir trouvé la recette.

Pour sa grande première en Ligue des Champions, l'entraîneur breton a composé une équipe compétitive et séduisante sur le terrain, malgré l'absence de son joueur phare, Renato Sanches.

3. Burak Yilmaz, l'étendard frustré

Kevin Mbabu, Burak Yılmaz
Burak Yılmaz avec le Losc face à Wolfsbourg cette saison / Lars Baron/Getty Images

Le joueur du club lillois est à l'origine de multiples occasions dangereuses. Il a été le pilier offensif de son équipe. Le joueur de 36 ans a occupé tous les espaces laissés par la défense allemande.

Malheureusement, le Lillois a manqué de réussite dans la zone de vérité, à l'image de sa glissade avant un duel avec le gardien allemand (21').

Bien qu'il n'ait pas été décisif ce soir, le Turc était partout dans ce match. Faux numéro 9, pivot, dans le dos de la défense. Encore une fois, Burak Yilmaz a été à la hauteur de son statut et à véritablement porté son équipe.

4. Wout Weghorst absent

Wout Weghorst, Zeki Celik
Wout Weghorst lors d'un duel face à Zeki Celik pendant le match contre Lille / Lars Baron/Getty Images

Le terme transparent est un euphémisme pour décrire la prestation du joueur de Wolfsburg.

Bien qu'il ne soit pas à l'origine de graves erreurs, Wout Weghorst a délivré une performance moyenne, voire fantomatique ce soir, alors qu'il se montre décisif cette saison en Bundesliga (2 buts, 1 assist).

5. La Var, encore une fois

Jonathan David, Burak Yılmaz
La joie des Lillois, pensant avoir ouvert le score. / Lars Baron/Getty Images

À la sortie des vestiaires, les champions de France ont confirmé leur domination avec un but magnifique signé Jonathan David (48').

Cependant, l'ouverture du score a été annulée par la VAR quelques secondes plus tard, en raison d'un ballon qui serait sorti en touche. Cette décision a été très contestée par l'ensemble du clan lillois et a même été sifflée par le public du Stade Pierre-Mauroy.

6. Un match haletant

À la surprise générale, le Losc a totalement renversé son adversaire du soir. Les Dogues ont été plus percutants et plus tranchants que leurs homologues allemands.

Devant près de 30.000 spectateurs, les hommes de Jocelyn Gourvennec ont brillé malgré ce match nul. Les Lillois ont enfin retrouvé leur niveau de la saison passée. On a hâte de voir le match retour en Allemagne, le 8 décembre prochain.

facebooktwitterreddit