Lille OSC

Lille - Ajax (1-2) : les 4 leçons à retenir de cette défaite des Lillois

Matthieu Agro
Feb 18, 2021, 11:37 PM GMT+1
Renato Sanches entouré de Tadic et Alvarez de l'Ajax.
Renato Sanches entouré de Tadic et Alvarez de l'Ajax. | ANP Sport/Getty Images
facebooktwitterreddit

À domicile, le LOSC de Christophe Galtier, dominé dans tous les aspects du jeu, s'est fait renversé (1-2) par l'Ajax d'Amsterdam, foudroyé dans le money-time de la seconde période.

1. Lille surdominé

64% de possession de balle, 5 tirs cadrés à 1, et surtout beaucoup plus de tranchant pour porter le danger dans la surface adverse : l'Ajax Amsterdam, pourtant amputé de la plupart de ses cadres (Onana, Haller, Gravenberch, Mazraoui) a nettement pris l'ascendant sur le leader du Championnat de France, dans le jeu.

Si le Lillois Timothy Weah avait, à la 72e minute, ouvert le score contre le cours de jeu sur une erreur de la défense néerlandaise, les Ajacides ont finalement pris le dessus sur une rencontre (buts à la 87e et la 89e) qu'ils auraient pu éteindre bien plus tôt. Les Néérlandais, pêchant dans la finition, ont longtemps buté sur un Mike Maignan encore performant (23e, 28e, 49e).

2. Un (tout) petit Yazici

Il était, avant le début des 16e de finale, le co-meilleur buteur de cet exercice 2020-2021 de C3. Monsieur Europa League, Yusuf Yazici (6 buts en 6 journées lors de la phase de poules) était en petite forme ce soir.

L'international turc (27 sélections), positionné au soutien de Jonathan David sur le front de l'attaque, a été totalement éteint par l'intensité mise en place par l'entrejeu ajacide. Enchaînant les pertes de balle, l'habituel talisman des Dogues s'est fait sortir dès la 63e minute, sans avoir eu l'occasion de se créer la moindre opportunité offensive.

Au vu du statut qu'il a endossé cette saison, le meneur de jeu de 23 ans a clairement failli à ses responsabilités. Mais Yazici n'est pas le seul fautif : moins agressif, plus brouillon, et surtout bien plus tendre sur l'aspect mental, c'est tout le collectif du LOSC, pourtant si audacieux en Ligue 1, qui a mal défendu ses principes ce soir.

3. Une décision arbitraire litigieuse

Finalement, le sort du match s'est joué sur les 20 dernières minutes. Alors que l'Ajax baissait nettement en intensité, le latéral gauche Tagliafico s'est écroulé dans la surface (84e), au duel avec Renato Sanches.

Au ralenti, la faute est largement contestable : de dos, le milieu portugais cherche à protéger le ballon et ne crochette pas vraiment son adversaire malgré le léger contact. Finalement, après vérification de la VAR, le penalty est accordé, et transformé sans sourciller par un Dusan Tadic (87e) encore inssaisable ce soir. Les Lillois, manquant clairement de maturité, se sont ensuite totalement sabordés.

4. Pragmatique, l'Ajax prend une grosse option

Ce soir, les Ajacides ont réalisé le retournement de situation le plus rapide de l'histoire de l'Europa League (RMC Sport). Deux minutes après l'égalisation sur penalty du Serbe, le jeune Brobbey, fraîchement entré en jeu, bat Mike Maignan d'un tir puissant qui passe entre les jambes du portier nordiste, après une superbe prise de la profondeur suite à une belle déviation de Klaassen.

L'attaquant de 19 ans permet aux leaders d'Eredevisie de rentrer sereins à Amsterdam, en vue du match retour. Avec cette victoire (1-2) certes assurée dans la douleur, mais finalement bien maîtrisée, les hommes d'Erik Ten Hag, sans doute mieux rôdés aux joutes européennes que le LOSC, auront de quoi voir venir la semaine prochaine. Lille devra s'imposer par deux buts d'écart à la Johan Cruyff Arena.

Autrement dit, au vu de leur prestation ce soir : c'est presque mission impossible, surtout dans un des bastions historiques sur la scène européenne . Mais dans le football, on ne sait jamais vraiment. Notamment au vu du flamboyant visage qu'affiche la plupart du temps ce Lille 2020-2021.

facebooktwitterreddit