Ligue des Champions : Et si la fin prématurée du championnat avait avantagé les clubs français ?

TOPSHOT-FBL-EUR-C1-MAN CITY-LYON
Les clubs français bien plus frais pour cette Ligue des Champions ? | MIGUEL A. LOPES/Getty Images

On est potentiellement à l'orée d'une finale 100% tricolore en Ligue des Champions. Alors que l'on a pourtant longtemps critiqué l'arrêt prématuré de la Ligue 1, cette décision a peut-être fait les affaires de l'OL et de PSG pour ce Final 8 de la C1.

Une décision prématurée qui a fait jaser

Retour quelques mois en arrière. Le football européen est à l'arrêt, et on ne sait pas encore quand les grands championnats pourront reprendre. Prenant de l'avance, le gouvernement français informe que les championnats français ne reprendront pas avant le mois d'août. Une décision prématurée qui surprend au plus haut point, puisque les quatre grands championnats décident de reprendre quelques semaines plus tard.

Il n'en fallait pas plus pour que certains présidents se sentent lésés. En plus des relégués, Jean-Michel Aulas crie au scandale. Encore en course pour disputer une compétition européenne, le président de l'OL ne comprend pas cette décision. D'autant plus que quelques mois plus tard, tous les autres championnats vont jusqu'à leur terme.

La perte financière n'est pas la seule donnée qui fait trembler le football tricolore. Possédant encore deux clubs en lice en Ligue des Champions, qui doit reprendre au mois d'août sous la forme d'un Final 8, on ne donne pas cher de la peau de l'Olympique Lyonnais et du Paris Saint-Germain.

Une finale de la Coupe de la Ligue qui n'a pas rassurée

D'autant plus que la finale de la Coupe de la Ligue, entre ces deux clubs, est loin de rassurer. Alors que le PSG et l'OL se retrouvent, à quelques semaines de la reprise de la Ligue des Champions, on est loin d'avoir le droit à une grande affiche. Les deux équipes semblent exténuées et attendent la séance de tirs au but pour livrer le verdict de cette finale.

Pour la plupart des amateurs de football, cela ne fait plus de doute ! Malgré la victoire de l'OL lors du huitième aller face à la Juventus (1-0) ou du tableau clément du PSG pour la suite de la compétition, les clubs français seront loin de rivaliser avec les cadors.

Surtout lorsque l'on sait que l'Italie, l'Espagne ou même l'Angleterre viennent tout juste de terminer leur championnat et débarquent donc dans le rythme. Et pourtant, c'est tout le contraire qui se produit ! Au terme d'une saison aussi particulière, ce sont les clubs qui ont terminé la saison qui semblent les plus fatigués.

Un constat également pris en compte pour la Bundesliga

Face à l'OL, la Juventus et Manchester City étaient loin de proposer leur meilleur football. En fin de rencontre, les cadors semblaient à court de rythme face à une équipe rhodanienne qui semblait imperturbable. Même constat pour l'Atalanta Bergame face au PSG. Pourtant meilleure attaque de la Serie A, la Dea a complètement sombré en seconde période.

De quoi permettre au club de la capitale de mettre la pression en fin de match, pour renverser une situation délicate. Et pourquoi ce constat ne s'explique pas pour les clubs allemands ? C'est très simple ! La Bundesliga a repris plus tôt après la crise sanitaire. Disposant en plus de moins de journées que la plupart de ses concurrents (34 journées), le championnat allemand a terminé un mois avant la reprise de la C1.

Une longue pause qui a permis au Bayern Munich et au RB Leipzig de recharger un peu les batteries avant le départ de ce Final 8. En pleine confiance, ces deux équipes ont rapidement retrouvé leurs marques, pour rejoindre le dernier carré de la compétition européenne.

À quoi s'attendre désormais ?

Il est clair que cette fin de saison prématurée a permis à l'OL et au PSG de revenir au meilleur de leur forme. La victoire aisée du club de la capitale sur le RB Leipzig, mardi soir, en est l'ultime symptôme. Pour autant, le constat pourrait être sensiblement différent pour le Bayern Munich, véritable rouleau compresseur s'avançant avec une confiance au plus haut après avoir étrillé le Barça.

Attention tout de même ! On est loin d'assurer que les clubs tricolores auraient été éliminés sans la pause du championnat. C'est toutefois une donnée à prendre en compte dans les très bons résultats lyonnais et parisiens. Profitant clairement de cet atout non-négligeable, l'OL et le PSG se sont donnés des raisons de croire à un succès en C1.

Percevant le graal suprême à l'horizon, Rudi Garcia et Thomas Tuchel vont tout faire pour aider leur groupe à trouver les ressources nécessaires pour poursuivre leur chemin. La donne ne s'annonce clairement pas simple, mais on n'a jamais été aussi proche d'une finale 100% française !