Olympique Lyonnais (OL)

Ligue 1 : Autopsie de la quête de renouveau de l'OL

Jessé Otrante
Peter Bosz symbolise les espoirs Lyonnais
Peter Bosz symbolise les espoirs Lyonnais / PHILIPPE DESMAZES/Getty Images
facebooktwitterreddit

L'Olympique Lyonnais a vécu une dernière saison décevante ponctuée à la quatrième place. Avec un calendrier avantageux, les ambitions de Lyon étaient de décrocher une place en Ligue des Champions. Comment expliquer cette saison ratée, et quelle est la suite à prévoir pour le club de Jean-Michel Aulas ? Éléments de réponses avec Café du Commerce OL.


Lors du Final 8 en 2020, l'Olympique Lyonnais avait fait sensation en battant la Juventus et Manchester City dans les phases finales de la Ligue des Champions. Les coéquipiers d'Anthony Lopes sont sortis en demi-finales avec les honneurs face au Bayern Munich (0-3).

Mais avec une décevante 7ème place, les troupes de Rudi Garcia n'ont disputé aucune Coupe d'Europe la saison dernière. Désireux de retrouver dès cette année la Ligue des Champions, les Lyonnais ont une nouvelle fois échoué en accrochant tout de même l'Europa League.

Jonathan, un des membres fondateurs du site d'actualité de l'Olympique Lyonnais : Café du Commerce OL a accepté de nous donner son avis sur plusieurs sujets concernant le club.

"On paye les erreurs qui ont été faites. Notamment d'avoir choisi Rudi Garcia et Sylvinho un peu avant."

Jonathan, Café du Commerce OL

Rudi Garcia principal fautif ?

Depuis son arrivée à Lyon en 2019 pour prendre la place d'un Sylvinho décevant, Rudi Garcia a rarement fait l'unanimité chez les supporters du club. Il faut dire que ses nombreuses déclarations vis-à-vis lors de son passage à Marseille n'ont jamais vraiment été pardonnées par les Lyonnais.

"Il est arrivé avec une étiquette assez compliquée à Lyon, notamment avec ses critiques par rapport à l'arbitrage."

Jonathan, Café du Commerce OL

Au-delà de sa mauvaise image auprès des Gones, Rudi Garcia n'a pas réussi pendant ces deux saisons à emmener Lyon en Ligue des Champions. Un échec cuisant pour un club qui compte énormément sur cette compétition afin de renflouer les caisses. C'est donc sans surprise que l'ancien entraineur de Lille n'a pas été conservé par le club.

"Quand on regarde les effectifs, on n'était pas inférieur à Lille ou à Monaco, on pouvait les regarder dans les yeux. Malgré notre calendrier léger, on n'a pas été capable de se qualifier en Ligue des Champions. C'est un échec".

De plus, les Lyonnais ont rarement montré un visage séduisant sur les pelouses de France. Un triste constat lorsqu'on voit des joueurs comme Lucas Paqueta, Memphis Depay et Maxence Caqueret bourrés de talent :

"Le niveau de jeu n'était pas bon. Quand on peut aligner un milieu avec Guimaraes, Paqueta et Caqueret, et que deux de ces joueurs étaient sur le banc de touche au profit d'Aouar et Thiago Mendes, ça pose certaines questions. Il y a beaucoup de choix qu'on n'a pas compris. L'entraineur privilégiait souvent le statut au mérite", nous a confié Jonathan.

Le mercato : la consécration pour Juninho ?

Légende de l'Olympique Lyonnais, c'est dans le costume de sauveur que Juninho est revenu au club en 2019 dans la peau de directeur sportif. Le retour du Brésilien en France n'est pas de tout repos.

Juninho a été critiqué pour le choix peu fructueux qu'était celui d'amener Sylvinho sur le banc lyonnais. Suite à cet échec, le Brésilien a souvent été laissé dans l'ombre, notamment avec l'arrivée de Rudi Garcia qui n'était pas un choix de sa part.

"Quand il est arrivé, Juninho n'a pas eu tous les pouvoirs. Les dirigeants lyonnais ne lui ont peut-être pas accordé une grande crédibilité. On lui a délégué le mercato, la relation avec les joueurs, mais pas vraiment les choix stratégiques. Certes Sylvinho c'est son choix, mais il ne pouvait pas choisir son staff".

FBL-FRA-LIGUE1-LYON
Sylvinho et Juninho. / JEFF PACHOUD/Getty Images

D'après le rédacteur en chef de Café du Commerce, Juninho a gagné en légitimité avec le recrutement de Bruno Guimaraes en hiver 2020. Un joueur qui a su, dès son arrivée en hiver 2020, s'adapter au championnat français et enchainer les bonnes performances. À partir de là, les dirigeants ont accepté de laisser manœuvrer le Brésilien :

"Grâce à Guimaraes et Paqueta, Juninho a pu se faire une crédibilité. Quand on voit le recrutement de Peter Bosz qui est un choix du Brésilien, on voit qu'il est en train de se faire sa place et poser sa patte sur le projet sportif. C'est maintenant qu'on pourra analyser son travail".

Le surprenant départ de Melvin Bard

C'est avec surprise que les Lyonnais ont appris le départ de Melvin Bard à Nice. Un choix surprenant, d'autant que le latéral gauche de 20 ans avait montré des choses intéressantes avec son club formateur. Après l'éclosion d'Amine Gouiri à Nice, il était étrange de voir les Lyonnais céder à nouveau un de leur talent, surtout pour 3 M€.

Mais ce départ surprenant est-il une aussi grosse perte que celui d'Amine Gouiri l'an dernier ?

"Ce départ est un peu surprenant, on pouvait s'attendre à voir le coach lui donner sa chance. C'est un joueur très intelligent qui a su élever son niveau de jeu, mais on n'est pas sur un talent du niveau de Gouiri. Melvin Bard a le potentiel pour devenir un bon joueur de Ligue 1, mais on n'est pas sur un gros crack".

Reste à savoir si le joueur de 20 ans donnera des regrets à son ancien club de l'avoir vendu aussi tôt. Réponse peut-être dès cette saison.

L'espoir d'une belle saison avec Peter Bosz

FRA-FBL-LIGUE 1-LYON-PRESSER
Peter Bosz lors de sa signature. / OLIVIER CHASSIGNOLE/Getty Images

Pour remplacer Rudi Garcia, l'Olympique Lyonnais a choisi de faire confiance à Peter Bosz. Démis de ses fonctions en cours de saison avec le Bayer Leverkusen, le technicien néerlandais colle avec la politique de Lyon, qui est de faire confiance aux jeunes. En tout cas, le nouvel entraineur fait déjà des heureux :

"Je suis très content de son arrivée. C'est un entraineur que je suivais avec le Bayer Leverkusen. Il met beaucoup d'intensité pendant les matchs. Il a une identité de jeu dont on avait besoin à Lyon, surtout au regard de notre effectif. De plus, il a lancé beaucoup de jeunes à l'Ajax Amsterdam (Mathijs de Ligt). Avoir un coach qui fait passer le mérite avant le statut est une très bonne chose".

À l'orée début de la saison, Peter Bosz se familiarise avec son effectif. On peut dire que le Néerlandais a bien débuté la préparation avec trois victoires consécutives, dont un 4-1 éclatant contre Wolfsburg. Des rencontres où les Lyonnais ont eu un avant-goût de ce que leur nouveau coach compte instaurer :

"Il demande à ses joueurs de presser très haut, il y aura une volonté d'étouffer l'adversaire. C'était déjà comme ça à Leverkusen. Il est bien de voir que, malgré les difficultés, les joueurs veulent reproduire ce que leur coach demande. Il y a aussi cette insistance de relancer court derrière. Faire en sorte que le gardien joue avec ses défenseurs centraux ou latéraux. Le but est d'avoir un maximum de maîtrise sur le jeu".

Au vu des premiers matchs, l'Olympique Lyonnais s'annonce comme une équipe très joueuse. Il sera intéressant de voir ce que ça donnera contre des grosses formations comme le Paris Saint-Germain.

Malo Gusto, la révélation lyonnaise ?

Malo Gusto
Malo Gusto a brillé lors des matchs de préparation. / Quality Sport Images/Getty Images

Depuis le début de la préparation estivale, un jeune joueur se démarque des autres. Il s'agit du latéral droit Malo Gusto. Pur produit du centre de formation, le joueur de 18 ans a des chances d'engranger du temps de jeu cette saison. Jonathan a accepté de nous présenter ce joueur au profil atypique, se rapprochant un peu de Ferland Mendy :

"Malo Gusto a été formé au poste de 8-10, replacé par la suite en U17 en tant que latéral droit. C'est un joueur très rapide, puissant et technique qui arrive à jouer en profondeur mais aussi aller vers l'intérieur. Avec son endurance, il a une grosse production dans le jeu. C'est un profil assez rare et le meilleur joueur de la préparation. On se demande même s'il ne débutera pas la saison en tant que titulaire. En forçant un peu le trait, je pourrais le comparer à Ferland Mendy".

Même s'il n'a pas exactement le même profil que l'ancien Lyonnais, Malo Gusto a le talent pour prendre une place de titulaire sur le côté droit et ainsi reléguer Leo Dubois dans la hiérarchie.

Après une saison compliquée, l'Olympique Lyonnais peut reprendre espoir avec un entraineur qui aura un effectif capable de s'adapter à ses principes de jeu.

Surtout avec le retour d'un joueur comme Lucas Paqueta, qui a brillé pendant la Copa America. Le renouveau de Lyon est lancé. Avec en ligne de mire, une place sur le podium pour se qualifier en Ligue des Champions.

facebooktwitterreddit