Olympique Lyonnais (OL)

Les supporters lyonnais s'expriment avant l'Olympico

Olivier Halloua
Les supporters Gones lors du match face au Sparta Prague.
Les supporters Gones lors du match face au Sparta Prague. / Eurasia Sport Images/GettyImages
facebooktwitterreddit

L'Olympique Lyonnais doit laver l'affront. Avant la trêve internationale, l'OL tombe de haut à Rennes (4-1). Ce lourd revers doit être oublié en remportant cet Olympico à domicile. Les Rhodaniens reçoivent l'Olympique de Marseille, rival de longue date. L'occasion de redorer d'une formation en dents de scie depuis le début de saison.

Nous sommes allés à la rencontre de deux comptes populaires dans la communauté lyonnaise : Inside Gones et le Café du Commerce. Deux représentant nous ont partagé leur sentiment quant à ce Lyon à double visage.


"Paqueta en 9, quel gâchis"

Le désastre en Bretagne a permis de tirer quelques leçons claires. Peter Bosz a raison dans beaucoup de domaines, mais certains laissent encore de marbre le Café du Commerce. "Je pense qu’on peut tirer des enseignements malgré le fiasco qui ne saurait effectivement pas être représentatif de cet OL. Positionner Paqueta en n°9 est un énorme gâchis. Je ne sais pas si l’idée de jouer dans ce schéma en 4-3-3 est à jeter intégralement sachant qu’aucun des trois offensifs ne jouaient ici à leur poste. Mais ce qui est sûr, c’est qu’elle n’était pas prête", souligne son intervenant.

Constat plus amer du côté d'Inside Gones. Cette contre-performance doit signer un réveil immédiat face à Marseille. "Il faut espérer que les discours de leaders comme Boateng remettront à leur place tout le monde pour se projeter sur la suite. Dans le jeu, c’est le premier gros faux pas de Bosz. Le technicien s’est bien trompé en changeant de système. Je n’ai pas vu une performance aussi abyssale de l’OL depuis des années, mais l'entraîneur sait se remettre en question et je n’ai pas de doutes sur le fait qu’un match comme cela ne se reproduira pas avant un bon bout de temps", espère-t-on ici.

De chaque côté, on veut donner du temps à Bosz pour instaurer ses principes. Les résultats finiront par venir d'eux-mêmes, peut-être dimanche soir face au rival marseillais.

Un double visage qui perturbe

En Ligue Europa, Lyon a carburé. Quatre rencontres, quatre victoires, une qualification directe pour les huitièmes de finale de Ligue Europa. Une première depuis plus de dix ans. Et ce contraste avec cette septième place en Ligue 1 prend source dans le manque de motivation rhodanien pour Hugo "d'IG". "Karl Toko-Ekambi glissait en conférence de presse, très maladroitement, qu’en Europe il n’y avait pas besoin de se motiver. Le sous-entendu, qui laisse imaginer qu’il faut se motiver pour le championnat car certains sont moins concernés, explique peut-être aussi les relâchements de fin de matchs. En Europe, dans cette phase de groupe, l’OL n’a pas non plus affronté les meilleures équipes de la compétition", analyse-t-il.

La faiblesse affichée par les adversaires européens a marqué aussi le Café du Commerce. "Il faut dire tout d’abord que le groupe européen de l’OL est très abordable. Puisque la comparaison avec l’OM est de mise, je ne pense pas qu’on aurait vu un sans-faute de Lyon à la place de Marseille. C’est remarquable qu'elle ait parfaitement assuré la phase de groupe, mais il faut quand même souligner que les adversaires n’ont pas la même qualité qu’en Ligue 1. Et bien sûr, qu’importe le professionnalisme et le niveau de l’entraîneur et des joueurs, la motivation sera toujours différente en Europe que dans la routine du championnat", glisse Hugo.

L'OM, un concurrent difficile à appréhender

Le représentant du populaire compte twitter embraye sur l'OM. Et finalement, les deux Olympiques font transparaître des visages assez ressemblants, selon lui. "C’est toujours un adversaire à craindre compte tenu de la rivalité que les « Olympicos » sont devenus. Cette saison, la question est plutôt de savoir s’ils seront un concurrent à craindre. C’est très intéressant de les observer car avec Sampaoli, l’OM a démarré le même type de virage idéologique que l’OL avec Bosz, mais avec un peu d’avance puisqu’ils ont pu l’embaucher à la fin de l’hiver dernier. Ces dernières semaines, la lune de miel semble s’être essoufflée, mais l’OM reste 4ème", ajoute-t-on.

Ressenti partagé par l'autre groupe de supporters. "Les Marseillais, comme les Lyonnais, sont séduisants dans le jeu mais lâchent beaucoup trop de points pour être réguliers. C’est également un prétendant au podium donc forcément, l’enjeu est grand. Le danger de l’OM c’est aussi son jeu en contres. Avec des joueurs très rapides, et des défenseurs lyonnais qui en manquent, les contres attaques pourraient être fatales s’il y a un manque de vigilance de la défense", harangue Inside Gones.

Dubois, le talon d'Achille

Et ce Marseille effraye aussi sur les ailes. L'absence de Léo Dubois apparaît comme une chance pour tester des nouvelles choses dans ce poste en délicatesse. "Peut-être que le moment est venu de faire appel à Malo Gusto. On ne peut pas penser que c’est un match trop relevé ou trop tendu pour faire jouer un si jeune joueur car il a fait une très bonne prestation au Parc des Princes. Ça ne résoudrait pas tous les problèmes défensifs ni tous les problèmes sur les ailes, qui trouvent aussi des origines tactiques" explique le Café du Commerce.

La zone de tension se situe bien dans les couloirs pour Inside Gones également. "L’OL peut compter sur une solidité défensive dans l’axe pour être plutôt rassuré sur des centres à répétition.
La confiance n’est peut-être pas au beau fixe chez nos latéraux, surtout du côté droit et c'est sans doute le talon d’Achille de Lyon, dont pourront profiter les Marseillais en contres", assure-t-on avec beaucoup de résignation.


Enfin, un petit prono positif de chaque côté. 2-1 pour le Café du Commerce confiant suite aux bons résultats à domicile de l'OL. 3-1 même pour Inside Gones, déterminé à observer un bon rebond de ses joueurs dimanche soir. Comme dans tous les Olympicos, seule la victoire compte.

facebooktwitterreddit