Les révélations touchantes d'Adriano sur sa carrière

Baptiste Blanchard
Adriano a réalisé une interview sur sa carrière cette semaine.
Adriano a réalisé une interview sur sa carrière cette semaine. / GIUSEPPE CACACE/Getty Images
facebooktwitterreddit

Dans une interview donnée ce jeudi à nos confrères de The Players Tribune, l'ancienne gloire de l'Inter Milan fait des révélations touchantes sur sa carrière.


Des favelas au Giuseppe-Meazza. La vie d'Adriano est finalement une belle histoire à laquelle de nombreux joueurs professionnels brésiliens sont aujourd'hui familiers.

Ce mardi, la légende vivante du football a donné une interview au média The Players Tribune, dans laquelle il fait des révélations sur sa carrière de footballeur professionnel.

Le rôle de sa mère

D'abord joueur au mythique club brésilien de Flamengo, Adriano raconte son enfance, à la fois heureuse dans les ruelles étroites des favelas et difficile puisqu'il n'avait pas forcément à manger tous les jours.

Le Brésilien décrit notamment le rôle de sa mère, qu'il chérit plus que tout au monde. "Quand j'étais enfant, elle montait avec moi dans le bus pour s'entraîner tous les jours, et bien sûr, nous n'avions pas beaucoup d'argent, alors elle avait l'habitude de faire du pop-corn pour que nous ayons quelque chose à manger. Ou parfois elle coupait un morceau de pain blanc et versait du sucre au milieu", relate Adriano.

L'Auriverde se souvient du moment où il a été sélectionné en équipe nationale. C'est sa mère qui lui a annoncé la bonne nouvelle.  "Je faisais une sieste quand ils ont fait l'annonce de l'équipe nationale à la télévision.
Ma mère est entrée dans la pièce en criant: "Adriano ! Adriano ! Fils ! Vous avez été appelé ! Mon Dieu !"

Je ronflais. Zzzzzzzzz.
J'ai dit: "Hein ? Quoi ? Tu te moques de moi ?
Je suis sorti du lit et j'ai vu mon nom sur la télé."

Le coup-franc mythique contre le Real Madrid

Le natif de Rio raconte aussi un de ses premiers buts pour l'Inter Milan, ce mythique coup-franc tiré pleine puissance dans la lucarne gauche du Real Madrid lors d'un amical, la saison de son arrivée :

"Ce coup-franc, raconte Adriano, Materazzi voulait le prendre mais Seedorf s'est interposé pour laisser le bambin brésilien le tirer. Une carrière se joue sur rien."

La descente aux enfers

Devenu roi d'Italie avec l'Inter, club avec lequel il remporte quatre Scudetti, Adriano se souvient de la Copa America gagnée à l'arrachée contre ces "salauds" d'Argentins, mais également sa descente aux enfers avec la mort de son père en 2004. Son talon d'Achille qui explose en 2011 concrétise son déclin. Un moment touchant avec Adriano Leifte Ribeiro.

facebooktwitterreddit