Ligue des Champions

Les 8 enseignements à retenir de la campagne européenne du PSG

Jean Dubas
Tout n'est pas à jeter dans la campagne européenne du PSG, loin de là
Tout n'est pas à jeter dans la campagne européenne du PSG, loin de là / FRANCK FIFE/Getty Images
facebooktwitterreddit

Après la fin de campagne : le bilan. Suite à l'élimination du PSG en demi-finales de Ligue des champions contre Manchester City, retour sur les huit enseignements à tirer de cette nouvelle épopée européenne riche en émotions et en leçons.


1. Le PSG sait éliminer les gros

Joshua Kimmich, Leandro Paredes, Neymar Jr
Le PSG a sorti le Barça et le Bayern en phases finale cette année / Xavier Laine/Getty Images

Si tout ne s'est pas passé comme prévu contre Manchester City, la faute à une mauvaise gestion des temps forts et des temps faibles, le PSG doit sortir la tête haute de la compétition.

Les Parisiens ont mis fin au doute planant sur l'adversité lors du dernier Final 8. En sortant le Barça puis le Bayern, le club de la capitale a prouvé qu'il méritait d'être considéré comme un grand d'Europe capable de rallier le dernier carré en se mesurant aux mastodontes européens.

2. Une force collective présente

FBL-EUR-C1-PSG-MAN CITY
Le PSG a montré une grosse force collective malgré un mental fébril encore parfois / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/Getty Images

À nuancer, certes, au vu du craquage général contre City en deuxième période lors du match retour et après avoir vu la finale s'échapper ce mardi soir.

Les Parisiens ont néanmoins confirmé leur cohésion de groupe montrée lors du dernier Final 8 l'été passé. Le bloc du PSG a tenu bon dans les moments durs contre le Barça puis le Bayern et plus tôt encore contre Manchester United en phase de poules, montrant une abnégation qu'il faudra réutiliser et renforcer l'année prochaine.

3. Mbappé calibré pour les gros rendez-vous

Kylian Mbappé
Mbappé a montré de quoi il était capable dans les gros matches / Alexander Hassenstein/Getty Images

Le doute planait au dessus de son efficacité dans les gros matches après une année 2020 compliquée en C1. Mbappé a désormais mis les choses au clair. Le génie français est bien calibré pour les gros rendez-vous.

Auteur de six buts contre le Barça puis le Bayern aux tours précédents, la star parisienne de 22 ans a affiché une nette progression devant le but et dans sa capacité à se montrer décisif dans les grands matchs. Essentiel pour la suite.

4. Neymar et ses travers

Riyad Mahrez, Neymar
Neymar a encore perdu ses nerfs contre Manchester City / Laurence Griffiths/Getty Images

Du génie à la frustration, il n'y a qu'un pas. Le Brésilien en a encore fait étalage ce mardi soir contre les Cityzens. Capable du meilleur comme au match aller contre le Bayern, Neymar a voulu prouver avoir les épaules pour porter, seul, le PSG en finale.

Il n'en fut rien. L'international auriverde est retombé dans ses travers, tentant de se faire justice lui-même par des dribbles inutiles, ralentissant parfois le cours du jeu, prenant souvent les mauvaises décisions et perdant le contrôle de ses nerfs en période compliquée. Les années se suivent et se ressemblent.

5. Les latéraux, le talon d'Achille

Alessandro Florenzi
Florenzi est en manque de jus flagrant / Alex Grimm/Getty Images

Malgré une nette progression lors de ses deux dernières campagnes européennes, le PSG affiche les mêmes faiblesses chaque année et souvent aux mêmes postes.

En l'absence de Juan Bernat, titulaire habituel au poste de latéral gauche, les Parisiens se sont montrés particulièrement fragiles sur leurs flancs.

Florenzi en manque de jus, Bakker pas au niveau, Kehrer non plus, Diallo comme seule garantie stable à un poste n'étant pas le sien, il va falloir s'attarder sur ces faiblesses lors du prochain mercato pour régler le problème une fois pour toute.

6. Le PSG nerveux dans la défaite

Angel Di Maria, Bjorn Kuipers
Di Maria a craqué, à l'image de son équipe contre City / Laurence Griffiths/Getty Images

À l'image de sa star brésilienne, le PSG est retombé dans ses travers dans les moments durs. Face à City, les hommes de Mauricio Pochettino n'ont pas su garder le contrôle de leurs nerfs alors que la situation leur échappait, en témoignent le carton rouge de Di Maria, l'attitude insupportable de Neymar ou le goût parfois trop prononcé pour la bagarre de Paredes.

Si une force collective apparente émerge à Paris, une force mentale doit encore se confirmer pour surmonter les moments les plus durs et renverser la vapeur.

7. Le besoin d'un numéro 9

Mauro Icardi
Icardi ne donne pas satisfaction cette saison / Catherine Steenkeste/Getty Images

Que celui qui a aperçu Icardi sur la pelouse de l'Etihad ce mardi soir se manifeste. L'Argentin avait la lourde tâche d'assumer ses responsabilités à la pointe de l'attaque parisienne. Sans résultats.

Icardi n'a jamais pesé sur la défense Cityzen. L'ancien attaquant de l'Inter a touché moins de ballons que Keylor Navas et Ederson.

Au vu de ce que l'on attendait de lui et au delà de son efficacité en Ligue 1 (quand il est épargné par les pépins physiques), l'opération Icardi semble être pour le moment un échec. De quoi repenser le statut de Kean.

8. Une continuité à assurer

Mauricio Pochettino
Le PSG va devoir assurer dans la continuité en donnant peut-être plus de temps à Mauricio Pochettino / David Ramos/Getty Images

Malgré tout, le PSG a rallié le dernier carré pour la deuxième fois consécutive en deux années. Une continuité qui doit donner confiance aux hommes de Mauricio Pochettino.

La fin de saison pourrait s'avérer catastrophique si le titre échappait aux Parisiens en Ligue 1, mais il faudra assurément garder la même base pour l'année prochaine et ajuster en retouchant les points faibles.

Paris n'a jamais été aussi proche de réaliser son rêve mais pour rêver encore plus grand, il faudra bâtir encore plus solide.

facebooktwitterreddit