Fan Voice

Les 6 domaines où l’OM est au-dessus du lot en L1

Olivier Halloua
Dimitri Payet, capitaine d'un OM séduisant en 2022.
Dimitri Payet, capitaine d'un OM séduisant en 2022. / John Berry/GettyImages
facebooktwitterreddit

L'Olympique de Marseille rayonne en 2022. Un retour en force que ce soit en Ligue 1 ou en Coupe de France. Les Phocéens ont enchaîné trois succès sans prendre de buts à l'extérieur et un match nul contre le LOSC (1-1) au Vélodrome. Plus que jamais, les hommes de Jorge Sampaoli s'imposent comme des candidats au podium. Le tacticien argentin a réussi à placer l'OM au-dessus du lot sur plusieurs plans du jeu.


1. La possession

Dimitri Payet, Valentin Rongier, Boubacar Kamara
Boubacar Kamara ou Valentin Rongier maitrisent l'entre-jeu. / John Berry/GettyImages

Au niveau de la possession, l'OM de Jorge Sampaoli apparaît comme le plus efficace de Ligue 1. Peu importe l'adversaire, les Phocéens tiennent le ballon avec justesse. En moyenne, les Marseillais affichent 62% dans ce domaine, juste derrière le PSG avec 64%.

Pourtant, lors du choc au Vélodrome (0-0), Paris a eu toutes les difficultés du monde à confisquer cette balle. Les Parisiens boucleront la rencontre avec seulement 51%. Preuve de la bonne utilisation du ballon de leurs rivaux dans cet exercice.

2. Le pressing

Mattéo Guendouzi
Mattéo Guendouzi le roi du pressing à Marseille. / Catherine Steenkeste/GettyImages

Dans l'effort ou même le contre-effort, Marseille a des soldats d'élite. Emmenés par l'infatigable Mattéo Guendouzi, les Phocéens ont gardé un bloc haut à chaque rencontre. Ils ont tenté de parasiter la relance adverse afin de récupérer des ballons aisés.

A la différence de nombreuses écuries dans ce domaine, l'OM arrive à le réaliser longtemps et en équipe. Six à sept joueurs tentent de le maintenir pendant au moins une heure de jeu. Seuls des transitions rapides et efficaces comme celles de Lille ont pu le transpercer.

3. La maîtrise défensive

William Saliba
William Saliba est le roc référence de l'OM. / ANP/GettyImages

L'OM peut se satisfaire d'une défense de fer. William Saliba en est le fer de lance, pour rester dans la métaphore. Dans le dos ou dans les duels, peu d''attaquants ont réellement pris le dessus sur cette charnière à trois. Les couloirs ont contenu les assauts répétés par des milieux ou attaquants de métier.

Marseille se trouve être la meilleure défense de Ligue 1 et deuxième meilleure d'Europe. Sur les cinq derniers déplacements en championnat, zéro but encaissé.

4. La relance

Luan Peres
Luan Peres affiche une qualité dingue. / Catherine Steenkeste/GettyImages

Quelle relance exceptionnelle ! A l'image des extérieurs souvent observés de Luan Peres, les premières transmissions sont toujours pertinentes. Une touche de balle rigoureuse ou bien sentie dans l'espace. Cette rampe de lancement a permis d'échapper à des pressings hauts.

Peu d'équipes françaises ont réussi à mettre en place un tel système. En plus de cette qualité de passes, les joueurs autour bougent. Guendouzi, Kamara et même Dimitri Payet apportent leur soutien dans l'entre-jeu.

5. Le mental

Dimitri Payet
Dimitri Payet a sauvé l'OM à de nombreuses reprises. / John Berry/GettyImages

Malgré de bons résultats, Dimitri Payet ou Cengiz Ünder ont dû sauver l'OM à de nombreuses reprises. Un mental en acier trempé qui a permis à Marseille de revenir dans des rencontres d'envergure. Dernièrement, Ünder a arraché un point aux Phocéens dans un match difficile face au LOSC (1-1).

Contre le Stade de Reims (1-1), Payet a magnifiquement tiré un penalty à la 96ème minute. Les Marseillais n'ont marqué qu'à trois reprises en première période. Toutes les victoires se font au forceps.

6. La profondeur de l'effectif

Arkadiusz Milik
Arkadiusz Milik est remplaçant à l'OM. / John Berry/GettyImages

Pablo Longoria a créé un effectif complet sur tous les plans. Jorge Sampaoli peut aligner plusieurs systèmes différents. Chaque titulaire a son remplaçant. Il y a une grosse profondeur de banc : Steve Mandanda ou Arkadiusz Milik se retrouvent remplaçants malgré leur qualité.

Encore un exemple contre le RC Lens (0-2), Cédric Bakambu a marqué son premier but dès son premier match, en étant hors du onze au coup d'envoi. Comme l'ont été Bamba Dieng ou Milik plus tôt dans la saison.

7. Quelques axes encore perfectibles

Caleta-Car et Guendouzi
Caleta-Car et Guendouzi sont les seuls à avoir marqué sur coup de pied arrêté en L1. / SEBASTIEN BOZON/GettyImages

Sur d'autres axes, l'OM a des progrès à réaliser. Les Phocéens n'ont marqué que trois buts sur coups de pied arrêtés en Ligue 1 (hors penalty). Payet a bien marqué des coups francs directs, oui. Mais sur des déviations, c'est bien compliqué.

De même, l'utilisation des couloirs sur le front offensif reste un frein. Le réalisme fait défaut devant les buts et a fait perdre beaucoup de points à Marseille. Enfin, les Phocéens ont beaucoup de mal à utiliser les transitions rapides à bon escient.

facebooktwitterreddit