Atletico Madrid

Les 5 raisons de penser que Simeone n'est plus l'homme de situation à l'Atlético de Madrid

Olivier Halloua
Diego Simeone commence à être contesté à la tête de l'Atlético.
Diego Simeone commence à être contesté à la tête de l'Atlético. / Denis Doyle/GettyImages
facebooktwitterreddit

Diego Simeone est-il encore l'homme de la situation ? Après le sacre la saison passée de l'Atlético de Madrid, les espoirs étaient énormes sur les épaules d'El Cholo. Pourtant, les Colchoneros s'effondrent quelques mois plus tard. Une qualification in extremis pour les huitièmes de finale de Ligue des Champions, une quatrième place en Liga et des éliminations précoces en Copa Del Rey ou Supercoupe d'Espagne. Un bilan terrible qui nous fait penser que le tacticien argentin doit passer le flambeau en fin de saison.


1. Une défense plus friable que jamais

Mario Hermoso
Mario Hermoso et ses coéquipiers ont du mal derrière. / Soccrates Images/GettyImages

On n'avait jamais vu ça sous Diego Simeone. En fin d'année dernière, les hommes d'El Cholo ont enchaîné quatre revers de suite en championnat. Tout comme le nombre de buts encaissés par les Colchoneros en cette mi-janvier. 26 en 21 rencontres, même le Barça peut se réjouir d'avoir plus de stabilité défensive.

Une déception immense pour le tacticien défensif qu'est Simeone. Peut-être le temps de revoir ses plans ou de laisser sa place...

2. Un effectif moins adapté à son système

Koke
Koke a un rendement moins important. / Quality Sport Images/GettyImages

L'effectif de l'Atlético de Madrid n'est plus aussi rigoureux que par le passé. On ressent un manque de détermination chez plusieurs cadres. Des stars comme Koke, Yannick Carrasco ou José Maria Gimenez n'apportent plus la ferveur observée par le passé.

Dans la vingtaine de joueurs importants pour Simeone, on dénote plus de candidats offensifs. Luis Suarez, Antoine Griezmann ,Thomas Lemar, Joao Felix, Matheus Cunha ou Angel Correa peuvent évoluer plus haut. La plupart d'entre eux a du mal à combiner réalisme et placement défensif. Pourtant, la tactique madrilène est tournée vers la rotation totale.

3. Des résultats piteux

Mario Hermoso
L'Atlético de Madrid s'en est sorti de justesse face à Valence. / Eurasia Sport Images/GettyImages

Même lorsqu'on regarde le dernier match de l'Atlético, la tension est forte. Valence menait 0-2 et s'en est sorti à la dernière seconde. Un succès 3-2 grâce à Mario Hermoso. Le bilan comptable devient catastrophique. Treize points de retard sur le Real Madrid, dix sur le FC Séville.

En Ligue des Champions, il faudra patienter la dernière journée pour assurer leur qualification en huitièmes de finale. Dans les deux autres compétitions, deux éliminations. Défaite en demi-finale de la Supercoupe d'Espagne et en huitièmes de finale de Copa del Rey. Déjà neuf revers pour l'Atléti cette saison.

4. Ne pas faire la saison de trop

Diego Pablo Simeone head coach
Diego Simeone est là depuis longtemps. / Quality Sport Images/GettyImages

Onze années à la tête de l'Atlético de Madrid. Deux titres de champions d'Espagne, un sacre en Copa Del Rey ou en Supercoupe d'Espagne, deux finales de Ligue des Champions et deux couronnements en Ligue Europa. Beaucoup de succès, un style de jeu bien défini et une évolution depuis son arrivée en 2011.

Il ne faudrait pas que cet exercice difficile devienne celui de trop. Ne parlons pas de la suite qui ne s'annonce pas rose non plus. N'aurait-il pas fallu partir sur une victoire ?

5. La fin d'un cycle

Luis Suarez
Luis Suarez a perdu son sens de la finition. / Denis Doyle/GettyImages

A l'image de beaucoup d'éléments de l'effectif, nous nous rapprochons d'une fin de cycle. Les joueurs ont perdu de leur rendement, de leur envie et même de leur niveau. Des Luis Suarez, Koke ou Jose Maria Gimenez perdent pied encore une fois.

Les résultats montrent également que ce système n'apparait plus adapté surtout en compétition européenne. Les Madrilènes n'ont plus atteint les demi-finales de Ligue des Champions depuis 2017. Quand ils semblaient favoris il y a cinq ans, les guerriers de Simeone ne sont même plus cités en 2022. Le vent du changement a sonné...

facebooktwitterreddit