Paris Saint-Germain

Les 5 grandes fautes de Leonardo depuis son retour au PSG

Olivier Halloua
Leonardo n'a pas effectué un retour exceptionnel.
Leonardo n'a pas effectué un retour exceptionnel. / Catherine Steenkeste/GettyImages
facebooktwitterreddit

Le grand retour de Leonardo le 14 juin 2019 nouait de gros espoirs. Une renaissance espérée pour une présidence souvent remise en cause et peu respectée. Pourtant, presque trois ans plus tard, rien n'a vraiment changé. Le Paris Saint-Germain a encore du mal à imposer sa patte sur le marché des transferts comme dans son propre club. Bilan des principaux reproches que l'on peut assener au président du PSG.


1. Le dossier Mbappé

Kylian Mbappé
Kylian Mbappé devrait quitter le PSG libre. / Sylvain Lefevre/GettyImages

Kylian Mbappé s'apprête à quitter le PSG libre de tout contrat. Aucune somme d'argent ne reviendra au club parisien pour son départ. Leonardo avait l'occasion de le prolonger depuis longtemps. Or, les négociations ont tourné court. Le président brésilien s’est brouillé avec le joueur pour des raisons encore floues.

Forcément, ce n'est pas très intelligent pour un directeur sportif et le meilleur élément de l'effectif. Au-delà de l'intérêt du Real Madrid qui a court-circuité les discussions, Leonardo n'a pas su lui proposer un projet intéressant. Le dirigeant parisien n’a pas bâti une équipe autour de lui au moment où il fallait le faire.

L'ancien international Auriverde n’a pas été capable d’anticiper son éventuel refus de prolonger et donc de prendre son remplaçant l’été dernier en le vendant à 200 millions d'euros. Aujourd'hui, il se retrouve avec un Mbappé décidé à partir au mercato estival. Au lieu d'en récupérer de l'argent, ce sera pour zéro et sans remplaçant. Tout le dossier représente l'œuvre d'un Leonardo dépassé.

2. Echec du retour de l’autorité

Leonardo et Lionel Messi.
Leonardo laisse toujours autant de passes droits. / FRANCK FIFE/GettyImages

L'un des gros reproches à la direction précédente était le manque d'autorité. On ne ressentait pas une réelle institution du côté de l'écurie de la Capitale. Sous Leonardo, les joueurs ont toujours des privilèges. Les stars comme Neymar ont toujours autant de passes droits ou presque. L'international Brésilien peut organiser les fêtes qu'il souhaite et rallier son pays quand il veut. Un élément peut annoncer ouvertement son souhait de jouer pour le Real Madrid sans conséquences.

De plus, Leonardo apparaît totalement isolé au PSG. Romain Molina le dit souvent : personne ne l’écoute ni à l'administration, ni les joueurs ou le staff technique. Pire, le club semble plus que jamais mal géré et les clans politiques au sein du club sont encore pire qu’avant. En clair, pas d'ordre ni dans le vestiaire ni dans les couloirs. Forcément, ça laisse des traces sur les résultats : toujours pas de victoire en Ligue des Champions.

3. Gestion mercato avec des carences importances

Julian Draxler
Julian Draxler a été prolongé contre toute attente. / Catherine Steenkeste/GettyImages

Leonardo n'arrive jamais à faire partir les indésirables depuis son retour. Les salaires énormes donnés à des joueurs aux rendements douteux se maintiennent depuis des années. On peut citer des éléments comme Ander Herrera, Danilo Pereira ou Rafinha payés des sommes astronomiques depuis des mois. Ces chèques mensuels pharaoniques, impossible de les retrouver dans une autre formation européenne. A la vente, les négociations tournent court.

Au niveau du recrutement, deux renforts à progression à noter seulement : Achraf Hakimi et Nuno Mendes. Sinon, Leonardo n'a rapporté que des pièces rattachées ou des éléments vieillissants. On attend toujours de voir une future pépite accepter de rallier la Capitale. La ligne directrice du PSG est difficile à lire sur le marché. Comment expliquer le départ du capitaine Thiago Silva à cause de son âge pour engager Sergio Ramos derrière ? Évidemment, l'international Brésilien a fait la joie de Chelsea, champion d'Europe derrière.

Dernier point : les prolongations. Leonardo a été à l'origine prolongations peu évidentes. Julian Draxler et Layvin Kurzawa indésirable depuis des années ont reçu une offre de quatre saisons. Evidemment, à ces conditions, ils sont restés. Bilan quelques mois plus tard, peu de minutes jouées et une activité quasi négative dans l'effectif.

4. Des relations tendues avec les entraîneurs

Mauricio Pochettino
Mauricio Pochettino ne s'entendrait pas avec Leonardo. / BSR Agency/GettyImages

Un point déjà soulevé par plusieurs entraîneurs au sortir de leur expérience à Paris. Thomas Tuchel a expliqué après son passage au PSG qu'il était difficile d'avoir une relation saine avec la direction. Face aux critiques, le tacticien germanique ne se sentait même pas soutenu. Mauricio Pochettino vit une période aussi compliquée.

Ses demandes sportives ne sont même pas respectées. Le manager argentin a demandé l'arrivée d'un autre profil au milieu. La piste vers Tanguy Ndombele n'a mené nulle part du fait du manque de ventes. Pire, Leonardo a même voulu se séparer de son coach à la moindre occasion. Le vendre à Manchester United pour signer Zinédine Zidane. Un manque de respect qui a dû déplaire.

Cette mésentente avec deux pointures qui ont réussi ailleurs va finir par déplaire. En Europe, de gros noms pourraient refuser de travailler avec le président parisien.

5. Gestion des jeunes

Eric Junior Dina-Ebimbe
Eric Junior Dina-Ebimbe a failli partir. / John Berry/GettyImages

De nombreux jeunes à potentiels sont déjà partis : Tanguy Kouassi, Adil Aouchiche ou Yacine Adli pour 0€. Christopher Nkunku a été offert sur un plateau au RB Leipzig alors qu'il avait tout pour évoluer. Peu des Titis parisiens ont réussi à percer en équipe professionnelle. Le PSG forme des bons éléments pour ensuite les voir briller dans d'autres écuries. Presnel Kimpembe est le seul contre-exemple actuel. Adrien Rabiot a lui aussi dû quitter la Capitale.

Cet hiver, Eric Junior Dina-Ebimbe a failli le dernier d'une longue liste à quitter le PSG pour gratter du temps de jeu. Colin Dagba n'a pratiquement plus aucune minute malgré ses prestations encourageantes. Xavi Simons est annoncé comme un prodige. Pourquoi joue-t-il si peu alors ?

facebooktwitterreddit