mainstories

Les 15 mandats d'entraîneurs les plus courts de l'histoire

Emilien Schoenher
Claudio Ranieri a été renvoyé de Watford, 100 jours après son arrivée.
Claudio Ranieri a été renvoyé de Watford, 100 jours après son arrivée. / Julian Finney/GettyImages
facebooktwitterreddit

En général, les entraîneurs ne restent jamais extrêmement longtemps à la tête d'un club sauf quelques exceptions. Il arrive même que certains connaissent des passages très furtifs à l'image de Claudio Ranieri, limogé au bout de 100 jours à Watford. Voici les 15 mandats d'entraîneurs les plus courts de l'histoire.


15. Claudio Ranieri - Watford (14 matchs)

FBL-ENG-PR-WATFORD-NORWICH
Claudio Ranieri vient d'être limogé de Watford. / ADRIAN DENNIS/GettyImages

Claudio Ranieri arrive le 4 octobre dernier à la place de Xisco pour venir en aide à Watford en difficulté en Premier League. Il signe un contrat de deux ans et prend les rênes d'une équipe occupant la 15ème place en championnat, avec deux victoires en sept journées.

L'ancien vainqueur de la Premier League avec Leicester n'aura passé que trois mois et demi sur le banc des Hornets. Il vient d'être limogé ce mardi 24 janvier après 14 matchs à la tête de l'équipe. Il affiche un bilan de 2 victoires, 1 nul et 11 défaites et laisse Watford à la 19e place du championnat.

14. Julen Lopetegui - Real Madrid (14 matchs)

aJulen Lopetegui
Julen Lopetegui est désormais l'entraîneur du FC Séville. / Fran Santiago/GettyImages

Julen Lopetegui décide de lâcher l'Espagne dont il était sélectionneur à un mois de la Coupe du Monde 2018 pour entraîner le prestigieux Real Madrid. Il est intronisé le 12 juin et se verra dans l'obligation de quitter la capitale madrilène 139 jours plus tard, le 29 octobre 2018.

Malgré un début de saison prometteur avec cinq victoires en six matchs, les Merengue ne gagnent qu'un seul des sept suivants. À la suite d'une défaite humiliante face à son plus grand rival, le FC Barcelone (1-5), Madrid décide de se séparer de son entraîneur après seulement 14 matchs.

13. Claude Makélélé - SC Bastia (13 matchs)

RSC Anderlecht v KAS Eupen - Jupiler Pro League
La première expérience d'entraîneur de Claude Makélélé a tourné court. / Isosport/MB Media/GettyImages

Entraîneur adjoint de Carlo Ancelotti puis de Laurent Blanc au Paris Saint-Germain, Claude Makélélé prend son envol et devient l'entraîneur principal du SC Bastia en 2014. Une première expérience qui ne restera pas dans les mémoires. Après 12 journées en Ligue 1, le club corse, 19e du classement avec deux victoires, annonce le licenciement de l'ancien joueur de Chelsea.

12. Quique Sanchez Flores - Watford (12 matchs)

Quique Sanchez Flores
Le deuxième passage de Sanchez Flores à Watford a été expéditif. / Marc Atkins/GettyImages

Voilà un club habitué des licenciements rapides. Après un premier passage en 2015-2016, Quique Sanchez Flores revient à Watford en 2019. Son deuxième mandat sera bien plus expéditif que le premier. 12 matchs pour un bilan de 2 victoires, 4 nuls et 6 défaites. Arrivé le sept septembre, il ne reste même pas trois mois sur le banc des Hornets. Le premier décembre, les dirigeants de Watford décident de se séparer de leur coach.

11. Sylvinho - Olympique Lyonnais (11 matchs)

Sylvinho
Sylvinho a passé 11 matchs sur le banc de l'OL. / Jean Catuffe/GettyImages

Libéré par le Brésil où il occupait le poste d'adjoint, Sylvinho est intronisé à l'Olympique Lyonnais le 28 mai 2019. Après des débuts en fanfare avec une victoire 3-0 face à Monaco puis 6-0 contre Angers, la situation va se compliquer pour le technicien de l'OL. Suivent trois matchs nul et quatre défaites en Ligue 1 dont l'ultime dans le derby face à Saint-Étienne (0-1) qui lui coûtera sa place. Le Brésilien aura passé un peu plus de quatre mois au club et aura été à la tête de l'équipe pour seulement 11 petits matchs.

10. Miguel Cardoso - FC Nantes (8 matchs)

FBL-FRA-LIGUE1-LILLE-NANTES
Miguel Cardoso n'a pas connu le même succès que son compatriote Sérgio Conceição. / DENIS CHARLET/GettyImages

Nouveau club connu pour ne pas garder ses entraîneurs très longtemps, le FC Nantes. Miguel Cardoso arrive ches les Canaris en juin 2018 pour remplacer Claudio Ranieri. À peine huit matchs puis s'en va. Le Portugais est démis de ses fonctions le 2 octobre par le sulfureux président Nantais, Waldemar Kita. À la tête du FCN, Cardoso ne gagnera qu'un seul match pour 3 nuls et 4 défaites.

9. Raymond Domenech - FC Nantes (8 matchs)

Raymond Domenech
Raymond Domenech est resté 46 jours à Nantes. / John Berry/GettyImages

Nouvel entraîneur du FC Nantes dans ce classement et très récent qui plus est. Nommé au FCN 11 ans après sa dernière expérience d'entraîneur à la tête de l'Equipe de France, Raymond Domenech a effectué un passage express. 46 jours seulement à la tête du club. Il s'engage le 26 décembre 2020 et est limogé le 11 février de l'année qui suit.

Il devient par ailleurs le premier entraîneur de Nantes à ne remporter aucun de ses cinq premiers matchs de Ligue 1 (trois nuls, deux défaites). À la tête des Canaris, il ne gagnera aucune rencontre.

8. Marco Giampaolo - AC Milan (7 matchs)

Marco Giampaolo
Marco Giampaolo a passé moins de 10 matchs à la tête du Milan AC. / Jonathan Moscrop/GettyImages

À l'été 2019, Milan annonce son nouveau coach en la personne de Marco Giampaolo. L'aventure va tourner court pour lui. En octobre, il est déjà dehors. Il officie lors de 7 matchs à la tête des Rossoneri, pour un bilan de 3 victoires et 4 défaites.

7. Guy Roux - RC Lens (7 matchs)

French RC Lens new coach Guy Roux speaks...
Après 34 ans à Auxerre, Guy Roux ne passe que quelques mois à Lens. / PHILIPPE HUGUEN/GettyImages

Une trentaine d'années à l'AJ Auxerre puis une pige au RC Lens, voilà comment résumer la carrière de Guy Roux. En Ligue 1, il ne disputera que quatre matchs avec les nordistes avant de démissioner. Deux matchs nuls et deux défaites qui ont terni son image auprès des supporters lensois.

6. Gian Piero Gasperini - Inter Milan (5 matchs)

Gian Piero Gasperini
L'entraîneur à succès de l'Atalanta n'a pas connu la même fortune à la tête de l'inter Milan. / Danilo Di Giovanni/GettyImages

Gian Piero Gasperini, en place depuis 2016 à l'Atalanta Bergame, n'a pas toujours connu la longévité dans les clubs où il est passé, loin de là. En 2011, il s'engage à l'Inter Milan pour un an renouvelable. À peine trois mois au club et l'Italien prend la porte au bout de cinq matchs officiels, tant les résultats sont catastrophiques. Le tacticien ne gagnera pas un seul match avec les Nerrazzuri (1 match nul et 4 défaites).

5. Frank De Boer - Crystal Palace (4 matchs)

Frank de Boer
Frank de Boer n'a pas réussi en Angleterre. / Robbie Jay Barratt - AMA/GettyImages

Frank De Boer a effectué deux passages éclairs dans deux clubs différents. À l'Inter Milan tout d'abord en 2016 où il ne reste que 14 matchs sur le banc mais surtout à Crystal Palace l'année d'après. En juin 2017, il est nommé entraîneur des Eagles. Bilan désastreux pour le néerlandais qui est renvoyé début septembre après quatre défaites en quatre matchs. Zéro but marqués pour sept encaissés. Ces deux expériences ne resteront pas dans l'histoire.

4. Stefano Pioli - Palerme (2 matchs)

Stefano Pioli
Stefano Pioli est resté deux matchs à la tête de Palerme. / Stefano Guidi/GettyImages

Stefano Pioli arrive sur le banc de Palerme le 2 juin 2011. Le mois suivant, il est démis de ses fonctions après seulement deux petits matchs à la tête du club italien. Son renvoi s'explique par la mésentente entre lui et Maurizio Zamparini, alors président du club.

3. Óscar García - Maccabi Tel-Aviv, Watford, Saint-Etienne, Olympiakos

Oscar Garcia Junyent
Oscar García a quitter rapidement 4 clubs différents. / Quality Sport Images/GettyImages

Oscar García a réussi l'exploit de passer sur quatre bancs différents en y disputant moins de quinze matchs à chaque fois. En mai 2014, l'Espagnol s'engage avec le Maccabi Tel-Aviv. Il quitte le club en août après quatre matchs en expliquant son départ pour des raisons sécuritaires. Le 2 septembre, il rejoint Watford mais doit démissionner le 29 du même mois pour des problèmes de santé. Il effectuera quatre matchs sur le banc des Hornets.

En 2017, il rebondit à Saint-Étienne. Cinq mois jours pour jours après son arrivée, il est démis de ses fonctions après une défaite cinglante de l'ASSE dans le derby face à l'OL (0-5). Il aura passé 13 matchs sur le banc des Verts (5 victoires, 3 nuls, 5 défaites).

Suite à cela, il s'engage avec l'Olympiakos en janvier 2018 et démissione à nouveau deux mois plus tard après 13 matchs à la tête de l'équipe grecque (6 victoires, 5 nuls et 2 défaites).

2. Sam Allardyce - Sélection anglaise (1 match)

Sam Allardyce
Sam Allardyce n'est resté qu'un match à la tête de la sélection anglaise. / Pool/GettyImages

Sam Allardyce est nommé à la tête de la sélection anglaise le 22 juillet 2016. Le 27 septembre, le Daily Telegraph dévoile une vidéo dans laquelle le caoch anglais fait savoir à des journalistes se présentant comme des hommes d'affaires, qu'il peut jouer de sa position de sélectionneur pour leur permettre de contourner des règles de transfert en échange d'un peu plus de 460 000 €.

La fédération publie un communiqué annonçant la démission d'Allardyce dans la foulée. Il quitte ses fonctions seulement 67 jours après son arrivée. Il aura passé un seul match à la tête des Three Lions qui s'est conclu par une victoire face à la Slovaquie.

1. Marcelo Bielsa - Lazio (aucun match)

Marcelo Bielsa
Actuel entraîneur de Leeds, Marcelo Bielsa n'est resté que deux jours à Rome. / Craig Mercer/MB Media/GettyImages

Marcelo Bielsa n'a jamais été un habitué des longs mandats dans les clubs où il est passé mais avec la Lazio il a fait fort. Officialisé à la tête du club le 6 juillet 2018, El Loco démission deux jours plus tard, le 8 juillet. Stupeur à Rome où les dirigeants vont décider de poursuivre en justice l'ancien coach de l'Olympique de Marseille.

L'Argentin expliquera sa décision par un accord non tenu par la direction. En discussions depuis plusieurs semaines, Bielsa avait demandé aux dirigeants quatre recrues avant le 5 juillet, ce qui n'est pas arrivé. Mécontent de la promesse non tenue, il décide de quitter le club sans jamais avoir mis les pieds en Italie.

facebooktwitterreddit