Ligue 1

Le terrible témoignage de Bruno Rodriguez, amputé de la jambe, sur le risque liés aux infiltrations

Baptiste Marin
L'ancien attaquant a notamment évolué sous les couleurs du PSG.
L'ancien attaquant a notamment évolué sous les couleurs du PSG. / PATRICK HERTZOG/GettyImages
facebooktwitterreddit

Ancien joueur du Paris Saint-Germain, Bruno Rodriguez s'est fait amputer de la jambe droite la semaine dernière. Dans un entretien avec le quotidien L'Équipe, l'ex-attaquant de 49 ans revient ce samedi sur cette opération causée, selon lui, par les différentes infiltrations qu'il a subi durant sa carrière.


Bruno Rodriguez a été amputé de la jambe droite la semaine dernière. Cette information avait suscité de nombreuses réactions. Le Paris Saint-Germain avait publié une vidéo accompagné d'un message de soutien à son ancien avant-centre. L'homme de 49 ans a choisi de s'exprimer à la suite de cette opération.

Dans un entretien à L'Équipe, Rodriguez pointe du doigt les infiltrations qu'il a reçu au cours de sa carrière comme responsable de cette amputation. "Quand je jouais, j'ai eu beaucoup d'entorses de la cheville", explique l'ex-attaquant. "J'avais tout le temps envie de jouer, pour les petits comme les grand matchs, donc on me faisait des infiltrations".

Conséquences dramatiques

En raison de ses nombreuses blessures, Rodriguez a d'ailleurs été contraint d'arrêter sa carrière en 2006. Et les ennuis ont commencé, en raison de ses nombreuses infiltrations, pour le natif de Bastia. "Je n'avais plus d'autonomie. Je ne pouvais plus conduire. Ma femme était obligée de me laver". Il a donc choisi de dire stop et de se faire amputer de la jambe droite.

"Ça a fait des dégâts importants dans ma vie. Je n'ai pas pu profiter de mes enfants."

Bruno Rodriguez à L'Équipe

Les infiltrations font polémique depuis plusieurs années. Et le cas Rodriguez a de quoi alerter. "Nous, en tant que footeux, on n'est pas forcément au courant des conséquences. C'est sûr qui si on m'avait expliqué, j'aurais dit que je laissais passer le match à venir", explique l'ancien avant-centre. Un cri du coeur qui sonne comme une alerte lancée pour les générations futures.

facebooktwitterreddit