Le plan C de la Serie A qui sacre la Juventus championne d'Italie

Christiano Ronaldo
Cristiano Ronaldo pourrait être sacré plus rapidement que prévu avec la Juve. | DeFodi Images/Getty Images

Un plan A, celui de la reprise le 20 juin, un plan B en cas de nouvelle interruption et un plan C qui ferait les affaires de la Vieille Dame : la Serie A anticipe déjà un futur contre-temps.

Avant même que le championnat italien reprenne ses droits, les instances italiennes ont déjà anticipé un scénario catastrophe dans le cadre d'une nouvelle interruption. Nommé plan B par la Gazzetta dello Sport, ce plan de sauvetage consiste à organiser un système de play-offs et de play-out si la Serie A venait à ne pas reprendre. Organisé dans un laps de temps imparti, ce procédé vise à désigner un champion, les équipes qualifiées pour l'Europe et bien évidemment les formations qui seront reléguées. Ce plan B pourrait cependant être suppléé par son petit frère : le plan C.

Un algorithme de points

Selon les prévisions, et selon le contexte sanitaire actuel, l'Italie n'est pas à l'abri d'une deuxième vague d'épidémie. Dans ce contexte, le quotidien transalpin a dévoilé une circulaire détaillée relatant un algorithme défini au préalable par le Calcio, afin d'établir le classement final selon une formule complexe qui prend en compte de nombreux critères.

Pour bien comprendre toute l'étendue de cette roue de secours pour le moins farfelue sur le papier, il est important de définir le principe d'un algorithme dont la vocation est de prendre en considération un ensemble de règles opératoires permettant de résoudre une équation ou un problème à une fin d'opérations.

Justement, les instances italiennes ont défini une formule complexe qui prend en compte le nombre de points réalisés par les équipes lors des matchs joués (Pt(x))), la moyenne de points à domicile (mpc t(x)), le nombre de matchs à domicile encore à jouer (c t (z-x)), la moyenne de points à l'extérieur (mpf t(x)), le nombre de matchs à l'extérieur encore à jouer (f t(z-x)), l'indice moyen de rendement agrégé des buts marqués de l'équipe (iag), et la différence de buts (Δr t(x)). Soufflez un coup, toutes ces données statistiques vont se traduire sous la forme d'une seule et unique équation : Pt(x) + 0.90[(mpc t(x) c c t z(z-x)) + (mpf t(x) x f t (z-x))] + 0.10[(iag *Δr t (w))].

Autrement dit, en prenant l'exemple de la Juventus (première avec 63 points au classement), et en appliquant ce charabia, ça nous donne : 63 + 0,90 [(2.85) * (6) + (2) * (6)] + 0,10 [(50/63 * 26)] = 91,2 points. À titre de comparaison, le club piémontais resterait leader du championnat avec 0,4 point d'avance sur la Lazio, 10,8 points sur l'Inter et enfin 15,8 points sur l'Atalanta. Le grand perdant du jour serait à mettre au compte de l'AC Milan (50,5 points), qui perdrait deux places au classement aux profits de l'Hellas Vérone (52,1 points) et de Parme (51,4 points).

Absence de titre ?

En revanche, selon les derniers échos de SportItalia, l'algorithme n'aurait pas vocation à décerner le Scudetto. Les avis divergent encore sur ce point, mais ce procédé serait probablement utilisé pour déterminer en priorité les équipes qualifiées en Coupe d'Europe, ou à défaut, afin de permettre de départager deux formations avec le même nombre de points.