Lille OSC

Le meilleur XI de l'histoire du LOSC

Matthieu Agro
Jan 17, 2021, 6:18 PM GMT+1
Adil Rami, Eden Hazard et Vincent Enyeama.
Adil Rami, Eden Hazard et Vincent Enyeama. | Getty Images
facebooktwitterreddit

Sous la houlette de Rudi Garcia puis Christophe Galtier, Lille est revenu depuis une décennie sur le devant de la scène hexagonale. Club historique de l'élite, l'une des écuries les plus titrées en France a connu son lot de grands joueurs, à travers plusieurs périodes fastes. Voici l'équipe type de l'histoire des Dogues.

Gardien : Vincent Enyeama (2011-2018, 209 matches)

Arrivé en tant que doublure de Mickaël Landreau, Enyeama a mis un temps à s'acclimater au Nord de la France. Il connaît deux premières années délicates, partant notamment en prêt au Maccabi Tel-Aviv en 2012-2013. Mais la suite est tout simplement fabuleuse pour l'international nigérian (101 sélections).

Il endosse à son retour au club la tunique de titulaire, profitant du départ de Landreau, et devient l'un des tous meilleurs gardiens du championnat. C'est lui qui réalise l'irréelle série d'invincibilité de 1062 minutes, entre septembre et décembre 2013 (deuxième rang de l'histoire de la L1 derrière Gaëtan. Huard : 1176 minutes)

Petit gabarit (1,82) mais redoutable dans les face à face avec les attaquants, Vincent Enyeama restera à jamais l'un des gardiens les plus talentueux que la Ligue 1 ait connue au 21 ème siècle.

Latéral Droit : Mathieu Debuchy (2003-2013, 313 matches)

Brillant à Lille, Debuchy est devenu un titulaire des Bleus de Laurent Blanc puis Didier Deschamps (27 sélections entre 2011 et 2015)
Brillant à Lille, Debuchy est devenu un titulaire des Bleus de Laurent Blanc puis Didier Deschamps (27 sélections entre 2011 et 2015) | John Berry/Getty Images

C'est un des enfants chéris du club. Arrivé dès ses 8 ans au LOSC, Mathieu Debuchy signe son premier contrat professionnel avec son club de coeur en 2003. Milieu défensif de formation, il est d'abord repositionné ailier droit par Claude Puel, avant de briller au poste de latéral.

Malgré de nombreuses blessures à répétition, Mathieu Debuchy est présent lors des succès récents du LOSC. Indéboulonnable sur son flanc droit, il est l'un des hommes de base de Rudi Garcia lors du titre national de 2011, et ne cédera aux sirènes de l'étranger qu'en 213 (Newcastle), après plus de 300 matches disputés sous le maillot des Dogues.

Défenseur central : Adil Rami (2006-2011, 163 matches)

Malgré une rupture des ligaments croisés en 2007, Adil Rami s'est imposé par la suite comme l'un des meilleurs défenseurs centraux français
Malgré une rupture des ligaments croisés en 2007, Adil Rami s'est imposé par la suite comme l'un des meilleurs défenseurs centraux français | PHILIPPE HUGUEN/Getty Images

Il est le seul champion du monde de ce onze type. De Valence à Fenerbahçe, en passant par Milan et Marseille, le bout-en-train Adil Rami a eu une carrière remplie. Aujourd'hui à Boavista (Portugal), le natif de Fréjus s'est révélé en 2006, à seulement 21 ans.

Jamais passé par les centres de formation, le solide défenseur central (1,90m) brillait par son aspect combatif et était redoutable dans les duels. Adil Rami s'est imposé comme l'un des leaders du groupe champion de France en 2010-2011. Un succès qui lui ouvre les portes de Bleus (36 sélections au total).

Défenseur central : Jakob Friis Hansen (1989-1995, 229 matches)

Formé au FC Copenhague, Jakob Friis Hansen fait partie de l'escadron de joueurs Danois évoluant au LOSC au début des années 90 (avec Per Frandsen, Henri Nielsen, Mkael Mio Nielsen). Bon relanceur, l'international des Rod-Hvide (19 sélections) peut également évoluer au milieu du terrain.

Durant 6 ans, il est un joueur précieux pour le club nordiste, disputant une moyenne de 35 matches de championnat par saison, sous la direction de Jacques Santini, Bruno Metsu...Jean Fernandez. Hansen est toujours le joueur étranger le plus capé de l'histoire du LOSC.

Latéral gauche : Franck Béria (2007-2017, 317 matches)

Franck Béria a connu trois sélections en Équipe de France espoirs, mais était malheureusement barré par une concurrence trop forte pour aller en A.
Franck Béria a connu trois sélections en Équipe de France espoirs, mais était malheureusement barré par une concurrence trop forte pour aller en A. | Matthew Ashton - AMA/Getty Images

Lui aussi a contribué à l'histoire doublé Coupe-Championnat du club en 2011. Débutant au poste de latéral droit au FC Metz, Rudi Garcia décide de repositionner le droitier au poste d'arrière gauche, avec succès.

Franck Béria, fidèle au club jusqu'à la fin de sa carrière, est devenu au fil du temps l'un des chouchous des supporters. La générosité du franco-malgache a énormément servi à Lille lors des dernières saisons.

Milieu défensif : Rio Mavuba (2008-2017, 370 matches)

C'est une figure éternelle de l'écurie lilloise. Promu capitaine dès sa troisième saison, Rio Mavuba a porté le brassard durant 9 années. Assumant son leadership dans l'entrejeu nordiste, l'ancien bordelais a rayonné par son abattage aux quatre coins du terrain.

Bon relanceur, brillant récupérateur, ce petit gabarit (1,72m) a eu l'honneur de soulever le troisième titre de l'histoire du LOSC, le premier du club depuis 57 ans, en 2011. Un fort caractère sur le terrain, qui animait l'esprit de l'équipe par son caractère jovial en dehors. Mavuba a notamment disputé le Mondial 2014 avec les Bleus.

Milieu défensif : Marceau Somerlinck (1945-1957, 433 matches)

Le joueur le plus capé de l'histoire du LOSC. Le premier des quatre joueurs issus de l'âge d'or du club. Marceau Somerlinck est sans conteste le premier joueur auquel s'apparenter lorsqu'on évoque l'équipe Lilloise. Débarqué au club à la fin de la seconde guerre mondiale, le milieu défensif, pouvant aussi jouer arrière latéral, a tout gagné avec le LOSC.

Champion de France 1946 et 1954, Marceau Somerlinck est le seul joueur, avec Dominique Bathenay et Alain Roche, à avoir soulevé 5 fois la Coupe de France (46, 47, 48, 53, 55). Avec Jean Baratte, il est devenu le taulier d'une équipe légendaire qu'il n'a quitté qu'au bout de 12 ans.

Milieu offensif : Roger Vandooren (1944-1950, 167 matches)

Lui aussi a fait partie de la génération dorée du Lille LOSC. Joueur polyvalent, pouvant jouer en soutien de l'attaquant ou sur un côté, Vandooren a formé un duo avec Jean Baratte sur le flanc de l'attaque Lilloise, durant six saisons.

Ce petit gabarit rapide et technique, capé quatre fois en Bleu, s'est imposé comme l'un des meilleurs joueurs offensifs de France (68 buts en 167 matches sous le maillot Lillois). Il a remporté le Championnat en 1947 et trois Coupes de France consécutives (46, 47, 48).

Aillier gauche : Eden Hazard (2007-2012, 194 matches)

Lille's Belgian midfielder Eden Hazard p
Lille's Belgian midfielder Eden Hazard p | PHILIPPE HUGUEN/Getty Images

Rarement le championnat français n'avait connu une telle pépite. Arrivant de l'autre côté de la frontière à seulement 16 ans, Eden Hazard a laissé un souvenir impérissable aux supporters du LOSC. Le génie à l'état pur, qui s'est révélé en terre nordiste, le détonateur d'élite de l'attaque de feu des Dogues (50 buts et 53 passes en 194 matches).

Petit gabarit (1,75m), le jeune ailier belge se démarque très vite par une vision du jeu hors du commun et une capacité d'élimination remarquable. Avec Hazard, meilleur joueur de L1 en 2011 et 2012, Lille a vu les choses en grand. Et son doublé historique en 2011, il le doit en grande partie à son chef d'orchestre, transfuge de Chelsea l'année suivante pour une somme de 40 millions d'euros.

Ailier droit : André Strappe (1948-1958, 368 matches)

Quart de finaliste avec l'Équipe de France olympique aux JO 1948, André Strappe signe dans la foulée au LOSC, qui possédait alors déjà l'équipe la plus impressionnante dans l'Hexagone. Du haut de ses 22 ans, ce local de l'étape fait petit à petit son trou dans l'équipe que la presse surnommait "la machine de guerre".

Avec 135 réalisations sous le maillot Lillois, André Strappe, ailier de grand talent, finira capitaine de l'équipe avant de partir au Havre, à 30 ans (1958). 3 ème joueur le plus capé sous le maillot des Dogues (derrière Mavuba et Sommerlinck), 2 ème meilleur buteur, il a lui aussi tout gagné dans le Nord.

Avant-centre : Jean Baratte (1944-1953, 1956-1957, 174 buts en 288 matches)

Il est sans conteste le meilleur attaquant de l'histoire du club. Son meilleur buteur, mais également un joueur à la renommée internationale : c'est le deuxième lillois le plus capé de l'histoire en Équipe de France (32 sélections). Sans Jean Baratte, l'âge d'or des Dogues, durant près de dix ans (1946-1954) n'aurait sans doute pas été aussi marquant.

Leader technique et chef de vestiaire, Baratte a, par son formidable leadership, permis au LOSC de pérenniser sa place dans le football français. Avec 6 trophées glanés (2 titre de D1 et 4 de Coupe de France), le natif de Lambersart n'a pas pu empêcher la descente aux enfers du club en 1956 et sa relégation, malgré une brève tentative de retour durant cette période.

facebooktwitterreddit