Ligue 1

Le maire de Nice allume les joueurs et les dirigeants de l'OM

Clément Mouffetard
OGC Nice v Olympique Marseille - Ligue 1
OGC Nice v Olympique Marseille - Ligue 1 / John Berry/Getty Images
facebooktwitterreddit

Depuis les incidents survenus à Nice ce dimanche, les évènements prennent un véritable enjeu politique. D'abord, lundi dernier, Roxana Maracineanu la ministre déléguée au Sport était revenu sur ce drame. Ce mardi, c'est au tour de Christian Estrosi, le maire de la ville de Nice, de s'exprimer dans les colonnes du journal local Nice-Matin.


Au cours de la 3ème journée de Ligue 1, l'OGC Nice accueillait l'Olympique de Marseille dans un match au sommet. Mais pendant la rencontre, plusieurs incidents ont eu lieu, des échauffourées ont éclaté sur le terrain entre supporters niçois et joueurs de l'OM.

Évidemment, cet évènement tragique a fait le tour de la classe politique. Ces dernières heures, Christian Estrosi s'est emparé du dossier. Le Maire de Nice n'a pas été tendre avec les joueurs marseillais.

"Lorsqu’un joueur a ce type d’attitude, c’est un carton rouge"

Dans cet entretien, Estrosi a avoué être scandalisé par l'attitude des hommes de Sampaoli. L'élu a même déclaré :

"Si le geste des supporters qui ont lancé des bouteilles est inacceptable, celui de Payet l’est encore plus, dans la mesure où, dans une enceinte de 30.000 spectateurs, un pro ne doit pas faire prendre le risque d’un tel embrasement en renvoyant le projectile dans le public. C’est ce qui a mis le feu aux poudres. Je crois avoir lu dans le règlement que, lorsqu’un joueur a ce type d’attitude, c’est un carton rouge. C’est bien la raison pour laquelle je dis que ce comportement est inadmissible. Mais je ne pardonne pas pour autant le geste du joueur marseillais",

Cependant, Christian Estrosi ne dénonce pas que l'attitude des joueurs, il regrette également celle du président marseillais, Pablo Longoria.

Estrosi fustige le comportement de Pablo Longoria

Au cours de l'entrevue avec le média local, le Maire a indiqué être choqué par le comportement du président olympien :

"Il a eu une attitude inqualifiable... De la part du président de l’OM :des invectives à l’égard de l’arbitre, de nos joueurs, des invectives que nous pouvions prendre pour nous-mêmes, des hurlements permanents ; une attitude agressive, violente, détestable.Vers la fin du match, nous avons senti une sorte de montée dans les tours."

Suite à cela, l'arbitre a été dans l'obligation de mettre un terme à la rencontre puisque la sécurité des joueurs n'était plus garantie. Mercredi 25 août, la LFP à convoquer les deux clubs afin d'appliquer des sanctions. Les incidents survenus à l'Allianz Riviera risquent de faire encore énormément de bruit dans les prochains jours.

facebooktwitterreddit