Le fiasco Lucas Hernandez au Bayern Munich

Lucas Hernandez
DeFodi Images/Getty Images

Transféré au Bayern Munich le 27 mars dernier (le transfert a pris effet le 1er juillet) contre un chèque de 80 millions d'euros, Lucas Hernandez peine à rentabiliser son transfert.

Devenu le deuxième défenseur le plus cher au monde en mars 2019 derrière Virgil van Dijk, le troisième suite à la signature d'Harry Maguire un peu plus tard à Manchester United, le champion du monde 2018 peine encore à répondre aux attentes du club bavarois. Pire, l'ancien défenseur des Colchoneros a été relégué sur le banc des remplaçants au profit de la sensation canadienne : Alphonso Davies.

L'impasse sportive

Habitué à se montrer plutôt discret sur le marché des transferts, le Bayern Munich a dépensé une petite fortune pour s'attacher les services du latéral gauche français. Arrivé en Bavière dans le but de s'installer durablement sur le flanc gauche suite au repositionnement axial de David Alaba, Lucas Hernandez est contraint d'admirer à distance l'étalage du talent canadien.

Ce dimanche, le natif marseillais n'a pas réussi à inverser la tendance dans l'esprit d'Hans-Dieter Flick qui a reconduit l'international gauche canadien à gauche face à l'Union Berlin. Une situation qui devient de plus en plus récurrente et qui interroge en interne alors que le joueur manque considérablement de temps de jeu ces derniers mois. Un fait accablant qui pourrait également le priver de l'Équipe de France en marge de l'Euro 2021.

Il faut dire que l'aventure allemande n'a pas démarré de la meilleure des manières pour le Français qui a été rapidement fragilisé par une blessure à la cheville laissant au passage un boulevard à Alphonso Davies pour s'illustrer avec le Bayern. Recruté pour seulement 10 millions d'euros en provenance de Vancouver Whitecaps, le natif de Buduburam au Ghana a renvoyé dans ses cordes la gestion financière désastreuse de Salihamidzic qui a été vivement décrié outre-Rhin.

En territoire hostile, Lucas Hernandez n'a pas reçu un message favorable de la direction bavaroise qui a acté la prolongation du Canadien jusqu'en 2025. Une marque de confiance qui en dit long sur la volonté de l'état-major bavarois de tout miser sur cette jeune pépite (19 ans).

Des statistiques parlantes

Depuis le début des réjouissances en août 2019, Alphonso Davies a pris part à deux fois et demi plus de rencontres que son coéquipier en club (36 matchs contre seulement 14 pour le Frenchie). Et si dernièrement, Lucas Hernandez a pu goûter de nouveau aux pelouses allemandes en disputant cinq des sept derniers matchs du club bavarois avant le début du confinement, l'ancien latéral gauche de l'Atlético de Madrid a été en revanche une seule fois titularisé au cours de cette période.

En attendant, le champion du monde 2018 devra se faire violence au risque de surnager pendant une grande partie de l'exercice et de se mettre en difficulté avec l'Équipe de France. Et si pour le moment la situation n'est pas encore critique et qu'un départ n'est pas encore à l'ordre du jour, Lucas Hernandez avance inévitablement en terrain capricieux.