Paris Saint-Germain

La réponse du PSG aux accusations de cyber-déstabilisation dont le club parisien fait l'objet

Olivier Halloua
Nasser Al-Khelaifi répond aux accusations.
Nasser Al-Khelaifi répond aux accusations. / Eurasia Sport Images/GettyImages
facebooktwitterreddit

Après les nombreuses accusations de cyber-déstabilisation dont il fait l'objet, le Paris Saint-Germain n'a pas tardé à répondre à l'AFP. Un proche du PSG tente de remettre les pendules à l'heure.

Le Paris Saint-Germain est dans de beaux draps. Le PSG a été récemment accusé par Médiapart d'avoir financé une campagne de déstabilisation sur Twitter. Des milliers de faux comptes étaient chargés de devoir discréditer des médias ou des personnalités dont Kylian Mbappé.

Aujourd'hui, un proche du club parisien s'en explique au micro de l'Agence France Presse en tentant de noyer la polémique dans l'œuf.

"Un non sens-complet" pour le PSG

La personnalité qui a décidé de garder l'anonymat ne semble pas très convaincu par les rumeurs. "Un instant, le président est trop engagé, l'instant d'après il n'est apparemment jamais là. L'instant d'après, Mbappé déménage demain à Liverpool, puis c'est le Real Madrid. C'est peut-être la prochaine Lune.

Malheureusement, de temps en temps, nous avons ces attaques, qui prouvent toutes un non-sens complet. Le club continue à gérer ses affaires, l'équipe n'a pas perdu un seul match de la saison, elle n'a jamais été aussi soudée et on ignore l'hystérie
"', a-t-elle scandé concerné uniquement par les résultats.

En attendant, Paris a un Classique à préparer face à l'Olympique de Marseille dans une ambiance austère au possible.

Écoutez Top 90, l’émission de 90min dans laquelle on débat foot sous forme de top listes ! Rankings, XI combinés, Frankenplayer, à chaque épisode nos avis pour établir à la fin la liste ultime. Dans ce huitième épisode avecDavy DiamantQuentin Gesp et Alexis Amsellem,  on se penche sur l'arrivée de Laurent Blanc à l'OL et on tente de prédire à quelle place finira le club en Ligue 1 cette saison !Cliquez ici pour vous abonner au podcast

facebooktwitterreddit