Ligue des Champions

La ministre des sports remet la faute des débordements au Stade de France sur Liverpool et l'UEFA

André Maleh
Stade de France lors de la finale de la Ligue des Champions.
Stade de France lors de la finale de la Ligue des Champions. / THOMAS COEX/GettyImages
facebooktwitterreddit

Amélie Oudéa-Castéra, la nouvelle ministre des Sports, s'est exprimé sur les problèmes survenus lors de la finale de Ligue des Champions au Stade de France samedi dernier. L'échec de cette organisation n'est pas de la responsabilité de la France à l'écouter mais plutôt d'autres instances.


La tenue de la finale de la Ligue des Champions au Stade de France a été un désastre total. Le match a débuté avec 30 minutes de retard, causé par des heurts aux abords de l'enceinte avec un mélange de personnes avec de faux billets ou sans billet voulant intégrer la tribune.

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra s'est exprimée au micro de RTL : " On doit prendre la mesure de l’ensemble des choses qui se sont passées, explique-t-elle. Ce qu’il faut avoir en tête, c’est qu’il y a cet afflux de supporters britanniques de Liverpool sans billet ou avec des billets falsifiés. Le préfet a estimé cet amas entre 30.000 à 40.000 personnes, c’est plus de 45% de sureffectif. Il y a eu une pression exceptionnelle sur les forces de sécurité qui ont eu les pires difficultés à maitriser les flux.

Ensuite, il y a eu le choix de lever la première zone de filtrage, notamment parce qu'il y avait une proximité de l’autoroute qui créait des risques sur les personnes. Le préfet de police a pris la décision de faire entrer les gens sur le parvis, plus près de la seconde zone où il y avait des tourniquets. Du fait que les billets étaient faux, les tourniquets étaient bloqués et il y a eu une concentration sur le parvis qui a créé des problèmes de sécurité et d’engorgement qui ont créé une attente extraordinairement frustrante pour les gens. "

L'UEFA et Liverpool pointés du doigt par Amélie Oudéa-Castéra

Des centaines de jeunes des quartiers environnants ont essayé de s'engouffrer dans le Stade mais pour Amélie Oudéa-Castéra, ils ne sont pas le principal problème. Elle déplore l'organisation de Liverpool et de l'UEFA d'avoir mis à disposition des billets papiers à la demande du club anglais : " Ils ont accepté qu’il n’y ait pas un recours exclusif à l’application mobile qui devait être utilisée" qui génère "des billets infalsifiables, intransmissibles ". " Liverpool a demandé qu’il n’y ait pas l’utilisation de cette application mobile, l’UEFA a accepté et créé un circuit de billets papier qui a créé des débordements."

Elle estime le nombre de faux billets entre 30 000 et 40 000 et critique la gestion de Liverpool par rapport à celle du Real Madrid : " Aucun trouble, note-t-elle. Le fait que le Real ait à ce point encadré la venue de ses supporters à Paris en prévoyant les bus depuis l’aéroport, de tout organiser d’un point à un autre - ce qui tranche radicalement avec le club de Liverpool qui a laissé ses supporters dans la nature - a créé une différence majeure. " Pas sûr que son message soit partagé par bon nombre d'observateurs...

facebooktwitterreddit