Juventus

La Juventus sort du silence après les perquisitions financières au club

Olivier Halloua
Andrea Agnelli visé par une enquête.
Andrea Agnelli visé par une enquête. / Nicolò Campo/GettyImages
facebooktwitterreddit

La Juventus Turin sort du silence après les accusations de falsifications de documents et de transactions douteuses lors des trois dernières saisons. La Vieille Dame se dit prête à collaborer avec les services judiciaires.


La Juventus Turin se retrouve dans l'embarras, même au-dehors du terrain. La Vieille Dame doit aujourd'hui communiquer sur une affaire judiciaire d'ampleur. Plusieurs transferts douteux porteraient l'attention du parquet de Turin. Six dirigeants des Bianconeri sont accusés d'avoir dévoilé des bilans financiers annuels erronés.

La Juve dément

La presse italienne indique que le procureur cherche à comprendre l'origine de certaines plus-values pouvant être fictives. Sur ce sujet, la Juve affirme sa bonne foi. "Si nécessaire, la Juventus collaborera avec les enquêteurs et est convaincue qu'elle clarifiera tous les aspects qui les intéressent, estimant qu'elle a fonctionné conformément aux lois et règlements régissant la préparation des rapports financiers, dans le respect des principes comptables et conformément aux pratiques de l'industrie du football international et aux conditions du marché", peut-on lire sur le site du club.

On parlerait aussi ici de gonfler des valeurs économiques. Des transferts comme l'échange Pjanic-Arthur, Tongya - Aké ou même les deux transactions autour de Cristiano Ronaldo seraient pointés du doigt. La justice pourrait même accuser la direction d'avoir menti à ses investisseurs et procuré de fausses factures. Un vaste micmac financier dont le voile semble levé en cette fin d'année.

facebooktwitterreddit