Mercato

La Juventus fixerait un prix abordable pour Adrien Rabiot

Elvin De Fazio
Adrien Rabiot est en fin de contrat le 30 juin 2023 avec la Juventus
Adrien Rabiot est en fin de contrat le 30 juin 2023 avec la Juventus / Alessandro Sabattini/GettyImages
facebooktwitterreddit

Le futur d'Adrien Rabiot reste une énigme à résoudre. En fin de contrat le 30 juin 2023 avec la Juventus, le mercato estival représente la dernière occasion pour que la Vecchia Signora puisse réaliser une plus-value.


Pour le moment, le futur d'Adrien Rabiot est bianconero. Pourquoi ? Parce que la Juventus n'a reçu aucune offre pour son milieu français. Mais les sirènes du mercato ne doivent jamais être très loin. Les raisons sont simples, c'est un joueur en fin de contrat à partir du 30 juin 2023. Et la Vieille Dame n'a entamé aucune discussions de prolongation de contrat.

Cet été représente donc une occasion pour le club italien de réaliser une plus-value (Rabiot était arrivé gratuitement en 2019). Il y a quelques heures, Gianluca Di Marzio annonçait qu'une séparation entre les deux parties dès cet été est probable. Oui Max Allegri apprécie le joueur, mais l'occasion semble unique. Plusieurs clubs de Premier League sont intéressés, le joueur n'est lui pas contre une nouvelle aventure.

Quel prix pour Adrien Rabiot ?

Lors des prochains jours, il pourrait y avoir une rencontre entre l'entourage d'Adrien Rabiot et la Juventus. Ce serait l'occasion de clarifier la situation et d'avoir un plan plus clair sur le futur du milieu français. Selon l'Equipe, l'évaluation ne serait pas très élevée : entre 15 et 20 millions d'euros.

Il faut bien comprendre que dans tous les cas, la Vieille Dame s'en sortirait avec une plus-value. La raison principale pour laquelle le club du Piémont n'est pas contre pour négocier un éventuel départ. Mais avec un salaire annuel net de 7 millions d'euros, difficile d'imaginer un futur hors Premier League. En attendant, les routes du mercato sont infinies. Le prochaines semaines nous donneront plus d'indications sur le futur du "Duc".

facebooktwitterreddit