Équipe de France

La confession de Didier Deschamps après l'élimination des Bleus en Ligue des Nations

Jean Dubas
Didier Deschamps n'était pas au mieux lors de ce mois de juin
Didier Deschamps n'était pas au mieux lors de ce mois de juin / Christian Hofer/GettyImages
facebooktwitterreddit

Le sélectionneur de l'Equipe de France n'était pas au mieux sur ce rassemblement du mois de juin en raison de la difficile période qu'il traverse sur le plan personnel.


Un rassemblement à oublier pour les Bleus. Avec deux défaites et deux matchs nuls en quatre rencontres, l'Equipe de France est complètement passée à côté de ses derniers matchs de Ligue des Nations. Et si les joueurs de Didier Deschamps ont clairement manqué d'énergie, ce dernier non plus n'était pas au mieux.

"J'aurais passé de mauvaises vacances de toute façon"

Après le revers subi à domicile (0-1) face à la Croatie, Deschamps, qui a appris le décès de son père au début du rassemblement, a confié manquer de force et d'énergie.

"Est-ce que je vais passer de mauvaises vacances? Oui. Mais j'aurais passé de mauvaises vacances même si on avait gagné les matchs de toute façon. Après ça c'est plus personnel. C'est une sale période. Mais voilà, ça peut arriver aussi, c'est pour cela qu'il faut toujours apprécier les très bonnes périodes."

Deschamps attend une réaction

Un constat d'ailleurs globalement appliqué à son équipe qui a semblé avoir du mal à appuyer sur l'accélérateur durant le mois de juin. Mais pas de quoi dramatiser pour autant pour DD.

"Je ne suis pas inquiet. J'aurai l'analyse et la réflexion avec mon staff, mais il y aura besoin de beaucoup, beaucoup plus de choses si on veut maintenir le standing qui est le nôtre. Il faudra faire beaucoup plus à la rentrée pour se préparer à l'échéance qui est la nôtre. A partir du moment où on n'a pas fait ce qu'il fallait, il faut faire sa propre autocritique aussi. Les résultats nous donnent tort. J'espère qu'on pourra récupérer toutes nos forces, notre caractère et notre esprit combattant.

Dans le vestiaire, personne n'a le sourire. Mais j'ai été joueur aussi, et je sais qu'ils ne pensent qu'à une chose, c'est de profiter de leurs familles. Ils en ont besoin aussi, avant de repartir. Il n'y avait pas l'énergie, mais on a aussi manqué de caractère. Tout est un peu lié. Est-ce que c'est une mauvaise chose pour une bonne chose? Si on se voyait trop beau, il va falloir réagir. On n'a pas rempli les exigences du haut niveau sur ce rassemblement, certainement parce qu'on n'en avait pas les moyens."

Il ne reste que deux matchs à jouer pour les Bleus (les 22e et 25 septembre contre l’Autriche et au Danemark) avant la Coupe du monde (du 21 novembre au 18 décembre).

facebooktwitterreddit