Juventus : La renaissance d'Adrien Rabiot à la loupe

Adrien Rabiot
Adrien Rabiot s'est enfin mis au diapason de ses coéquipiers à Turin | Jonathan Moscrop/Getty Images

Métamorphosé après avoir été anesthésié, Adrien Rabiot est devenu l'un des éléments incontournables de la Juventus depuis le restart du football italien. Décryptage.

Arrivé en Serie A l'été dernier, libre de tout contrat depuis son départ au Paris Saint-Germain, Adrien Rabiot a dans un premier temps été raillé dans la presse italienne pour son manque de discernement, sa nonchalance apparente et son image jugée incompatible avec la politique mise en place par les dirigeants turinois.

Après huit mois sans avoir joué, l'ancien Parisien est lancé dans le grand bain italien en août 2019 face à Parme. Les grands débuts d'un joueur qui doit avant tout se faire pardonner et se racheter sur le terrain.

Voir cette publication sur Instagram

⚪️⚫️2️⃣5️⃣ @juventus #forzajuve

Une publication partagée par Adrien Rabiot (@adrienrabiot_25) le

Fautif, le Français peine à convaincre Maurizio Sarri, qui ne fera plus appel à ses services pendant un bon mois. La douche glacée pour le principal intéressé qui confiera bien plus tard avoir cerné les attentes de l'entraîneur italien suite à cette sanction disciplinaire. Le mot d'ordre est alors simple : travail.

Décrié de l'autre côté des Alpes, Adrien Rabiot en prend pour son grade après plusieurs prestations insipides et une dernière copie catastrophique rendue lors du huitième de finale aller de la Ligue des Champions face à l'Olympique Lyonnais au Groupama Stadium.

Rebelote, l'ancien coach de Chelsea ne manque pas de le punir une seconde fois. Adrien Rabiot ne le sait pas encore, mais il vient de disputer son dernier match avant l'arrêt des compétitions lié à la pandémie du coronavirus.

Le phénix renaît de ses cendres

Secoué, épinglé et torturé médiatiquement : Adrien Rabiot se fait massacrer dans la presse suite à son retour tardif au centre d'entraînement en marge de la reprise.

Obligé de se justifier sur les réseaux sociaux, Adrien Rabiot en remet une couche, cible les journalistes, et manque de peu une expiation pourtant à portée de doigts. À cette période, les observateurs ne parient pas un iota sur un footballeur en perte de vitesse, de confiance et visiblement de maturité.

Voir cette publication sur Instagram

4 rounds #stayfit #stayhome

Une publication partagée par Adrien Rabiot (@adrienrabiot_25) le

Les tabloïds britanniques s'empressent alors de faire circuler plusieurs rumeurs annonçant un éventuel transfert vers la Premier League. Plusieurs clubs anglais sont rapidement associés au joueur. La messe semble dite, du moins sur le papier. Le moment idéalement choisi par Adrien Rabiot pour sortir de sa torpeur.

Repositionné sur un côté au sein d'un milieu à trois généralement composé de Miralem Pjanic et de Rodrigo Bentancur, l'ancien joueur du Paris Saint-Germain retrouve une confiance inébranlable, se montre tranchant, incisif et décisif lors d'une soirée magique à San Siro face au Milan AC (défaite 4-2).

Ce soir-là, chaque ballon touché par le numéro 25 de la Vieille Dame est transformé en or, chaque prise de balle est un délice pour les yeux et chaque chevauchée, cheveux au vent, ne laissent aucun place au doute : un nouvel homme vient de sortir du vestiaire turinois. La conquête est lancée. L'heure est à la rédemption.

"Rabiot est un joueur aux qualités hors du commun."

Maurizio Sarri

À la conclusion d'une course de 60 mètres (voir ci-dessus), où quatre joueurs sont effacés coup sur coup, et d'une frappe limpide à vingt mètres dans la lucarne de Gianluigi Donnarumma, Maurizio Sarri est déconcerté, presque abasourdi, mais tellement élogieux à l'issue de cette soirée fantastique pour le Français.

Ancré dans le moule

En l'espace de quinze secondes, un court instant magique, le ton a changé en Italie. L'encre édulcorée des journalistes se laisse glisser délicatement sur le bloc-notes encore soupirant, qui avait servi autrefois à matraquer un garçon en pleine perdition et dont l'avenir s’émiettait sous les coups de butoir des imprimeries italiennes. Adrien Rabiot vient de remporter le plus grand combat de sa carrière.

"Maintenant, Rabiot fait partie de la Juve. Sirènes anglaises pour Ramsey."

Tuttosport

En une fraction, la presse transalpine se déleste de son leitmotiv avant de concentrer sa force de frappe sur Aaron Ramsey, en proie aux doutes à Turin. Une nouvelle victime est désignée. Adrien Rabiot peut souffler.

Confirmation à l'horizon

Au lendemain d'un sacre légèrement retardé après une contre-performance sur la pelouse de l'Udinese, la Gazzetta dello Sport dresse le tapis rouge à Adrien Rabiot : "une année d'apprentissage. Une première partie négative, des progrès estivaux avec plusieurs espoirs pour le futur. Il laisse une trace (son but face à Milan)."

Conscient des progrès encore à accomplir, Adrien Rabiot a retrouvé un semblant d'âme. Et si le temps n'est pas encore suffisamment propice pour se reposer sur ses lauriers, l'international français a retenu la leçon et en a tiré une morale. Désormais, l'Olympique Lyonnais approche et le Turniois a une formidable opportunité de faire taire ses derniers détracteurs. L'histoire est en marche.