Introduction à la compétition de Rocket League, le jeu qui passionne les fans de football

Olivier Halloua
Rocket League passionne les gamers
Rocket League passionne les gamers / Rocket League
facebooktwitterreddit

Rocket League s'est positionné depuis des années comme l'un des jeux les plus appréciés des fans de football. Bien que ce soient des voitures qui tapent dans des ballons, la comparaison semble évidente. La passerelle se fait de plus en plus avec des joueurs comme Martin Terrier, qui n'hésitent pas à collaborer avec des professionnels du jeu. Les compétitions hebdomadaires ont repris ce week-end, l'occasion de vous introduire à cet Esport que 90min France a décidé de couvrir chaque semaine désormais.


Voilà un jeu qui déchaîne les passions ! Depuis plus de six ans, Rocket League possède une scène compétitive d'envergure. Comme dans le football, on y assiste à des matchs d'exceptions, des buts sensationnels, des déceptions ou des débats.

Sur Twitch, débarquez sur Rocket Baguette, le diffuseur français des tournois professionnels. Vous y verrez des éternelles discussions à savoir qui de M0nkey M00n ou de Firstkiller est le meilleur. D'autres lanceront des querelles pour connaître le continent le plus puissant entre l'Europe et l'Amérique du Nord. A l'image de notre ballon rond, la passion pour "RL" finit par créer des tensions et des émotions.

Les RLCS, comment ça marche ?

Rentrons dans le détail. Que sont les Rocket League Championship Series ? Les dites RLCS sont les plus haut niveau de championnats officiels du jeu. Des équipes professionnelles (ou pas) tentent de se qualifier tout d'abord pour jouer la phase finale de la compétition. Comme en Ligue des Champions, il y a les équipes directement qualifiées du fait de leur résultats récents. Puis, celles qui doivent passer par une sorte de barrages. Un mini-tournoi où seules huit écuries atteindront la phase de poules.

Nous retrouverons ensuite quatre groupes de quatre équipes. Seule la dernière équipe sera éliminée définitivement du tournoi. La première ira dans le tableau des vainqueurs, la deuxième et troisième dans celui des perdants. Les premiers de groupes ont encore le droit à une seule défaite avant d'être éliminés. Ils basculeront dans l'autre arbre en cas de revers. Les autres sont dos au mur. Les équipes s'affrontent de chaque côté des deux tableaux, jusqu'à la grande finale. Le vainqueur du premier affronte le survivant de l'autre. Avantage aux invaincus qui auront toujours le droit de perdre une fois et de rejouer contre le même adversaire pour le sacre final.

Chaque partie de 3 v 3 ne se joue pas sur un seul match de cinq minutes. Il existe trois formats : au meilleur des trois manches uniquement pour une partie des barrages, au meilleur des cinq matchs pour la fin des barrages et la phase de poules, puis au meilleur des sept manches pour le tableau final. 30 000 dollars attendent les lauréats.

En fonction de son classement, les formations accumulent des points. Il y a trois championnats continentaux leur permettant de se qualifier pour un tournoi mondial. Les six meilleures écuries d'Europe rejoignent les six autres aux Etats-Unis et des autres parties du globe moins représentées. Le premier a eu lieu jusqu'à la mi-décembre. Il a vu l'écurie suisse BDS remporter ce qui s'appelle le Major.

Au final, tout joueur rêve d'envoyer son équipe aux Worlds. L'affiche mondiale prévue cet été qui rassemble seulement les meilleurs de chaque continent. Un premier champion du monde depuis deux ans sera couronné en 2022.

Un mercato trois fois par an

Comme notre sport adoré, il existe un mercato. Des rachats de contrat entre écuries, des échanges de joueurs et même des fin de bail prématurés. Trois fois par saison, les propriétaires des formations peuvent changer un élément de leur roster. Comme au foot, les mauvais résultats poussent parfois à des renforts. Parfois, des équipes bien classées tentent même de s'emparer d'un crack disponible contre toute attente. Souvent, la décision appartient aux pros déjà présents dans la structure. Un test est effectué avec l'éventuelle recrue pour voir si la sauce prend. Une composition qui ne s'entend plus décide parfois de se séparer pour rebondir ailleurs.

Comme dans l'aventure footballistique, les rumeurs vont bon train. Des bruits de couloirs circulent, des supporters espèrent, d'autres se révoltent. D'ailleurs, nouvelle similitude avec le rectangle vert. Les fans du jeu ont chacun leur préférence : beaucoup de Français supportent Vitality, une nouvelle mode apparait avec la Karmine Corp récemment débarquée ou alors les imbattables BDS. Entre 10 000 et 50 000 personnes se connectent en simultané sur Rocket Baguette afin de voir ces chocs. Une semaine du côté de l'Amérique du Nord, une autre du côté de l'Europe.


Les stars des RLCS

La France y est bien représentée. Derrière les Américains, les Français étaient les mieux représentés au dernier Major. BDS, vainqueur, possède deux tricolores dans ces rangs : M0nkey M00n et Extra. Afin de vous familiariser avec ses personnalités très appréciées, nous vous en présentons quelques unes.

1. M0nkey M00n, le Robert Lewandowski de BDS

La star du moment. Le joueur français a emmené son équipe suisse vers le sacre international au Major de décembre. Une victoire face aux ogres américains de NRG, ultra dominateurs sur la scène "NA". Très mécanique, M0nkey M00n est capable d'illuminer la rencontre d'un exploit individuel.

Son équipe est considérée comme la meilleure d'Europe depuis mars 2020. La saison passée, elle n'a laissé filer que quatre tournois sur les neuf disputés. Comme si le PSG avait remporté quatre Ligue des Champions sur ses neufs dernières participations. A l'image de Robert Lewandowski au Bayern Munich, il réussit à briller au sein d'un rouleau-compresseur. Le monde entier tente de le comparer à un autre génie aux Etats-Unis, Firstkiller. En termes de palmarès, il n'y a pas photo...

2. Kaydop, le Cristiano Ronaldo de Vitality

Si vous suivez la scène Rocket League, le nom de Kaydop ne peut vous échapper. Un français lui-aussi qui a le deuxième plus beau palmarès de l'histoire du jeu. Le "Dop" a déjà trois titres de champion du monde à son actif avec des écuries et des coéquipiers différents. Il est le joueur professionnel qui a ramené le plus d'argent à la maison, comme on dit.

Il a toujours été dans les grandes finales des Worlds depuis la saison 3, en 2017. Sa rigueur et son professionnalisme lui ont permis de passer les années et les évolutions mécaniques. Aux Jeux Olympiques, Kaydop et ses coéquipiers ont représenté la France avec succès. Une médaille d'or en assurant leur statut de favoris. Avec son équipe de Vitality, il a du mal à rebondir cette saison. A l'image de Cristiano Ronaldo avec Manchester United, son expérience n'influe pas assez sur les performances. Pourtant, c'est la star du jeu avec sa propre communauté de fans.

3. Seikoo, le Kylian Mbappé d'Endpoint

Un petit nouveau de 17 ans. Seikoo joue sa première saison complète de RLCS dans la structure britannique d'Endpoint. En seulement quatre championnats régionaux, le virtuose des acrobaties aériennes en a remporté déjà deux. Un palmarès déjà exceptionnel pour une expérience aussi neuve.

A l'image de Kylian Mbappé, Seikoo a débarqué sur la scène comme une balle. Des mécaniques exceptionnelles, de buts de génie et encore peu d'erreurs manifestes. Des débuts remarqués aux côtés de deux vieux briscards du circuit. Nul doute que de grandes écuries tenteront de l'enrôler dès la saison prochaine. Lui se laisse le temps de progresser avant de réfléchir à un quelconque avenir ailleurs.

A la conclusion de cette introduction, nous vous donnons rendez-vous lundi prochain. Nous publierons le premier compte-rendu de la compétition européenne de Rocket League. Des structures pourraient obtenir leur ticket pour le prochain Major. La semaine dernière, c'est la grosse surprise de la Team Queso qui a triomphé. Une victoire inédite pour des joueurs qui n'avaient jamais atteint un tel niveau jusqu'ici. Evidemment, un Français s'est glissé dans cette équipe : la jeune pépite, Vatira. Bis repetita dimanche prochain ?

facebooktwitterreddit