Bundesliga

Interview - Patson Daka, le nouveau diamant du Red Bull Salzbourg

Kristen Collie
Patson Daka, le nouveau diamant du Red Bull Salzbourg.
Patson Daka, le nouveau diamant du Red Bull Salzbourg. / Briony Painter/90min - Getty Images
facebooktwitterreddit

Véritable usine à talents, le Red Bull Salzbourg a révélé parmi les plus grandes stars du football contemporain. Sadio Mané, Dayot Upamecano, Dominik Szoboszlai, Erling Haaland... Perçu comme le successeur du goleador norvégien, Patson Daka, auteur de 20 buts cette saison, est le nouveau diamant poli par le club autrichien.

En exclusivité pour 90min, le Zambien de 22 ans est revenu sur les moments marquants de sa jeune carrière tout en se projetant sur un avenir qui s'annonce glorieux.


Dans l'ombre d'Erling Haaland avant son départ pour le Borussia Dortmund, Patson Daka est aujourd'hui la lueur la plus scintillante dans le ciel constellé d'étoiles de Salzbourg.

S'il est encore prématuré pour lui présager un tel avenir, le Zambien de 22 ans met tous les ingrédients pour suivre les traces de son illustre prédécesseur. Auteur de 20 buts et 7 assists en 23 matchs toutes compétitions confondues cette saison, Patson Daka assume son statut de nouveau goleador du champion d'Autriche.

"Je réalise une bonne saison malgré ma blessure (claquage tendineux) qui m’a ralenti, Mon objectif n’a jamais changé. Je veux contribuer au maximum au succès de l’équipe", souligne-t-il en marge d'affronter Villarreal, ce jeudi soir, en 16es de finale d'Europa League.

Repéré en Zambie par le RB Salzbourg

Malgré un potentiel indéniable à ses débuts au Kafoe Celtic (Zambie), Patson Daka était pourtant loin d'être prédestiné à une telle carrière.

"Je n’ai pas choisi Salzbourg, c’est Salzbourg qui m’a choisi."

Patson Daka, en exclusivité pour 90min

"Mon périple a démarré au Kafoe Celtic où ils m'ont donné toutes les clés pour réussir. Ensuite, j’ai baroudé dans pas mal de clubs en Zambie (Power Dynamos, Green Buffalos...) mais ils n'ont jamais perçu ce que Salzbourg a directement vu en moi. Ce sont les premiers et seuls à avoir vraiment cru en mon potentiel. Ils ont vu des choses en moi que j’ignorais totalement", se remémore-t-il.

Repéré par l'armada de recruteurs du groupe Red Bull, il s'envole donc pour le Vieux Continent à 18 ans.

"Au tout début c’était vraiment très difficile. Je suis arrivé en hiver (janvier 2017) et c’était l’un des pires hivers vécus par l’Autriche. Il y avait de la neige partout. Par chance j’ai été bien entouré à la Red Bull Academy. Ils m’ont fait sentir comme à la maison malgré la distance et ont facilité mon adaptation."

La Ligue des Champions, le rêve devenu réalité

Écumant tout d'abord les terrains de deuxième division autrichienne avec Liefering, l'équipe réserve de l'écurie Red Bull, Patson Daka franchit graduellement les échelons pour définitivement s'installer avec l'équipe fanion lors de la saison 2018-2019.

Associé à Erling Haaland l'exercice suivant, le Zambien explose (27 buts, 12 passes décisives) et fait ses grands débuts dans la plus prestigieuse des scènes européennes :

“La Ligue des Champions, c’est un rêve devenu réalité. Quand j’étais petit, je la regardais à la télévision et je ne m’attendais pas à faire mes débuts dans cette compétition aussi rapidement dans ma carrière", admet-il.

"Mon premier but contre Genk (victoire 4-1 le 27 novembre 2019, NDLR), jouer à Naples, à Anfield… ce sont des souvenirs incroyables que je n’aurais jamais osé rêver."

Un baptême du feu prestigieux, où son club de Salzbourg a le privilège d'affronter Naples (défaite 2-3 ; 1-1) et surtout Liverpool (défaites 4-3 ; 0-2) :

"J’ai toujours été fan de Liverpool et de Barcelone. Quand on a joué Liverpool la saison dernière en Ligue des Champions à Anfield, c’était un moment très spécial. "

P. Daka
Patson Daka face à Fabinho à Anfield.
Patson Daka face à Fabinho à Anfield. / Alex Livesey/Getty Images

Luis Suarez, l'idole

Lors de cette édition 2020-2021, où Salzbourg a hérité d'un groupe relevé avec le Bayern Munich et l'Atlético de Madrid, le buteur de la firme Red Bull a pu réaliser un autre de ses rêves, en affrontant une de ses idoles :

"L’autre rêve était d’affronter Luis Suarez. C’est aussi celui qui m’a le plus impressionné. Ça a toujours été une de mes inspirations depuis mon enfance. C’était vraiment spécial et j’ai pu échanger mon maillot avec lui", relate avec émotion le jeune attaquant.

Luis Suarez avec l'Atlético de Madrid face au Red Bull Salzbourg.
Luis Suarez avec l'Atlético de Madrid face au Red Bull Salzbourg. / GABRIEL BOUYS/Getty Images

Battu sèchement par le Bayern Munich (2-6 ; 3-1) et les partenaires de son idole uruguayenne (3-2 ; 0-2), le club autrichien n'a pourtant pas démérité :

"Cette saison, j’ai été impressionné par les prestations de l’équipe dans un groupe aussi relevé. On a vraiment manqué de chance car lors des deux confrontations contre le Bayern Munich, on craque dans les 15 dernières minutes, décrypte celui qui a trouvé le chemin des filets face au Lokomotiv Moscou (2-2 au match aller), lors de cette campagne européenne.

Salzbourg est un club tremplin, qui cherche à développer de jeunes talents. Une saison on peut concurrencer les meilleures équipes et la suivante 7-8 joueurs peuvent rejoindre de plus gros clubs, donc c’est compliqué de challenger les cadors européens", nous précise-t-il.

Le successeur naturel d'Erling Haaland

Orphelin d'Erling Haaland, depuis son départ en janvier 2020 pour le Borussia Dortmund, le Red Bull Salzbourg a trouvé en Patson Daka son parfait successeur. Moins prolifique que le Norvégien (1,07 buts/match contre 0,5 but/match), mais plus altruiste, le récent meilleur buteur de Bundesliga autrichienne (24 buts) juge les comparaisons légitimes et flatteuses avec son ancien coéquipier :

"Évidemment c’est flatteur, et c’est mon rôle d’être à la hauteur. "

P. Daka
Patson Daka et Erling Haaland face à Naples en Ligue des Champions.
Patson Daka et Erling Haaland face à Naples en Ligue des Champions. / Michael Molzar/Getty Images

"On a toujours une bonne relation avec Erling et nous sommes toujours en contacts. C’est une super personne, sur comme en dehors des terrains. Quand il était à Salzbourg on s’encourageait et se tirait mutuellement vers le haut", se souvient Daka.

Lucide, il tient cependant à remettre en perspective ces comparaisons hâtives, estimant "normal" de systématiquement trouver un successeur à un joueur qui a marqué le club :

"Quand ce sera à mon tour de quitter le club, un nouveau joueur prendra la lumière et sera considéré comme mon successeur. "

P. Daka

"L'instant présent déterminera mon futur"

Naturellement convoité par les plus grands clubs européens, dont Manchester United, Liverpool, la Juventus et l'AC Milan selon les échos de la presse étrangère, Patson Daka dispose de tous les arguments pour emprunter le pas d'Erling Haaland en rejoignant un top club :

"Je n’ambitionne pas nécessairement de suivre ses traces, nuance l'international zambien. Chaque joueur a pour ambition de progresser et d’aller le plus haut possible. À voir ce que l’avenir me réservera, mais ce n’est pas quelque chose qui m’obnubile. L’instant présent déterminera mon futur", précise-il avec l'humilité qui le caractérise.

"Je veux devenir une source d’inspiration. Montrer aux jeunes que c’est possible."

P. Daka

Le joueur évalué à 20 M€ par le site spécialisé Transfermarkt souhaite "laisser le temps définir sa future destination". Un départ l'été prochain n'est donc pas inéluctable, malgré la liste, toujours plus longue, de prétendants.

Le star de Zambie pas encore prophète en son pays

Absent de la sélection depuis un match contre le Zimbabwe, le 19 novembre 2019, l'international zambien (20 sélections, 3 buts) est une star encore inexploitée dans son pays.

"Je nourris toujours de grandes ambitions avec la Zambie. Le football est une source de fierté dans notre pays."

P. Daka

Le sélectionneur Milutin Sredojević compte évidemment sur son buteur, qu'il compare aux plus grandes stars du continent comme Sadio Mané ou Samuel Eto'o.

Dernier de leur groupe de qualifications pour la CAN avec trois points derrière le Botswana (4 points), Zimbabwe (5 points) et l'Algérie (10 points), rien n'est perdu pour les Chipolopolos, avec deux matchs encore à disputer (Algérie à domicile et Zimbabwe à l'extérieur les 22 et 30 mars prochain) :

"On est dans une position cruciale et on doit mettre tous les ingrédients pour se qualifier. Le rêve serait de participer à notre premier Mondial. Je suis convaincu qu’on va bientôt réaliser de grandes choses", présage Daka.

Encore aux prémices de sa carrière, la star zambienne poursuit sereinement son récit, avec pour ambition de devenir une légende du football africain.

facebooktwitterreddit