Euro Féminin 2022

Interview : Kenza Dali se confie avant l'Euro 2022

Steeven Occhipinti
Kenza Dali s'est remise d'une blessure qui menaçait sa carrière pour  revenir à temps pour l'Euro 2022
Kenza Dali s'est remise d'une blessure qui menaçait sa carrière pour revenir à temps pour l'Euro 2022 /
facebooktwitterreddit

Kenza Dali s'est remise d'une blessure qui mettait sa carrière en péril - et d'une autre qui la mettait mal à l'aise - pour réintégrer par deux fois l'Équipe de France et se retrouver à la veille de sa première participation à un tournoi majeur depuis sept ans. Celle qui a porté le maillot des Bleues à 36 reprises s'est confiée pour nos confrères britanniques.


Êtes-vous enthousiasmée à l'idée de disputer l'Euro en Angleterre ?

Après trois saisons, je me sens chez moi en Angleterre. Trois saisons, c'est court, mais c'est aussi une longue période quand vous êtes étrangère dans un autre pays, loin de votre famille. Alors, vous trouvez une autre famille en Angleterre, ce que j'ai fait, et je suis très heureuse de pouvoir jouer une compétition dans un pays qui est maintenant ma deuxième maison.

"Je pense qu'avoir une grande compétition dans ce pays est énorme."

Kenza Dali

Comment se sent-on lorsqu'on joue un Euro dans sa deuxième maison ?

Pour être honnête, c'est le pays du football. Tout le monde parle de l'Angleterre quand on est un fan de football, on ne peut pas ne pas être un fan du football anglais. Ça va être incroyable, je m'attends à ce que ça le soit plus que n'importe quel autre pays. Les gens aiment le football. J'habite à Liverpool, je vois tous les jours à quel point les gens sont passionnés par ce sport, et vous ne voyez cela qu'en Angleterre et je pense qu'avoir une grande compétition dans ce pays est énorme.

Qu'attendez-vous le plus de cette compétition ?

La finale. (rires) Tout pour être honnête, tout. L'Angleterre a enfin une grande compétition pour le sport féminin. Je suis impatiente de voir toute la compétition. Regarder tous les matchs, jouer j'espère et faire de notre mieux.

Parce que vous adorez le football, vous le regardez tout le temps ?

Oui, je suis une grande fan de football. Parfois trop, parfois vraiment trop. Pour être honnête, je vis du football. Mon week-end est consacré au football, je regarde la Premier League, la Ligue 1, la Liga. Je regarde tous les matchs. Je peux rester à l'académie d'Everton ou dans tous les clubs où je suis passé, je m'assieds et je regarde les jeunes jouer. J'aime le football sous toutes ses formes, professionnel, amateur, je regarde tout.

Avez-vous toujours été comme ça ?

Toujours. Je dis toujours que je ne me souviens pas de ma vie sans le football. J'ai commencé à cinq ans, évidemment avant cinq ans je ne me souviens pas de moi. Le football est tout. Un jour, je prendrai ma retraite, ça arrivera, mais le football sera toujours ma vie, je continuerai à m'asseoir et à regarder le football. C'est aussi pour cela que j'ai choisi l'Angleterre, je voulais ressentir l'ambiance. Les Français parlent toujours d'Anfield, maintenant je vis à dix minutes d'Anfield. Je regarde quelques matchs et je me dis : "C'est incroyable". On sent l'ambiance en Angleterre, honnêtement.

Comptez-vous également regarder tous les matches de l'Euro ?

Absolument. Surtout en Europe, toutes les équipes sont bonnes. L'Euro est difficile à gagner. Je mets au défi quelqu'un de dire qui va gagner l'Euro, il y a l'Espagne, l'Allemagne, la France, l'Angleterre, l'Italie a fait une superbe Coupe du monde, les Pays-Bas sont les derniers champions - c'est tellement difficile de deviner, c'est tellement difficile, tellement compétitif. Ça va être incroyable !

"La finale a lieu le jour de mon anniversaire, est-ce un signe ?"

La joueuse d'Everton

Y a-t-il un stade dans lequel vous êtes particulièrement impatiente de jouer ?

Je dirais Wembley. Ils attendent un record pour la finale, je pense, donc c'est un rêve pour être honnête. La finale a lieu le jour de mon anniversaire, est-ce un signe ? (rires) Je ne sais pas, je l'espère. Alors oui, le 31 juillet, Wembley, une foule record. Toutes les joueuses de football veulent vivre une expérience comme celle-là, alors c'est sûr, Wembley.

Récemment, quand j'étais à Old Trafford, j'ai pensé : "Wouah, le stade est incroyable". C'était un match de championnat et la foule était pleine, l'atmosphère, et ce n'est même pas la moitié de ce qui se passe à l'Euro. Même pour un match de championnat, c'était incroyable, alors je ne peux pas imaginer ce qui se passera durant l'Euro.

Et pour vous personnellement, c'est votre premier tournoi majeur depuis 2015....

Jouer pour son pays, c'est autre chose. J'ai joué en Ligue des champions, j'ai joué la finale de la Ligue des champions, mais rien n'est égal. Il s'agit uniquement de votre pays. Vous représentez beaucoup de choses, vous avez aussi beaucoup d'attentes de la part des gens, de vos fans, de tout. Jouer un grand tournoi pour son pays, il n'y a rien de plus grand.

Parlez-nous de votre parcours pour en arriver là - manquer la Coupe du monde 2019 en France à cause d'une blessure si ennuyeuse....

Oh, c'est une histoire tellement bizarre. J'ai fait tomber un fer à repasser sur mes orteils... (rires). Vous savez, je pourrais écrire un livre sur ma carrière, honnêtement. Le dernier Euro, je me suis blessée très, très gravement pendant les qualifications, c'était ma plus grosse blessure, j'ai subi deux opérations mais mon genou était complètement foutu. Les médecins m'ont dit que c'était fini, que le haut niveau était terminé pour moi. J'ai lutté pendant deux ans sans aucun entraînement. Je ne pouvais plus marcher correctement, je ne pouvais plus courir. Je pensais que c'était fini.

J'ai vu trois médecins différents, trois d'entre eux m'ont dit que c'était trop compliqué... La blessure était vraiment grave pendant les qualifications pour l'Euro, alors évidemment j'ai manqué l'Euro. Deux ans plus tard, je commence à me sentir mieux et je me dis "non, ce n'est pas fini". Et revenir dans l'équipe nationale au plus haut niveau, avec des gens qui vous disent que c'est fini, c'est mon plus grand trophée, ma plus grande victoire. Maintenant, je profite de tout, tout est un bonus. Quand vous imaginez que vous allez devoir arrêter votre carrière, tout est un bonus après cela. Et jouer en Angleterre, c'est génial.

"Quand ce sera fini, ce sera ma décision, pas celle de quelqu'un d'autre."

K.D

Comment avez-vous réussi à vous remettre de cette première blessure ?

Avoir de bonnes personnes autour de soi est le plus important. Parce que je suis une passionnée de football, je ne dirai jamais : "C'est fini". Quand ce sera fini, ce sera ma décision, pas celle de quelqu'un d'autre. Pour moi, même quand on m'a dit que mon genou était foutu, je me suis dit "non". Je sens que je peux encore faire quelque chose. Et vous êtes positive, vous dites non, ce n'est pas fini. Vous travaillez, vous restez avec vos proches et après, je suppose que Dieu vous donne aussi un peu de chance. Depuis cette blessure, ma carrière a complètement changé. Deux ans d'absence, c'est long. C'était mon objectif de dire que j'allais revenir et jouer un grand tournoi et c'est juste incroyable.

Rater une compétition en France mais en disputer une dans sa deuxième maison, c'est plutôt bien...

Exactement ! C'est à peu près pareil.

facebooktwitterreddit