Interview Exclusive : Joachim Andersen, le défenseur en quête de gloire à l'OL

Joachim Andersen n'a pas caché son ambition de remporter la Ligue 1 et l'Euro.
Joachim Andersen n'a pas caché son ambition de remporter la Ligue 1 et l'Euro. | Tal/90min

Transféré pour une somme record de 24 millions d'euros + 6 M€ de bonus, Joachim Andersen était légitimement attendu pour sa première saison à l'OL. Arrivé avec un statut de défenseur prometteur, prêt à conquérir le football européen suite à un passage radieux en Serie A, du côté de la Sampdoria, le Danois de 24 ans a cependant vécu un exercice contrasté, à l'image du club rhodanien.

Conscient de ses qualités et hermétique à la pression, il n'en reste pas moins ambitieux, et déterminé à mener l'Olympique Lyonnais et sa sélection vers les sommets. Entretien exclusif.

Vous êtes de retour à l'entraînement depuis le 8 juin, comment vous sentez-vous après cette période singulière ?

Ça fait du bien de revenir et de revoir les gars. Enfin, nous voyons le bout du tunnel.

Quel est votre sentiment à l'égard de la décision de la LFP ? Comprenez-vous la frustration de votre président ?

Lorsqu'ils ont pris cette décision, elle semblait être la bonne. Personne ne connaît vraiment le virus, il est donc difficile de juger. Nous ne pouvons rien y faire, c'est tout simplement fou.

Voir cette publication sur Instagram

We’re back baby @ol #allezol

Une publication partagée par Joachim Andersen (@joachimandersen3) le

"Je suis convaincu que nous pouvons gagner la Ligue des champions."

Joachim Andersen

L'Olympique Lyonnais a terminé à une décevante 7ème place, mais a prouvé sa valeur en Ligue des champions. Que pensez-vous de cette saison paradoxale ?

Vous savez, Lyon est un énorme club en Europe, et maintenant nous sommes septièmes, ce qui n'est évidemment pas satisfaisant pour moi et le club.

Vous devez encore jouer la finale de la Coupe de la Ligue et votre huitième de finale retour de la Ligue des champions à Turin le 7 ou le 8 août. Voyez-vous Lyon jouer un rôle dans cette C1, malgré le peu de matchs officiels joués, contrairement à la Juventus qui est déjà de retour à la compétition ?

Je suis convaincu que nous pouvons gagner la Ligue des champions. On ne sait jamais dans le football. Je suis sûr que Lyon trouvera un moyen de jouer des rencontres amicales et d'être parfaitement préparé. De notre point de vue, nous devons nous entraîner dur et être prêts pour la Juventus.

"La première année était celle de l'apprentissage et la prochaine saison sera vraiment bonne (...) Je sens qu'il y a beaucoup d'attentes, mais c'est bien, cela signifie que je suis un bon joueur. "

J.A.

Et individuellement, vous avez joué 18 matchs de Ligue 1 et cinq matchs de Ligue des champions, la plupart du temps en tant que titulaire. Que pensez-vous de votre saison ?

Je pense qu'il est important de ne pas sous-estimer le temps d'acclimatation dans un nouveau club. Ma première année à la Sampdoria a également été un peu difficile. Bien que je pense avoir joué quelques bons matches, par exemple contre Benfica où j'ai marqué un joli but.

Je peux faire mieux que cette saison, mais c'était pas mal pour une première saison et je me sentais vraiment bien avant l'interruption. Je commence à m'habituer au football ici. La première année était celle de l'apprentissage et la prochaine saison sera vraiment bonne.

La presse française et les supporters ont été durs avec vous en soulignant vos performances irrégulières...

Je ne lis pas vraiment la presse française et ce qu'elle dit de moi. Je ne parle pas encore très bien français (rires). Bien sûr, je ne suis pas toujours d'accord avec eux. Vous (les médias) ne savez pas quels sont nos tactiques et nos plans.

Parfois, on peut faire quelque chose de bien et lorsque son coéquipier fait une erreur, alors on peut avoir l'air stupide. Cela s'est produit quelque fois cette saison, et les médias me l'ont reproché personnellement. Les erreurs ne sont pas individuelles.

L'été dernier, l'OL vous a acheté à la Sampdoria pour un prix record de 24 millions d'euros + 6 M€ bonus. Il est évident qu'il y avait beaucoup d'attentes...

Je n'y pense pas. Il n'y a que les gens autour, comme les médias qui en parlent tout le temps. Je sens qu'il y a beaucoup d'attentes, mais c'est bien, cela signifie que je suis un bon joueur. Je veux montrer à tout le monde que Lyon a fait le bon choix en investissant autant en moi, et je le démontrerai la saison prochaine.

"Ce que j'ai appris à la Sampdoria, je ne pourrai l'apprendre nulle part ailleurs. "

J.A.

Le climat n'était pas idéal avec l'arrivée d'un nouvel entraîneur et vous avez dû vous adapter à différentes tactiques tout au long de la saison...

Nous n'avons eu Sylvinho que pendant deux mois, il ne pouvait donc pas changer beaucoup de choses en si peu de temps. Avec le nouvel entraîneur (Rudi Garcia, NDLR), il a beaucoup changé entre Marcelo et moi, j'ai donc dû m'adapter.

Vous devez toujours vous habituer à de nouvelles tactiques selon l'équipe que vous jouez. Les petits détails comme coulisser à gauche ou à droite pour compenser la position de votre coéquipier... Il faut s'y habituer, et ce n'est qu'avec le temps que vous le maîtrisez. 

Vous avez joué en Serie A, qui est considérée comme le meilleur championnat en termes d'approche tactique. Comment cela a-t-il changé ou amélioré votre façon de jouer ?

D'abord, je dois évoquer mon passage aux Pays-Bas où j'ai appris à jouer à différents postes et à être bon balle au pied. Parfois, j'ai même joué au milieu de terrain. Ensuite, j'ai voulu aller en Serie A afin de développer ma partie défensive et ma connaissance du jeu. Ce que j'ai appris à la Sampdoria, je ne pourrai l'apprendre nulle part ailleurs.

J'ai eu un entraîneur fantastique avec (Marco) Giampaolo qui est connu pour ses connaissances tactiques. Par exemple, comment la ligne des quatre défenseurs doit défendre ensemble comme une entité. Il a fallu un certain temps pour l'apprendre, mais quand on le maîtrise, c'est super pertinent.

Et à la Sampdoria (2017-2019), vous étiez considéré comme l'un des meilleurs défenseurs du Calcio. Etait-ce le bon moment pour partir selon vous ?

Au cours de ma deuxième année, j'ai joué tous les matchs et j'ai fait une très bonne saison. Quand un club comme Lyon vient vers vous, vous ne pouvez pas dire non. J'ai parlé à ma famille et aux gens autour de moi, et nous avons pensé que c'était le bon moment de partir afin de saisir cette opportunité.

"La Ligue 1 est un bon championnat. Beaucoup plus dynamique et physique que la Serie A où c'est plus tactique et avec une plus grande culture football."

J.A.

Vous avez naturellement attiré l'attention de nombreux clubs prestigieux, dont Tottenham, qui s'est montré particulièrement insistant, ou Manchester United. Pourquoi avoir choisi Lyon plutôt que ces équipes ?

Lyon a montré plus d'envie et avait un plan clair pour moi. J'ai discuté à quelques reprises avec Florian Maurice qui est venu me voir à Gênes et pendant l'Euro U21 (été 2019). Il m'a parlé du club et de leurs projets pour moi. Bien sûr, tout le monde connaît Lyon, surtout de l'équipe du début des années 2000, quand Juninho jouait. C'est une grande équipe qui a toujours misé sur les jeunes joueurs et qui joue en Europe chaque année. 

Que pensez-vous du niveau de la Ligue 1 jusqu'à présent, comparé à la Serie A par exemple ?

Je pense que la Ligue 1 est un bon championnat. Beaucoup plus dynamique et physique que la Serie A où c'est plus tactique et avec une plus grande culture football. Ici, en France, il s'agit plutôt de "power play" et de contre-attaques.

En Italie, les gens pensent davantage au football. En tout cas, c'est enrichissant d'apprendre des cultures différentes. Et c'est aussi pour cela que je suis venu en France, pour apprendre un nouveau football.

"Le plus rapide sûrement Maxwell Cornet. Techniquement, Aouar est un joueur exceptionnel et pour les plus puissants, Memphis Depay probablement et Moussa Dembélé aussi."

J.A.

Comment vous sentez-vous au sein de l'équipe ? Y a-t-il des coéquipiers en particulier avec lesquels vous vous entendez ?

Je me suis vraiment bien senti dans l'équipe depuis le premier jour. Tatarusanu et moi passons beaucoup de temps ensemble, nous allons manger au restaurant et nous parlons de bonne nourriture et de vin. Je suis aussi beaucoup avec Kenny Tete avec qui je parle néerlandais, vu que j'ai appris la langue lors de mon passage aux Pays-Bas (à Twente entre 2013 et 2017, NDLR).

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos coéquipiers : Qui est le plus rapide, le plus doué techniquement, le plus puissant... ?

Hmm... Le plus rapide sûrement Maxwell Cornet. Techniquement, Aouar est un joueur exceptionnel et pour les plus puissants, Memphis Depay probablement et Moussa Dembélé aussi.

Vous avez joué avec de nombreux grands joueurs comme Christian Eriksen ou Memphis Depay. De manière générale, qui est le meilleur coéquipier avec lequel vous avez joué ?

À Twente, j'ai joué avec Hakim Ziyech. Il était jeune à l'époque et est ensuite parti à l'Ajax, mais il était déjà extraordinaire. Il était si important pour nous et a apporté beaucoup à l'équipe. C'est aussi un type formidable.

"Ce n'est pas Ronaldo qui m'a le plus marqué. Selon moi, Ciro Immobile était le plus difficile (à affronter) en Serie A."

J.A.

Vous avez également joué avec une légende du football italien : Fabio Quagliarella...

Oh Fabio ! C'est vraiment un mec marrant. Il ne dit pas grand-chose mais tout le monde le respecte. Il n'y a qu'en Italie que l'on constate ce genre de respect pour les joueurs. C'est une légende vivante, tout le monde l'aime.

J'ai une anecdote drôle avec lui : quand je suis arrivé à Gênes, j'ai voulu me montrer et j'ai été un peu dur au contact avec Fabio. Il est devenu fou et l'entraîneur a arrêté l'entraînement et m'a dit : "Hé, tu ne peux pas tacler Fabio, personne ne tacle Fabio" (rires). Il est intouchable.

Qui sont les meilleurs joueurs de Ligue 1 que vous avez affronté ?

Neymar est un grand joueur et aussi Angel Di Maria qui a fait un grand match contre nous.

Et tout au long de votre carrière ? Vous avez par exemple affronté Cristiano Ronaldo...

En fait, ce n'est pas Ronaldo qui m'a le plus marqué. Selon moi, Ciro Immobile était le plus difficile (à affronter) en Serie A. Lorsque nous jouions contre la Lazio, nous perdions toujours par une grande marge (4-0, le 22 avril 2018, avec un doublé d'Immobile, NDLR). Ils nous ont tués et Immobile était tout le temps en feu.

FBL-ITA-SERIE A-LAZIO-SAMPDORIA
Joachim Andersen a vécu plusieurs calvaires face à Ciro Immobile. | ANDREAS SOLARO/Getty Images

"Je joue toujours tous les matchs pour gagner, donc je veux que mon équipe nationale gagne l'Euro l'année prochaine."

J.A.

Après vos débuts au Danemark, vous avez joué pour Twente aux Pays-Bas, puis êtes devenu l'un des défenseurs les plus respectés en Italie, rejoignant la Sampdoria en 2017. De quoi êtes-vous le plus fier dans votre carrière jusqu'à présent ?

Tout d'abord, je dois mentionner mes débuts en équipe nationale (15 septembre 2019 lors d'une victoire 4-0 du Danemark contre le Luxembourg, NDLR) qui est toujours un moment de fierté pour tout joueur de football.

Et aussi mes débuts en Ligue des Champions (2 octobre 2019, victoire 2-0 contre le RB Leipzig, NDLR). J'ai toujours regardé la Champions League depuis que je suis tout petit, alors la jouer, c'était juste une sensation fantastique.

"Mon objectif est de gagner la Ligue 1. Si ce n'est pas votre ambition à Lyon, vous devez jouer ailleurs."

J.A.

Jusqu'à présent, vous n'avez qu'une sélection avec le Danemark, bien qu'à 24 ans, vous incarnez le présent et l'avenir de votre pays. Quels sont vos objectifs avec l'équipe nationale ?

Je joue toujours tous les matchs pour gagner, donc je veux que mon équipe nationale gagne l'Euro l'année prochaine. À l'avenir, je veux être un leader de l'équipe et les aider à performer lors des plus grandes compétitions.

 Et avec Lyon ? Que voulez-vous montrer au club et à ses supporters la saison prochaine ?

Mon objectif est de gagner la Ligue 1. Si ce n'est pas votre ambition à Lyon, vous devez jouer ailleurs. Nous voulons revenir à l'époque où l'OL a tout gagné, et c'est pour cela que je suis venu. Nous avons de bons joueurs, alors allons-y.

Lyon cherche actuellement à recruter un nouveau défenseur pour apporter plus de compétition interne au club. Avez-vous un message spécifique à cette potentielle recrue qui devra rivaliser avec vous ?

Je ne sais pas ce que veut Lyon, mais c'est tout à fait normal qu'ils veuillent acheter un défenseur car nous ne sommes que trois avec Jason (Denayer) et Marcelo. Nous avons également Oumar Solet qui va revenir de blessure. Dans un club comme Lyon, vous devez avoir 4-5 défenseurs. Je me concentre uniquement sur moi-même, je me fiche que le club achète quelqu'un d'autre. Je crois en moi et je prouverai ce dont je suis capable au club la saison prochaine.

Voir cette publication sur Instagram

The serious work has begun! #letsgoguys #allezol ? @damienlgphoto

Une publication partagée par Joachim Andersen (@joachimandersen3) le

Vous projetez-vous longtemps dans le club, et potentiellement devenir une figure emblématique ?

Comme je l'ai déjà dit, Lyon est un club très respecté et l'un des plus grands d'Europe. Donc, bien sûr, je me vois ici pendant de nombreuses années. Mais on ne sait jamais. À la Sampdoria, j'ai signé un long contrat et six mois plus tard, je suis vendu pour une grosse somme...

Sommes-nous sur le point de voir le meilleur de Joachim Andersen la saison prochaine ?

C'est ce que je cherche à faire et je suis sûr que je peux être à la hauteur des attentes.