Interview - Chaouki Ben Saada, l'enfant du SC Bastia au crépuscule de sa carrière

Kristen Collie
Chaouki Ben Saada la saison dernière avec Bastia.
Chaouki Ben Saada la saison dernière avec Bastia. / Instagram @chaouki2B
facebooktwitterreddit

Aujourd'hui âgé de 37 ans, le natif de Bastia Chaouki Ben Saada retrouve la Ligue 2, ce samedi (15h), face à Nîmes. Une saison qui pourrait être l'épilogue d'une formidable carrière, débutée au Sporting, son "club de cœur".


"À 37 ans, refaire une saison en Ligue 2, c’est un rêve qui se réalise dans le sens où quand je suis revenu à Bastia, on était en National 2". Au crépuscule de sa carrière, le milieu offensif bastiais ne s'attendait pas à vivre de telles émotions lors de son retour au club en 2019.

"L'enfant du club"

Témoin impuissant du dépôt de bilan du SC Bastia en 2017, l'international tunisien (40 sélections, 5 buts) ne pouvait rester insensible face à la déchéance d'un club qui lui a ouvert les portes du monde professionnel. "Le voir à ce niveau-là m'a rendu triste", concède-t-il.

Chaouki Ben Saada en mars 2004 face au Mans en Ligue 1.
Chaouki Ben Saada en mars 2004 face au Mans en Ligue 1. / FRANCOIS ANARDIN/AFP via Getty Images

Formé et poli au Sporting, Ben Saada se fait définitivement un nom le 30 novembre 2002 au Vélodrome. "Mon meilleur souvenir ? Mes deux premiers buts en Ligue 1 face à l'OM". Un doublé de prestige, marquant au fer rouge le lien charnel entre le club corse et son joueur.

"En tant qu’enfant du club c’est une grande fierté de défendre les couleurs de Bastia. C’est mon club de cœur, où j’ai passé plus de 20 ans en licencié."

Chaouki Ben Saada

Exilé depuis la saison 2008 sur le "continent", avec des passages à Nice (2008-2011), au RC Lens (2011-2013), Arles-Avignon (2013-2014) et Troyes (2014-2019), l'enfant du club a abandonné la Ligue 2 pour retourner sur son île, à l'orée de la saison 2019-2020 :

"C’était une évidence pour moi, nous assure-t-il. J’arrivais à un âge où on cherche plus à se poser qu’à chercher des beaux contrats. Ce challenge de remonter le Sporting au niveau pro, c’est quelque chose qui m’a motivé. Je suis un compétiteur et j’en ai encore sous le capot donc je me suis dit que ce serait bien de les aider au maximum pour qu’il retrouve ce niveau-là."

Artisan de la remontée en Ligue 2

Mission réussi. Après deux montées successives, le Sporting est passé de National 2 à la Ligue 2. Pas tout le temps titulaire, mais précieux sur comme en dehors du terrain, Ben Saada est un maillon essentiel des succès récents du club corse.

"J’essaie de montrer l’exemple aux plus jeunes, de les conseiller et les accompagner au maximum pour qu’ils progressent, précise-t-il. Et sur le terrain d’amener ma touche technique et mon sang froid dans les moments durs."

"Il a une mentalité exemplaire, tient à mettre en exergue son coach Mathieu Chabert. C'est un gros travailleur, parfois on doit même le freiner. Il est toujours positif et a toujours le sourire à l'entraînement. C'est un réel plaisir et une chance d'entraîner un joueur comme ça."

Une mentalité irréprochable, qui se retranscrit sur le terrain, comme nous le confirme Antony Robic, son coéquipier sur le front de l'attaque corse :

"Chaouki, il a 37 ans, c’est un pro à 200% et un super joueur. J’ai joué contre lui et là on profite de jouer ensemble à notre âge, souligne l'attaquant de 35 ans, passé par Nancy et Laval. Quand je suis devant et qu’il est sur un côté, avec son pied gauche je n’ai pas besoin de l’appeler trois fois pour qu’il me voit. On prend du plaisir et on se régale ensemble."

Auteur de 5 buts et 4 assists la saison dernière, le "vétéran" a démontré qu'il en avait encore sous le capot.

Ben Saada : "Ça peut être la dernière"

Une longévité qui force le respect, fruit de "beaucoup de travail et de sacrifices en dehors du terrain", témoigne Ben Saada. Je m’entraine toujours comme un jeune, sans me ménager. Ça me permet de garder une bonne forme physique."

Toujours aussi précieux et performant avec le Sporting, cette saison en Ligue 2 pourrait cependant sonner le glas de sa belle carrière :

"Ça peut être la dernière comme on pourra continuer l’année prochaine si ça se passe bien. Dans ma tête je veux me donner à fond comme si c’était ma dernière saison. On verra ce qu’il en est à la fin de la saison", nous révèle-t-il.

Loin de penser déjà à sa retraite sportive, le milieu offensif de 37 ans n'a qu'un seul objectif en tête : "Je veux prendre un maximum de plaisir et surtout être performant que ce soit titulaire ou en entrant en jeu. Apporter mon expérience et toute mon envie pour réussir à maintenir le club."

Une ambition au service du collectif, qui caractérise parfaitement l'homme et le joueur.

facebooktwitterreddit